Latest Content

Fragile Figures – Anemoia

Deux ans après la découverte Silent Scars, Fragile Figures fait son retour avec un second opus de post-rock qui n’en est pas réellement tant le duo colmarien l’accommode à sa propre sauce. En effet, le duo composé de Kai Reznik (guitares, machines) et Julien Judd (basse) était alors parvenu à sortir des poncifs du genre en injectant de fortes atmosphères dégageant une sorte d’intrigue hypnotique alternant avec des passages plus tendus où l’indus prend le dessus, ce sera aussi le cas avec cet Anemoia.

Blacklist – Afterworld

Les différentes périodes de confinement ont marqué beaucoup de gens, les musiciens reclus y compris. Joshua Strachan, chanteur officiant aussi chez Vaura, a apparemment pas mal souffert de cet isolement mais a finalement décidé de contrebalancer cette sensation, bien décidé à transformer cette expérience négative en idées positives, d’où le concept d’Afterworld.

Baron Fantôme – La Nuit Fantastique

Throatruiner semble tourner peu à peu gothique. Comme l’attestent des sorties telles que les derniers Future Faces ou Bière Noire (où l’on retrouve la tête pensante dans Baron Fantôme), le label nantais aime sortir de l’ultra violence pour s’orienter dans des univers plus singuliers, où post-punk/coldwave/death rock façon 80’s côtoie des lyrics à la poésie mélancolique toute personnelle.

Tempers – New Meaning

Si l’envie vous prenait d’aller faire un tour à pied la nuit, voici la bande sonore qu’il vous faut ! Pour son quatrième album, le duo Jasmine Golestaneh (chant)/Eddie Cooper (synthés) nous convie à une déambulation nocturne sur fond d’une synthpop typée 80’s, au jeu sur les échos rendant ce New Meaning tellement obsédant.

Traitrs – Horses In The Abattoir

Duo canadien formé en 2015 par Sean-Patrick Nolan et Shawn Tucker du côté de Toronto, Traitrs possède déjà une discographie bien riche avec trois albums – Rites And Rituals (2016), Heretic (2017) et Butcher’s Coin (2018) – ainsi que deux EPs. Quelque part entre coldwave et gothic rock à l’ancienne jusqu’alors (ça cite autant The Cure, Bauhaus que The Sisters Of Mercy), le duo connait un nouveau départ avec ce Horses In The Abattoir en se focalisant désormais davantage sur les ambiances synthétiques.

Fotocrime – Heart Of Crime

Autrefois leader des énervés Coliseum, le multi-casquettes Ryan Patterson (chanteur, songwriter, multi-instrumentiste et producteur, sans compter sa riche œuvre graphique) s’est calmé niveau décibels pour aller du côté de ce qu’il nomme « le romantisme électrique du Sud ». Une appellation que le natif de Louisville (Kentucky) enrichit des multiples influences qu’il accole à Fotocrime: « Dans mon esprit, Fotocrime est un point de rencontre entre l’Europe de la Guerre Froide et l’Americana du milieu du siècle. DAF rencontre Roy Orbison, Portishead rencontre Ricky Nelson. Raymond Chandler et Paul Bowles vont voir un double film de Douglas Sirk et Carol Reed ». Une [...]

Fragile Figures – Silent Scars

Duo originaire de Belfort, Fragile Figures entend faire cohabiter post-punk, coldwave et post-rock, le tout enrobé d’une atmosphère cinématographique. Un projet très ambitieux matérialisé ici dans ce Silent Scars, premier EP qui voit le jour chez Araki Records et Atypeek Music, deux labels ayant habituellement des sorties très intéressantes et hors des sentiers battus.

Future Faces – Euphoria

Quasiment quatre ans après s’être Revolté de fort belle manière (quoiqu’un peu brièvement), Future Faces sombre dans l’euphorie. Toujours chez Throatruiner (qui semble délaisser les groupes énervés ces derniers temps – en ayant sorti le premier Palecoal en début d’année), le trio suisse livre avec Euphoria un premier long-format assez différent de l’EP le précédent.
Malgré son titre, la mélancolie apparaît toujours comme fil rouge chez Future Faces mais elle va être ici exprimée avec un son beaucoup plus dense et riche. Les textures et effets n’hésitent plus à s’étendre avec un surplus de force et une atmosphère nostalgico-80’s [...]

Baical – Funeral Party

La nouvelle génération du post-punk semble bien active Outre-Rhin. Après le sympathique premier jet de Rope Sect, voici celui de Baical quelques mois plus tard (sorti en novembre dernier dans l’indifférence générale), trio de Leipzig qui nous entraîne dans une mélancolie communicative mais un peu plus sucrée que leurs compatriotes. En effet, ce Funeral Party possède une vraie touche new wave popisante enrobant idéalement l’optique goth/années 80 so dark pour un mélange nostalgique plutôt irrésistible.

Palecoal – Fake Fates

En attendant le successeur de Malaise (2015), le chanteur de The Rodeo Idiot Engine s’offre une parenthèse en solo en lançant Palecoal, un nouveau projet totalement aux antipodes du mathcore de son groupe originel. Alan Billi avait déjà auparavant montré ses envies de sonorités synthétiques immersives et intimistes avec Orbel, mais Palecoal prend une dimension encore plus singulière, mélangeant paysages sonores aux textures plus ou moins éthérées à un habillage électronique hypnotique.