Chronique

Hrafngrímr – Hólmganga

Groupe monté par Mattjö Haussy suite à son départ de Skáld, Hrafngrímr est au départ un collectif composé de nombreux musiciens de nationalités très variées. Comme pour son groupe précédent, ce projet est une relecture de la mythologie nordique où vocaux en vieux norrois, instruments traditionnels et thématiques inspirées des temps médiévaux (danse y compris) complètent le concept.

Slipknot – The End, so Far

Un album de plus pour les masqués de l’Iowa! Le 7ème ou le 9ème selon qu’on prend en compte ou non les deux premiers albums qui précèdent l’album éponyme de 1999. Et mine de rien après un All Hope is Gone qui avait été bien décevant à sa sortie en 2008 et qui a bien failli être également le dernier album du groupe, celui-ci est revenu au top de sa forme en 2014, enchaînant les bons albums, avec comme point d’orgue le monstrueux We Are not Your Kind sorti en 2019. On n’en vient maintenant plus seulement à espérer [...]

Bloodbox – Post Human Disorder

Vous n’en pouvez plus d’attendre le nouveau Slipknot ? Avant la chronique de demain (Krakou est sur le coup), voici un groupe masqué tout aussi fan de boucan, mais bien plus que les neuf de l’Iowa en réalité ! Fondé en 2001 en Irlande, Bloodbox s’est relocalisé en Nouvelle-Zélande avant d’être silencieux pendant vingt longues années (le premier album Structure Against Self étant sorti en 2002), un silence enfin terminé puisque le trio fait son retour dans le plus grand des fracas !

The Callous Daoboys – Celebrity Therapist

Après un tonitruant Die On Mars (sorti il y a déjà trois ans), The Callous Daoboys revient pour montrer qu’il n’en a pas fini de jouer avec nos nerfs, nos sens, nous. Le sextet d’Atlanta poursuit donc dans sa lignée avec ce Celebrity Therapist, balançant un mathcore personnel blindé d’inattendu entre ses attaques évoquant The Dillinger Escape Plan (le chanteur se rapprochant de la voix de Greg Puciato à bien des moments, notamment ses phases clean comme sur « Title Track ») ou The Chariot (ils ont l’ouverture d’esprit et la folie en commun). Et puis, ils ont toujours une préposée [...]

Abaddon Incarnate – The Wretched Sermon

Vieux de la vieille en matière de grindcore, Abaddon Incarnate est revenu en force cet été avec un nouvel album, son sixième seulement en près de trente ans d’existence. Né en 1994 du côté de Dublin, le groupe possède aujourd’hui trois quarts de son line-up d’origine, à savoir les deux guitaristes/chanteurs Steve Maher et Bill Whelan ainsi que le batteur Olan Parkinson (de retour après un break de dix-huit ans). Le line-up est complété par une bassiste (Irene Siragusa, italienne basée en Irlande), venue apporter un peu de sang neuf au son de ces vétérans.

Stray From The Path – Euthanasia

Toujours armé de son rap-metal (à tendance core) contestataire, Stray From The Path revient enfin suite à son Internal Atomics, datant d’il y a déjà trois ans (un record pour le groupe, habitué à un album tous les deux ans). Euthanasia, leur dixième livraison, s’inscrit dans la lignée de son prédécesseur (mais pas que !), plein de riffs aussi incisifs que saccadés, peaufinés durant le confinement (qui a apparemment très difficile à vivre, notamment pour le batteur).

Talk Show – Touch The Ground

Talk Show est un jeune quartet londonien dont la popularité a fortement augmenté il y a deux ans avec l’EP These People (dont des titres ont été même diffusés par la BBC). Jouant un post-punk respectant les fondamentaux du genre, les anglais y ajoutent leur touche personnelle, soient une énergie et une modernité sonique qui le rendent particulièrement accrocheur.

Orm – Intet – Altet

Deux ans après ma découverte du groupe avec Ir, Orm revient avec un (très) gros morceau sur ce Intet – Altet (« le rien, le tout »). En effet, le trio danois ne fait pas dans la demi-mesure et propose ici un double-album de quatre titres faisant entre dix-neuf et vingt-quatre minutes, excusez du peu ! Des envies de longueurs qui s’étaient pourtant montrées un peu réduites sur l’EP Mit Blod (EP de 2020 où l’on avait exceptionnellement deux titres descendant sous le quart d’heure !), mais qui repartent ici de plus belle au profit d’atmosphères toujours aussi denses ayant pour [...]

Nouns – While of Unsound Mind

Très actif à ses débuts avec plusieurs splits et albums entre 2013 et 2014, Nouns a fait ensuite une pause durant de longues années avant de repointer le bout de son nez l’an dernier avec un court EP (Lonely Place Of Dyin) puis ce While of Unsound Mind. Et si le quartet de l’Arkansas est particulier dans son rythme de sorties, il l’est encore plus en ce qui concerne le contenu de ce nouvel opus. Veuillez bien attacher vos ceintures !

Diabolic Oath – Aischrolatreia

Deux ans après l’ultra imposant Profane Death Exodus, le trio de Portland Diabolic Oath revient terminer d’annihiler ce qui restait après (plus grand chose !). Aischrolatreia est un mot signifiant « le culte de l’obscene ou de la saleté », vous vous doutez donc que le choix d’un tel titre pour leur nouvel EP n’avait pas été pris à la légère…