• dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).
  • kerretta-pirohiabeunz | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Héhé mais pas de problème ! Ravi que ça te plaise ! :)
  • kerretta-pirohiaGueff | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    C'est carrément très très bon tout ça! Je valide, plussoie et tout ce qui s'en suit :) (Désolé de ne pas avoir de critique plus constructive, je suis juste d'accord :p )
Sommaire Article suivant

Mortals – Cursed To See The Future

mortals-cursedtosee

Annoncé telle une rencontre entre la lourdeur de High On Fire et la féroce noirceur de Darkthrone, Cursed To See The Future a de quoi allécher, d’autant plus que le groupe qui en est responsable est un trio 100% féminin. Concrètement, ce second long-format de Mortals contient bien des éléments des influences annoncées, mais le résumer qu’à cela serait bien réducteur !

Sommaire Article suivant

Extreme Precautions – I

extreme precautions - I

Que se passe-t-il quand Paul Regimbeau (alias Mondkopf) se met à écouter du Brutal Truth, Napalm Death ou Pig Destroyer en boucle?

Il se métamorphose sans attendre la pleine lune, pour devenir Extreme Precautions. Il livre sous ce pseudonyme un premier album brutal et implacable : 22 minutes, pour 11 titres -sans titre- executés de main de maître.

Sommaire Article suivant

Thaw – Earth Ground

thaw-earthground

Thaw est du genre très actif. Ce groupe de black metal expérimental polonais n’arrête pas, entre les EPs et les splits (en ayant sorti un avec Echoes Of Yul pendant l’été), allant jusqu’à sortir le même jour une compilation (intitulée Decay/Advance) et leur second album long-format (faisant suite à l’éponyme Thaw, sorti l’an dernier), c’est donc sur ce dernier que nous allons nous pencher.

Sommaire Article suivant

Dark Fortress – Venereal dawn

dark fortress_venereal dawn

Ah les fumiers d’Allemands. Ils auraient quand même pu respecter l’année de la commémoration du débarquement et la jouer profil bas en proposant une bouse d’une demi heure ! Non contents de s’inscrire dans une démarche nécessitant l’implication temporelle de l’auditeur en assénant plus d’une heure de musique, le dernier album de Dark Fortress m’a presque obligé à me recogner toute la discographie avant de me lancer dans la chronique. Car il a bien fallu que je détermine à quel point j’ai pu passer à côté du potentiel du groupe pour me prendre une telle claque dans la face.

Sommaire Article suivant

Single Mothers – Negative Qualities

singlemothers-negativequalities

Single Mothers est un groupe canadien qui semblait parti sur les chapeaux de roues: deux EPs en deux ans, une signature sur Secret Voice (label de Jeremy Bolm de Touché Amoré et distribué par Deathwish Inc.), une foultitude de concerts et une réputation de mauvais garçons qui promettait une suite instantanée. Pas vraiment instantanée puisque le groupe a connu quelques soucis d’effectifs, le chanteur Drew Thomson s’étant par exemple barré en 2011 pour bosser à la mine d’or (!) de Swastika (!! si si, c’est bien le nom du bled). Après deux ans de boulot (et la mise en place d’un projet solo), Thomson décide de réunir le groupe et de donner une suite leur excellent EP sans titre à pentagramme, passant de quintet à quartet, un changement de line-up synonyme de changement au niveau musical ?

Sommaire Article suivant

Minus The Bear – Lost Loves

minusthebear-lostloves

Connu en tant que groupe « post-Botch » du guitariste Dave Knudson, Minus The Bear a fait son chemin depuis son premier album (Highly Refined Pirates, 2002), album suivi par quatre autres jusqu’à 2012 (Infinity Overhead). Lost Loves n’est pas un véritable sixième album mais une collection de titres rares et faces B que le groupe avait mis de côté depuis quelques (lointaines ou pas) années.

Sommaire Article suivant

Ben Howard – I Forget Where We Were

ben-howard - i forget where we were

Vous l’avez peut-être entendu comme moi sans le savoir dans la saison 4 de la série Walking Dead à la fin de l’épisode 5 ? Pour vous rafraîchir la mémoire cliquez sur la première vidéo youtube ci-dessous : il s’agit du superbe « Oats in the Water », aussi sombre que poignant, qui figurait sur le précédent EP de Howard, The Burgh Island.

Sommaire Article suivant

Colombian Necktie – Twilight Upon Us

colombiannecktie-twilight

Après avoir produit pas mal de splits (dont un avec les excellents Seizures) et d’EPs, Colombian Necktie sort enfin son premier album. Le groupe de Los Angeles joue du sludgecore à sa guise, direct mais rampant, sale mais groovy.

Sommaire Article suivant

Finch – Back To Oblivion

Finch-Back-to-Oblivion-2014

Rappelez-vous le début des années 2000, le néo metal commençait alors son auto-combustion tandis que les groupes affiliés post-hardcore/emo/metalcore commençaient à lui piquer sa place dans les colonnes des magazines rock. Parmi ces groupes, les californiens de Finch, auteurs de l’explosif What It Is To Burn (2002) conciliant énergie punk, gros son et mélodies à la sensibilité emo, ce premier album et son efficacité avaient alors permis au groupe de se faire connaitre. Malheureusement pour eux, tout ne sera pas si rose par la suite, le quintet connaissant même deux splits (!) avant d’annoncer son retour en début d’année (suite à quelques concerts). Un retour qui s’appelle curieusement Back To Oblivion (retour à l’oubli), ça voudrait dire « jamais deux sans trois » ?

Sommaire Article suivant

Frameworks – Loom

frameworks-loom

Déjà marquant sur EP, Frameworks passe au long-format. Le groupe de Gainesville a pour l’occasion confié la production de ce Loom à un certain Jack Shirley, responsable entre autres des derniers Deafheaven et Comadre. Entre ses mains, le hardcore fortement agrémenté de screamo (et d’un peu de post-rock) du groupe, connait un traitement particulier, aussi poignant que virulent.

Page 1 sur 41512345102030Dernière page »