Chronique

Novae Militiae – Topheth

Sorti dans un premier temps l’an dernier sur Goathorned Productions, Topheth sort à nouveau sur Sentient Ruin Laboratories, soit le même processus que pour Gash’Khalah, le premier album de Novae Militiae. Le projet anonyme français nous offre aussi une nouvelle cover dans les mêmes tonalités rouges et noires, sauf que l’aspect religieux du premier album semble cette fois s’immerger encore plus dans un magma horrifique.

My Own Private Alaska – Let This Rope Cross All The Lands

Autrefois considéré comme une véritable « next big thing », My Own Private Alaska (aka MOPA) s’est pourtant éclipsé aussi vite qu’il est apparu. Un concept unique de screamo accompagné de piano sur un EP percutant, suivi par un premier album (Amen – 2010) enregistré par un certain Ross Robinson (Slipknot, At The Drive-In etc.), tout était là pour maintenir le groupe toulousain au sommet.

Stiriah – Into The Depths

2021 est déjà bien entamé, les sorties se multiplient déjà alors que 2020 n’a pas fini de nous livrer ses albums ! Celui-là date de décembre dernier, sorti dans une relative confidentialité mais qui a de quoi titiller les gens en mal de black mélodique. Stiriah est un quartet allemand (de Berlin) qui a connu une première vie (entre 2007 et 2011) puis qui s’est réactivé trois ans plus tard pour livrer un EP (Night Falls – 2015) et un album (Aurora – 2017) avant ce Into The Depths, sortant une fois encore en autoprod.

Scepter Of Eligos – Inverted Illusions

Trio originaire de Denver, Scepter Of Eligos est un trio annonçant jouer du « psychedelic metal of death » (plus précisément un mix de doom, de death et de metal psychédélique, mais vous vous en doutiez sûrement) avec un panel d’influences assez large tel que Crowbar, Incantation, Celtic Frost ou encore Grave. Des influences qui s’amalgament pourtant entre elles pour donner ce Inverted Illusions, premier album autoproduit au son bien maousse.

Terminal Bliss – Brute Err/ata

Tirant son nom d’après un (apparemment) navet avec Luke Perry, Terminal Bliss est un tout jeune groupe né l’année dernière mais dont les membres sont d’illustres figures de la scène punk/hardcore: on retrouve en effet au chant Cris Crude aka Chris Taylor (Pg.99, Malady, Pygmy Lush), son frère Mike à la guitare (mêmes groupes), Adam Juresko à la basse (City Of Caterpillar) et Ryan Parrish à la batterie (Darkest Hour, Iron Reagan, City Of Caterpillar), bref une solide compo d’équipe complétée par un certain Matt Michel (Majority Rule) à la prod.

Proudhon – The Damaged Bodies

Originaire de Besançon, ce jeune groupe de death/grind a décidé de porter le nom de Pierre-Joseph Proudhon, enfant du pays et précurseur de l’anarchisme. Et si le punk apparaît naturellement comme le mouvement musical qui s’allie naturellement avec ce courant, le groupe opte pour une approche beaucoup plus radicale: du death grind aussi brutal qu’expéditif !

Te Ruki – E Tika Mateu

Du black metal polynésien, vous n’en rêviez peut-être pas, Te Ruki l’ont pourtant fait. Enregistrés à Tahiti et mixés en France les 5 titres d’E Tika Mateu n’ont pourtant pas grand chose d’ensoleillé, à l’image de la pochette qui donne le ton.
On se situe ici dans un registre à la croisée des chemins entre un Hate Forest (notamment pour les vocaux bien puissants et rugis d’Aroma qui tient aussi la guitare) et Rotting Christ, pour le côté très mélodique, puissant, et même épique, qui se dégage des compos du groupe à l’image du superbe « E Vero Teie » qui [...]

Tendinite – Neither/Nor

Après deux EP bien agréables, voici que Tendinite se ramène enfin avec un véritable premier album histoire de ne plus nous laisser sur notre faim (comme je le déplorais sur ma chronique de Back In The Storm). Sur ce Neither/Nor, le trio rémois explore à nouveau les multiples facettes du garage rock, entre tradition old school, tendances psychés, noise ou encore punk, et incorpore tout ça toujours dans une énergie très contagieuse.

Psykup – Hello Karma

En toute honnêteté, je les croyais disparus nos petits français de Psykup. Mais en réalité après quelques recherches, j’ai pu me rendre compte de mon erreur, d’autant que le précédent album du groupe ne date « que » de 2017 (Ctrl +Alt +Fuck, à la pochette aussi imagée que le titre). Vous devinez sans mal que je n’ai par conséquent pas forcément  bien suivi tout le parcours du groupe, mais je n’ai pas pour autant été surpris en appuyant sur le bouton « play » et en lançant l’écoute de leur nouvel album Hello Karma. Pas surpris car on reconnaît immédiatement le style [...]