Chronique

Piri Reis – Ritma

Tirant son nom d’un fameux cartographe ottoman du XVIème siècle, Piri Reis est une formation d’un pays assez peu en vue niveau musique: la Malaisie. Ce quintet est actif depuis déjà quelques années, ayant sorti quelques splits avec Coma Regalia ou Child Meadow, ce qui a créé une petite émulation dans le milieu screamo/emoviolence, si bien que Ritma, leur premier véritable album, sort conjointement chez Moment Of Collapse Records, Zegema Beach Records, React With Protest Records et Framecode Records (si ce dernier, local, n’est pas très connu, les trois autres sont des labels références pour les amateurs du genre).

Hautajaisyö – Ei Hauta Kysy Lupaa

Autrefois nommé Redeye (de 2006 à 2014), Hautajaisyö (qui signifie « nuit de funérailles » en finnois) est un quartet finlandais sortant ici son quatrième album. Ei Hauta Kysy Lupaa qui signifie « la tombe ne va pas demander de permission » apparait ici aussi clair que le nom du groupe: la mort est omniprésente chez le quartet, et aussi dans le style pratiqué.

Non Serviam – We Are Nothing But Your Krill

Quelques semaines après le premier album de Biollante marquant leur collaboration avec le collectif de rappeurs Gobscrew, Non Serviam n’a pas attendu bien longtemps pour se remettre au boulot de son côté. We Are Nothing But Your Krill possède l’appellation « mini-album » bien qu’il dure la bagatelle de 43 minutes(pile poil, les durées des morceaux étant arrondies), le collectif parisien anonyme nous y fait replonger dans leur univers si particulier.
Après une courte intro intrigante, « O My Whale » débute réellement dans un énorme fracas. La fibre black metal de Non Serviam apparait ici en bonne place côtoyant toujours ces phases [...]

Wake – Thought Form Descent

S’il est un groupe qui n’a pas peur de décontenancer ses fans, c’est bien Wake. Parti d’une formule purement grind à sa formation en 2009, le combo canadien a peu à peu fait évoluer son death metal vers quelque chose de plus dissonant mais sans renoncer à placer quelques mélodies bien senties. Point d’orgue de cette évolution bienvenue, le monstrueux Devouring Ruin a vu le jour en 2020 et semble avoir mis tout le monde d’accord. C’est avec cette sortie que le groupe a pris une nouvelle dimension et est entré dans la cour des grands.
Et sans surprise [...]

Ultha – All That Has Never Been True

Après une petite incartade chez le mastodonte Century Media Records (The Inextricable Wandering – 2018), Ultha revient à ses premières amours chez le label allemand Vendetta Records (Ante-Inferno, Naxen…) chez qui étaient déjà sortis leurs deux premiers albums. All That Has Never Been True est sorti en avril dernier sans aucune annonce ni pub au préalable, une spontanéité qui n’est pas pour autant synonyme d’album fait à la va-vite.

Wormrot – Hiss

Hasard du calendrier (ou pas ?), c’est juste avant la sortie de son nouvel album que Wormrot a annoncé le départ de son chanteur Arif et de la manageuse du groupe (pour des raisons qui leur sont propres). C’est donc un sentiment un peu étrange qui nous parcoure avant d’entamer ce Hiss, premier album en six ans pour le groupe (après Voices – 2016), un peu comme la fin d’un chapitre avant un hypothétique nouveau départ ?

Flesh Machine – Pray To The Hive

S’il y a des amateurs de deathcore alléchés à la vue du logo de Flesh Machine, ils peuvent tout de suite quitter cette chronique car ce jeune groupe venu de Richmond (Virginie) n’en joue point. Au menu de ce Pray To The Hive, on a en réalité un mix de screamo, noise et post-hardcore joué par un tout jeune trio.

Chat Pile – God’s Country

En voilà un qui était attendu ! Avec deux EP (This Dungeon Earth et Remove Your Skin Please, tous deux sortis en 2019) puis un split en compagnie de Portrayal Of Guilt l’année suivante, Chat Pile a rapidement montré une sacrée personnalité dans son mix de sludge et de noise, aussi lourd que torturé. God’s Country permet enfin au groupe d’Oklahoma City de s’exprimer en version longue !

Dance Gavin Dance – Jackpot Juicer

Retour ô combien attendu cette année des américains de Dance Gavin Dance qui enchaînent pourtant les coups durs depuis quelques mois. A quelques semaines d’intervalle seulement ils ont ainsi du faire face au décès brutal (overdose de médicament) de leur bassiste de longue date -2009- Tim Feerick (en avril), et à la mise en cause par deux jeunes femmes de leur chanteur Tilian Pearson (en juin) pour conduite sexuelle inappropriée qui a forcé le groupe à le suspendre pour le pousser à solliciter l’aide professionnelle requise afin de traiter ce que l’on suppose être des problèmes psychologiques profonds. Si [...]