Fishbone + Inspecteur Cluzo – 09 juin 2009 – Trabendo – Paris

Pas de commentaires      869

Fishbone et la France, ça commence à devenir une longue histoire, le groupe passant de plus en plus fréquemment en tournée ici, il a même enregistré son dernier DVD live à Bordeaux, le premier live de leur longue carrière, pour le label français Ter à Terre. Le dernier et 10ème album date de 2006 mais le groupe parait exister pour la scène et continue à tourner sans relache. Fishbone, créé il y a plus de 25, par une bande d’afro-américain de Los Angeles, mélange pèle même plusieurs styles musicaux, ska, reggae, funk, punk, metal, dans un esprit toujours festif et hyper énergique, entre les slaps déments du bassiste emblématique, la rythmique ultra solide, les sax et trombones et les 2 chanteurs bêtes de scène, prompts à se jeter au contact du public. Fishbone a une réputation scénique qui n’est plus à faire, et après un précédent Trabendo en 2007 et un Elysée Montmartre en compagnie d’Infectious Groove en 2008, revenaient au Trabendo à la Villette cette année.

L’idée étant ce soir-là de fêter l’anniversaire du batteur de mon groupe en compagnie des autres musiciens, se faire une sorte de « soirée groupe » à aller voir un concert, j’étais bien motivé par le fait de revoir Fishbone, dont la bonne humeur et l’énergie s’annonçait forcément promptes à nous faire passer une bonne soirée. Un peu comme aller à un défilé de mode avec ses copines stylistes, ou à une avant première avec des acteurs troupe d’acteurs amateurs, avec des coups de tatanne dans la gueule, des slams de blackos jovials et suants, et beaucoup de bière en plus.
Pas de surprise, on a passé les 3/4 du concert dans le pit, enfin moi les autres sont restés tout du long, pendant que je me remettais après m’être pris un slammeur dans la geule. Ca ne m’a pas tant refroidi que ça, et finalement c’était pas grand chose comparé au slam raté que ces 3 glands m’ont fait faire malgré moi, où je suis retombé au bout de quelques secondes direct sur le sol. Violent comme choc, j’en suis resté groggy pendant la dernière demi heure du concert, avec un gros gnon sur l’épaule en résultat le lendemain. Allez voir Fishbone qu’ils disaient!

Cela dit, c’était génial comme d’hab sinon. Je ne suis pas assez connaisseur de la musique du groupe pour reconnaitre tous les morceaux, le seul album que je connais bien étant Give a Monkey a Brain and He’ll Swear He’s the Center of the Universe, l’album le plus musclé du groupe, celui qui a le plus d’accointances avec le metal, et les concerts du groupe présentait une facette globalement beaucoup plus ska/reggae, même si l’énergie débordante, la touche funky et le gros son en font toujours un groupe très rock sur scène. Les 2 chanteurs, l’un s’occupant par intermittence du clavier, l’autre du sax, sont intenables et sautèrent dans une fosse assez compacte dès le premier morceau, le groupe derrière assure du feu de dieu avec une rythmique impeccable. Le bassiste, bien reconnaissable avec sa mono-dread ramenée vers l’avant sous la casquette est bluffant de maitrise de son instrument, assénant des slaps dignes d’un Victor Wooten . Les morceaux s’enchainent avec quelques variations d’intensité et de style, pas mal de ska bien sautillant, quelques rythmes reggaes, des incursions de guitares saturées, pas mal de funkbien groovy et une ou deux ballades, les 2 chanteurs, enfin principalement Angelo Moore finissant déssapé, en nage, donnant tout ce qu’il a pour faire de ce concert la fête qu’il se doit.

Rien à voir niveau rectitude rythmique avec la première partie assurée par les français d’Inspecteur Cluzo, mais ce duo guitare-chant/batterie a bien chauffé la salle, grace à des compos également bien groovy, rock percutant avec des pointes de jazz, de blues, de funk et quelques riffs faisant penser à RATM ou Clutch, le chanteur passant aisément de voix rauques à soul et a un contact sympa avec le public. Leur « Fuck bass player » a bien plu à celui de mon groupe.
Enfin ce n’était qu’une mise en bouche avant la bande d’Angelo Moore, qui passa d’ailleurs sur scène sur un de leurs morceaux avec un pc portable sensé montré en webcam sa copine si j’ai bien compris, mais peut-être pas.

D’autres photos ici : http://www.soul-kitchen.fr/fishbone-the-inspector-cluzo-au-trabendo/

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 510 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *