Chronique

Strike Anywhere – Nightmares of the West

Est-il encore nécessaire de présenter Strike Anywhere ? Le groupe de Richmond est en effet un vieux briscard de la scène punk hardcore US (vingt ans d’existence), ayant signé des albums sur les cultes Fat Wreck Chords et Bridge Nine Records. Pourtant le groupe mené par le charismatique Thomas Barnett a connu une véritable césure ces huit dernières années avec un silence total laissant penser à un split pur et simple. Le groupe fait donc son grand retour avec ce Nightmares of the West, nouvel EP qui montre que leur punk rock a encore des choses à dire !

Crippled Black Phoenix – Ellengæst

Ça fait déjà un bon moment que je vois passer ce nom de Crippled Black Phoenix, et pour cause ce groupe anglais existe depuis 2004 et s’est montré particulièrement actif et très productif puisque ce nouvel opus Ellengæst est déjà son 8ème album et ce sans même compter son album de reprise du « Echoes » de Pink Floyd. A noter que Justin Greaves, à l’origine de la création du groupe, est loin d’être un illustre inconnu ou un débutant puisqu’il s’était jusque-là illustré en tant que batteur de groupes de sludge/doom comme Iron monkey ou Electric Wizard pour les plus connus.

Sial – Tari Pemusnah Kuasa

L’Asie du sud-est a toujours été un berceau des groupes les plus énervés et viscéraux pour ce qui est du death et du punk, on ne compte plus le nombre de projets absolument immondes venant d’Indonésie qui ont souvent se son caractéristique avec le gain au max de partout.

Plague Organ – Orphan

En matière d’extrémisme musical, Sentient Ruin Laboratories semble insatiable, trouvant d’improbables formations au quatre coins du monde. Le prolifique label californien revient ainsi régulièrement en terres bataves, charmé par les productions locales de groupes tels que Cryptae (dont je vous donnerai des nouvelles très bientôt) ou Imperial Cult. Deux formations dans lesquelles évoluent les deux membres (entre autres) de Plague Organ qui, sous cette nouvelle entité, s’orientent vers un trip hallucinatoire incroyablement dense.

Dysylumn – Cosmogonie

C’est désormais comme une tradition depuis Chaos Primordial (2016), Dysylumn sort un album tous les deux ans. Cosmogonie succède donc à l’impressionnant Occultation qui avait fait partie de mes coups de cœur de 2018. Comme à son habitude, le duo lyonnais a travaillé le concept de son album dans les moindres détails, ce coup-ci même au niveau du support. En effet, on se retrouve ici avec trois chapitres découpés en trois albums (disponibles en vinyle, CD et K7, tous par trois donc), et on comprend rapidement un tel découpage car Cosmogonie s’avère être particulièrement dense.

The Sound That Ends Creation – Memes, Dreams, And Flying Machines

« The Sound That Ends Creation », ça sonne comme une promesse, et cette promesse, le dénommé Chris Dearing (jeune texan qui jouait autrefois dans des projets de death technique tels que Giant Of The Mountain ou Surgically Impaled) tient à la mettre en pratique dans un ahurissant bordel sonique ! Pour son cinquième album où le gaillard s’occupe une fois de plus de tout, le niveau de violence est encore monté d’un cran dans un ouragan à la limite du compréhensible.

Sunken – Livslede

Formation danoise née sous le nom d’Arescet, Sunken a donc commencé sous cette forme en 2013, année pendant laquelle le désormais quartet a sorti une première démo (The Crackling Of Embers). Quatre ans plus tard, le premier album Departure a vraiment lancé le groupe sur la piste avant de revenir cette année avec ce Livslede. Le black metal du groupe s’inscrit totalement dans l’air du temps, la mélancolie automnale avec les feuilles orange tombant des arbres étant le genre d’images se dégageant de ce second album…

Limbs – Soft Narcosis

Si vous suivez bien votre webzine préféré, vous vous souvenez sans doute de ce groupe de hardcore chaotique philippin dont j’avais parlé il y a deux ans. Non ? (sérieux vous me décevez !) Sachez alors que Moeist (le groupe en question) connaît des compatriotes tout aussi qualitatifs, en l’occurrence ici Limbs – qui n’a rien à voir avec le groupe homonyme ayant sorti Father’s Son, qui figure sous cette chronique. Ce Limbs-là est un trio de Manille dont les envies sont de faire du hardcore chaotique influencé par Converge et l’intégrer dans une atmosphère apocalyptique.

Horndal – Remains

Petite chronique en mode « coup d’œil dans le rétroviseur » pour cet album qui revient souvent dans les esgourdes mine de rien et aurait bien pu figurer dans les meilleurs albums de l’année 2019.
Horndal viennent de Stockholm, et non pas de Horndal, ville suédoise qui se trouve justement au centre de la thématique et presque même du concept du groupe et de l’album en particulier. En effet les gaziers nous content l’histoire de la fermeture d’une aciérie à la fin des années 70 qui a signé l’arrêt de mort de cette ville. Une histoire qui fait évidemment écho aux [...]

Decoherence – Unitarity

Decoherence sort aussi vite les albums que notre ministre de la santé modifie les protocoles avec le covid. Ekpyrosis a donc vu le jour fin 2019 et voici déjà son successeur, lui aussi rempli ras la gueule de bruits et de cris glaciaux. Unitarity n’y va pas par quatre chemins et confirme en effet les envies industrielles du trio, qui semble vouloir s’inscrire dans la durée dans le sillage de Darkspace et de Blut Aus Nord (avec même quelques traces de Godflesh).