Korgonthurus – Kuolleestasyntynyt

Pas de commentaires      619
Style: black metalAnnee de sortie: 2020Label: Woodcut Records

Kuolleestasyntynyt, avec un tel mot les joueurs de Scrabble finlandais doivent ramasser un maximum de points ! Derrière ce titre (qui signifie « né de la mort »), se cache le nouvel album de Korgonthurus (dont je vous avais parlé il y a quatre ans avec l’album Vuonen Siunaus), qui est rappelons-le mené par Corvus, ancien leader de Horna et Totalselfhatred.

Si le précédent album du désormais trio s’orientait vers un black metal froid et plutôt brutal, ce nouvel album semble vouloir injecter une ambiance dépressive à ses rythmiques ravageuses. Ainsi, le morceau-titre d’ouverture balance toute sa rage et son désespoir au travers d’un mix très bien géré de riffs old-school et de trémolos quasi crust au-dessus desquels les vocaux perçants du corbeau font à nouveau leur effet. Les finlandais diversifient leur propos en proposant une alternance de trémolos mélodiques (« Tuhontuoja », « Yön Iapsi »), de riffs plus pesants pas loin du sludge (« Riivattu ») et de mélange des genres comme sur « Syyttäjäenkeli » qui fait se succéder riffs binaires et arpèges plus atmosphériques dans un même écrin forestier. Enfin le final « Nox » vient conclure cet album par presque dix minutes multi-directionnelles, entre atmosphères mystérieuses (magnifiées par une utilisation de la guitare acoustique) et frénésie bien raw.

Un nouvel (et peut-être ultime, le groupe ayant apparemment l’intention d’arrêter) album qui respecte une fois de plus le black metal de tradition, haineux, misanthrope, sinistre mais aussi un brin mélancolique grâce à des incursions mélodiques jamais hors sujet. Fortement recommandé aux amateurs de black metal aussi cru que désespéré. Un remarquable chant du cygne, ou plutôt du corbeau (à moins que le groupe revienne sur sa décision de stopper ses activités).

  1. Kuolleestasyntynyt
  2. Tuhontuoja
  3. Syyttäjäenkeli
  4. Riivattu
  5. Yön Iapsi
  6. Nox

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *