Destiny + Deadsoil + By Night – 16 mai 2005 – Glaz’art – Paris

Pas de commentaires      814

Alors que la dynamique franco allemande est mise à mal par les débats autour du referendum européen le Glaz’art proposait ce soir une affiche 100% hardcore 75% allemande avec Burning Skies, Destiny, Deadsoil et By Night. L’écurie Lifeforce débarque donc en force sur le sol français en ce lundi 21 mai mi-férié mi-travaillé. Egaré au cœur du no man’s land la salle tarde à ouvrir ses portes tandis que les premiers arrivants patientent auprès de quelques clochards avinés. En effet, le concert d’abord annoncé à 19h ne commencera que bien plus tard avec l’annulation de Burning Skies. Le temps pour vos fidèles reporters de faire une petite interview de Destiny et d’apprendre que des tensions avec Lifeforce seraient à l’origine de cette absence.

A peine sortit du tour bus dans lequel nous nous étions réfugiés que les Suédois de By Night investissent la scène. Le public se compte sur les doigts de la main et l’ambiance n’est pas vraiment au rendez vous. Dommage, car le jeune groupe (22 ans de moyenne tout de même) fait preuve d’une maîtrise technique et mélodique impressionnante. Véritable rouleau compresseur leur metalcore moderne se trouve être d’une efficacité à toute épreuve. Mélange de gros riffs métal sur une rythmique typiquement hardcore la musique proposée par le groupe est une véritable invitation au headbanging. Le peu de spectateurs ne s’y trompe pas et répond avec enthousiasme à ce déchaînement de violence. Les musiciens maîtrisent parfaitement leur sujet. La basse, énorme, fait vibrer les corps, les guitares enchaînent les riffs incisifs aux influences death et la batterie, généreuse, distribue de la double à tour de bras, le tout avec une précision chirurgicale. Le son retranscrit parfaitement l’aspect moderne de la musique. Le chanteur, un petit nerveux au crâne rasé, fait preuve de ressources pulmonaires insoupçonnées et met à mal sa cage thoracique. Plié en deux sur le retour voix il éructe ses textes avec une violence contenue…avant d’exploser et de transformer la scène en ring de boxe, ses poings fendant l’air à la recherche d’un adversaire imaginaire. Après avoir fait chuter l’ampli il annonce la fin du set avec seulement cinq titres au compteur. On connaissait la précision de l’horlogerie suisse, By Night fait preuve d’une efficacité imparable sans oublier un sens aigu de la mélodie partie intégrante de leur musique. Leur set fut intense, carré et rapide. Vite fait bien fait les musiciens quittent la scène sous les applaudissements d’un public conquis.

Après un cours passage du coté d’une distro plongée dans le noir, la force de frappe allemande prend le relais avec Deadsoil. On ressort les boules quiès pour des allemands dont le premier album, faute d’originalité, n’avait pas convaincu. Ce défaut se retrouve sur scène puisque le groupe aligne des titres qui ont vite fait de se répéter. Les structures, quasiment identiques se retrouvent au fil du set et l’on a vite fait de s’ennuyer. Le son est correct mais parait quelque peu brouillon comparé aux Suédois de By Night. Les musiciens ont sorti la panoplie parfaite du tough guy à l’image d’un chanteur en jogging et T shirt Slayer, qui s’arrache les cordes vocales. Dans le public on assiste au réveil de quelques furieux qui malgré la faible assistance ne se privent pas de distribuer quelques coups bien sentis. Le public, désormais à dix mètres de la scène, récompense l’énergie déployée par quelques applaudissements. Le metal hardcore des allemands est sans surprise, ponctué de mosh part attendus et de riffs hardcore déjà entendus. Le groupe enchaîne avec cinq titres issus de leur premier album et laisse la place à Destiny, dernier groupe d’une soirée quelque peu morose.

Une petite précision s’impose puisque Burning Skies ayant annulé sa venue c’est Destiny qui se retrouve propulsé en tête d’affiche. Un détail dont le groupe ne tiendra pas compte puisque leur passage éclair durera, montre en main, une vingtaine de minutes. Alors 13€ pour voir trois premières parties et bien oui ça fait mal aux fesses ! Mais revenons sur scène où, après un faux départ, Destiny fait pleuvoir un déluge de riffs sur un public toujours aussi peu nombreux. Les musiciens connaissent leur boulot et c’est avec un enthousiasme visiblement limité que l’on a droit à une demi douzaine de titres issus de The tracy chapter. Sur scène le groupe privilégie l’agressivité d’un hardcore métal chaotique au coté plus calme et mélodique de leur musique. Peut être est-ce dû au son approximatif des guitares où à l’ambiance du concert en tout cas Destiny ne déclenche pas un enthousiasme fou. Le chanteur dédicacera un des titres au “tough guy dansant“ pour avoir essayé de mettre un peu d’ambiance à grands coups de poings et de pieds. Avant de conclure cette soirée par un dernier titre et de quitter rapidement la scène.

Vous l’aurez compris ce concert ne restera pas dans les mémoires. Sans être mauvais les groupes se sont contentés du minimum syndical et l’absence de Burning Skies s’est drôlement fait sentir au vu de la brièveté des prestations. Seul By Night parviendra à imposer sa marque en faisant preuve d’une belle combativité. Deadsoil et Destiny sont eux sortis sur KO.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *