Betray My Secrets – Betray My Secrets

6 Commentaires      1 308
Style: death metal ethniqueAnnee de sortie: 1999Label: Serenades

Nous voici en présence du projet parallèle de Stefan Hertrich de Darkseed, groupe sympatoche qui a fait se pâmer en son temps plus d’une jeune Outre-rhénane assoiffée de sensations gothiques juste métallisées comme il faut, aujourd’hui sans doute aussi défraîchie qu’une acharnée de la première heure de Mallaury Nataf. Ces considérations passées, Betray My Secrets est, disons le sans précaution, quand même très supérieur au groupe principal de M. Hertrich. Sorti dans l’indifférence générale et la clandestinité du label Serenades, Betray my Secrets n’a depuis fait le bonheur que d’une poignée de détectives de l’underground. Pourtant il y a fort à parier que, ayant bénéficié d’une promo plus opiniâtre et plus étendue, cet album aurait surgi en pleine lumière lors de sa sortie. Le style résulte d’une idée pas forcément nouvelle mais poussée ici à son accomplissement : mêler le metal et la musique traditionnelle, en l’occurrence des racines folkloriques issues des quatre coins du monde. Pour ce faire, Betray my Secrets ont fait appel, ni plus ni moins, à près d’une quarantaine de musiciens spécialisés dans les musiques d’horizons aussi lointains et divers que les Indes, l’Afrique ou les Andes. Il en découle une musique à la fois rythmée et estampillée world avec pléthore de plans aussi exotiques qu’étonnants : percussions tribales, chant féminin hypnotiseur, harmonies syncopées et autres flûte de pan, harpe… Jamais fourre-tout pour autant, puisque chaque titre met en valeur un patrimoine musical distinct. Le disque se partage entre morceaux frétillants avec très bon chant death des familles, et longues plages atmosphériques aux allures d’invocations désertiques ou de berceuses d’un autre continent. En guise de limite on pourra opposer des rythmiques metal parfois (souvent) un peu simplistes et assommantes, rappelant bien qu’on a affaire à des compatriotes de Rammstein, mais ceci permet d’encore mieux mettre en valeur la qualité et l’importance décisive des éléments traditionnels. Par rapport à leur « rival » le plus direct, Hollenthon (notamment sur Domus Mundi), Betray my Secrets ont l’avantage de sonner bien moins fabriqué de toute pièce et dotés d’une plus grande ampleur spirituelle. Sans être un chef d’œuvre absolu, entendons nous bien, cet album est, d’autant plus au vu de sa confidentialité totale plus de dix ans après, une découverte incontournable pour tout amateur de metal « acculturé. »

  1. shamanic dream
  2. ever expanding eternity
  3. god and me
  4. oh great spirit
  5. of things not seen
  6. desert dance
  7. little wanderer
  8. forgive them
  9. from the goddess
  10. save my belief
  11. my demons
  12. heaven’s throat
Up Next

Groupes cités dans la chronique

6 Commentaires

  1. Monster says:

    Bon album, très bon album même, mais je n’aurais jamais mis ça en anthologik perso, cependant c’est original et c’est une curiosité pas inintéressante. Le côté « rythmiques metal parfois (souvent) un peu simplistes et assommantes » me dérange, ça manque de finesse tout ça. Dommage que ce projet en soit resté là.

  2. moonlight666 says:

    Je ne peux que plussoyer !
    Un excellent album, que l’on se doit de connaitre, ou tout du moins d’y jeter une oreille.
    plus de 10 ans après, je pense que certains peuvent avoir une petite révélation, et c’est quand meme assez rare.
    Personnellement assez content de voir que cet effort a été unique. Cela donne un cachet « culte », et surtout évite de voir un groupe devenir médiocre (trop souvent le cas).
    Bref … il faut vraiment que je jette une oreille sur les nombreux autres projets parallèles des mecs de DARKSEED, excellent groupe plutot inconnu en France.
    Merci Matt ! !

  3. JP says:

    Ca n’a rien à faire en Anthologik!!!!

  4. matt says:

    JP tu peux me filer ton mail stp ? La prochaine fois que je voudrai mettre à l’honneur un très bon disque peu connu je ne manquerai pas de le faire valider avant. Merci.

  5. Djibee says:

    Une merveille. Riche sans être pompeux. Alternativement puissant et envoûtant… et parfois rempli d’émotions. Merci pour cette découverte :)

  6. Florent says:

    « Sorti dans l’indifférence générale et la clandestinité du label Serenades, Betray my Secrets n’a depuis fait le bonheur que d’une poignée de détectives de l’underground. »
    Pas forcément. A l’époque de la sortie de cet album, il y avait eu quand même un morceau (« Shamanic Dream ») sur un sampler de Hard’N’Heavy.
    Très bon album en tous cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *