Bilan 2013 – Angrom

Pas de commentaires      1 236
Annee de sortie: 2013

Fin d’année, heure de bilan. L’exercice est parfois difficile, les choix à faire sont drastiques, mais il est toujours agréable de se pencher sur l’année écoulée pour sélectionner ses coups de cœur musicaux.

Les petits jeunes qui montent

4257461 Audrey HorneYoungblood
On n’ose plus parler de confirmation mais Audrey Horne continue son petit bonhomme de chemin, avec un album très rock’n’roll, au songwriting de qualité. Des tubes imparables à la pelle, et, apparemment des prestations live efficace, ce qu’il me tarde d’aller constater de visu.
ghost bc infestissumam GhostInfestissumam
Là encore une confirmation : le coup d’essai n’était pas un « one-shot ». Infestissumam a squatté la platine une bonne partie de l’année, et les hymnes de la bande à Papa Emeritus (II ?) et de ses ghoules anonymes ont traîne longtemps dans un coin de ma tête. Le groupe a tout pour devenir énorme s’il poursuit sur cette pente ascendante.

Les retours inespérés ou presque

Carcass-Surgical-Steel Carcass Surgical Steel
Du riff en veux tu en voilà, des outils chirurgicaux, une voix éraillée et des paroles « gore » : le Carcass de 2013 ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de 1993, lorsque le groupe avait sorti le génial Heartwork… Et c’est foutrement bon ! Tous les riffs accumulés pendant toutes ces années par le groupe de Liverpool sont lâchés furieusement sur ce Surgical Steel, si tant est qu’un groupe normal pourrait sans doute pondre deux ou trois disques avec la quantité de bons riffs qu’il y a sur ce disque. Mais Carcass n’est pas un groupe normal…
voivod_target_earth Voivod Target Earth
Dans la famille miracle, je voudrais le Voivod. Alors que personnellement je n’attendais plus grand-chose du combo québecquois, la mort de Piggy et les dernières sorties un peu décevantes ayant enterré mes derniers espoirs, Daniel Mongrain est arrivé à bord et a ressuscité le Voivod !!! Du coup, on retrouve du thrash progressif comme à la bonne époque de The Outer Limits, Dimension Hatröss et autres Nothingface. C’est particulièrement jouissif, et totalement inespéré.
BS13 Black Sabbath13
La tournée de reformation allant leur permettre de s’en mettre plein les fouilles, ce groupe légendaire aurait pu se contenter d’une setlist best-of pour remplir des dizaines d’arenas à travers le monde. Ce n’a pas été le cas et ce 13 est du bois dont on fait les meilleurs albums, ce qui donnera au groupe l’occasion d’intercaler quelques bons titres récents entre « Iron Man » et « Paranoid ».

Les valeurs sûres

Alice-in-Chains-The-Devil-Put-Dinosaurs-Here Alice in ChainsThe Devil Put Dinosaurs Here
L’album du retour, Black Gives Way To Blue, avait été une réussite. Après quelques mois de recul, je peux dire que celui-ci l’est encore plus. Pourtant la bête fut dure à appréhender, les premières écoute étant polluées par la relative homogénéité apparente du disque. Mais au fil des écoutes, le disque se révèle et s’offre à nous : le paradigme du grower !
StevenWilson_trtrts Steven WilsonThe Raven That Refused to Sing (And Other Stories)
Après un 1er album prometteur et un second moins digeste et plus décevant. Steven Wilson a bien commencé l’année avec son troisième opus. Toujours dans la lignée et l’hommage aux grands du rock progressif, sa musique n’en est pas moins moderne, complexe et accessible à la fois. Le compositeur anglais se paie même le luxe de faire planer l’ombre de Porcupine Tree sur le titre « Drive Home ».
depeche-mode-delta-machine-1363987046 Depeche ModeDelta Machine
Un album sombre et addictif. Qui mieux que Depeche Mode pouvait nous offrir cela en 2013. Le groupe n’est pas mort, et sa créativité est toujours là. Delta Machine remet le groupe sur les bons rails (sans mauvais jeu de mots) un peu quittés (pour moi) avec Sounds Of The Universe.

Les surprises

spiritualbeggars-earthblues Spiritual BeggarsEarth Blues
Pas uniquement un bon groupe de stoner. Après son nème changement de chanteur, Spiritual Beggars s’oriente plus vers le classic rock, sans renier ses racines. Le résultat, un album « all killer, no filler » dont la plupart des refrains et de solos se fredonnent des jours durant.
Detroit-Horizons DétroitHorizon
La petite surprise de fin d’année. Surtout pour moi qui avait une admiration plus que relative pour Noir Désir. Mais, allié à Pascal Humbert, le talent d’écriture de Bertrand Cantat fait mouche pour un album entre rock et folk. Une des belles découvertes de cette fin d’année, aux arrangements somptueux.

Mentions honorables

Au-delà de ce top 10, plein de bons disques sont sortis en 2013, alors de petites mentions spéciales pour le rock progressif de Spock’s Beard (Brief Nocturnes and Dreamless Sleep) et pour l’atypique album de métal progressif de Leprous (Coal) transcendé lors du concert au Ferrailleur à Nantes. 2013 a aussi été rock avec un très bon disque des Queens Of The Stone Age et la formation du super-groupe The Winery Dogs à qui on souhaite un second disque aussi réussi que le premier. Je terminerai par un retour inespéré, celui de David Bowie avec son excellent The Next Day.

 

retour2013

Angrom

Chroniqueur

Angrom

Comme pas mal de gens, c'est par mon paternel que me sont venues bon nombre de mes émotions musicales. Éclectique en diable, mon daron, m'initia à la musique classique et rock essentiellement. Beatles, Rolling Stones et Elton John essentiellement furent parmi les premiers artistes à retenir mon attention. Imaginez ma stupeur quand un ami se présenta un jour chez moi avec des disques d'un groupe anglais, arborant une mascotte qui a l'époque m'avait paru horrible, mais me fascinait. Il s'agissait bien sûr d'Iron Maiden, dont je devins assez vite fan, intégrant ainsi un peu de métal dans mes écoutes, qui, à l'époque, suivaient plutôt la mode du moment. Metallica, Megadeth, Iggy Pop vinrent compléter ma collection d'artistes un peu plus péchus. Arrivé en école d'ingénieurs, un voisin de palier, voyant quelques disques de métal dans ma (encore petite) discothèque, essaya de m'entraîner du "côté obscur". Bien lui en prit, rétrospectivement. À l'époque, en 1998, Angra était au top, et c'est par ce moyen qu'il réussit son coup, me faisant sombrer dans une période heavy-speed, dont je ne garde plus grand chose aujourd'hui (mis à part Edguy et les trois premiers Angra). Une fois le poisson ferré, il passa à la vitesse supérieure en me passant des disques de Dream Theater. Coup de cœur direct pour Images And Words, un peu plus de mal avec Awake, mais la sortie de Scenes From A Memory en 1999 et plusieurs petits détails contribuèrent à faire de ce groupe un de mes groupes favoris, ce qu'il est encore aujourd'hui (une vingtaine de concerts au compteur). Suivant le groupe et tous ces side-projects c'est par Transatlantic que je m'intéressai aux groupes de rock progressif : Spock's Beard, Marillion, The Flower Kings, puis les grands anciens : Yes, Genesis (je considère encore aujourd'hui la période d'or de Genesis comme un des trucs les plus géniaux qu'on ait jamais écrit en musique), Rush (mon groupe n°1), plus récemment King Crimson. Sorti de l'école, je rencontrai sur Rennes la troisième personne à l'origine de mes grands tournants musicaux. Mon troisième maître m'initia aux sonorités plus saturées du death metal et du thrash qui pousse. L'éducation ne se fit pas sans mal, mais j'ai actuellement une discothèque de métal extrême bien fournie, que j'apprécie énormément. .J'en profitai pour découvrir un des groupes français les plus novateurs : SUP. Ou j'en suis aujourd'hui ? Sans doute un mix de tout cela. J'ai succombé également aux sirènes du rock alternatif (Tool, The Mars Volta, Porcupine Tree, Dredg). Je conserve quelques bases heavy que je ne renie pas (Judas Priest, Ozzy Osbourne, Alice Cooper), et j'écoute beaucoup de métal progressif, si tant est qu'il s'éloigne de la technique pour la technique (Pain Of Salvation, par exemple). La trentaine a été également l’occasion de s’intéresser au Jazz, plutôt les classiques « hard bop », mais je ne crache pas sur une petite nouveauté à l’occasion. Je voue également un culte sans limites à Peter Gabriel et à Frank Zappa, hommes à la personnalité fascinante et musiciens expérimentateurs !

Angrom a écrit 58 articles sur Eklektik.

Up Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *