Interview de Scarve

Pas de commentaires      976
Annee de sortie: 2004
Interview réalisée le 27/06/2004 au Fury Fest avec Pierrick (chanteur), après leur prestation.

On a constaté que vous n’aviez pas eu la possibilité d’effectuer un soundcheck correct avant votre set du jour…

Ce qui s’est passé, c’est que Slipknot se sont pointés ce matin et se sont permis de répéter jusqu’à pas d’heure (NDLR : provoquant un retard dans la programmation et un raccourcissement des sets des 1ers groupes pour rattraper le retard). En plus personne n’avait le droit de rentrer pendant ce temps-là. Et c’était pas prévu en fait, donc nous on a vraiment halluciné…
En plus y a des rumeurs qui circulent sur les mecs et leur façon de travailler, qui sont vraiment pas très cool… Du style, si tu bosses avec eux, il est stipulé dans le contrat que tu dois « éviter de croiser leur regard ». Donc tu vois ils sont bien rock stars, et je pensais pas ça d’eux à vrai dire…
En plus on n’a pas pu joué sur tout le matos du Fury. On a été restreint niveau lights par exemple, alors que les 2 jours précédents, les groupes ont pu disposer de tout le matos.
Enfin bref, c’est comme ça on fait avec… On est arrivé, on s’est branché et on a joué. On a de la chance d’avoir un ingé son qui assure, le gars qui s’occupe de Soilwork, qui va s’occuper aussi de nous maintenant… Donc vu le temps de préparation c’est vrai que le set d’aujourd’hui n’est pas trop représentatif de ce qu’on peut faire du coup. C’était pas mal, mais sans cet ingé son ça aurait été vraiment horrible je pense…

Malgré ça vous avez quand même franchement assuré…
Est-ce que tu peux présenter Scarve, le groupe, et vos influences, pour ceux qui ne vous connaissent pas encore…

Le groupe est né en 1994 je crois, de l’initiative de Dirk (batterie) et Patrick (guitare), et puis il y a eu pas mal de changements de line-up depuis ce temps-là forcément. Ils ont eu notamment du mal à trouver un chanteur efficace. Le 1er (à l’époque de Six Tears of Sorrow) assurait bien sur le chant death, mais était très limité en voix claire… Après il y a eu l’arrivée de Guillaume et de Bob et ils ont enregistré Translucence à cette époque déjà avec Daniel Bergstrand. Moi je suis arrivé juste après l’enregistrement de Luminiferous. C’est donc toujours Bob qui chante dessus, même s’il a quitté le groupe peu après l’enregistrement. Je suis donc crédité comme chanteur de Scarve à la sortie de  Luminiferous, même s’il est bien précisé que ce n’est pas moi qui chante sur le disque.  Irradiant, enregistré en Suède chez Daniel Bergstrand, c’est donc le line-up définitif, et on est vraiment arrivé à faire ce qu’on voulait faire depuis le début sur cet album.
Et donc pour nos influences, et bien on est 6 dans le groupe et il y a finalement très peu de groupes qu’on aime en commun. Ca ne veut pas pour autant dire que Scarve est un patchwork de plein de styles, avec un riff à la machin, un riff à la bidule. Au fil du temps en conjuguant tout ce qu’on aimait, on est arrivé à créer notre propre son, et je pense qu’aujourd’hui on peut reconnaître la « patte » Scarve. Au départ ce qu’on a en commun, c’est des groupes comme Strapping Young Lad, Morbid Angel, ou Meshuggah ou même Björk, même si c’est vrai que ça ne s’entend pas forcément pour Björk. En fait maintenant, Dirk, Patrick et moi, on écoute beaucoup des trucs comme Satyricon, Darkthrone, ou Motörhead

Ce qui colle bien au style de Phazm (side project black n’ roll de Patrick, Dirk et Pierrick) si je ne m’abuse…

Oui tout à fait, même si je ne voulais pas spécialement en arriver à Phazm… Donc maintenant avec Scarve, on commence à avoir de la bouteille, et on arrive à écrire de la musique sans avoir à penser à nos influences.

Irradiant est sorti en début d’année, comment marche-t-il au niveau des ventes ?

Ca c’est toujours difficile à dire. En fait il faut vraiment compter un an à compter de la sortie d’un album pour espérer savoir combien on a vendu. En France on sait que ça marche plutôt pas mal. C’est même assez surprenant parce qu’on a déjà fait pas mal de re-pressages. Donc je ne saurais pas dire exactement, mais ce qui est sûr c’est qu’on a forcément dépassé les 3000 exemplaires en France.
A l’étranger on a pas encore les retours mais c’est vrai qu’on a que des bonnes chroniques…

Oui on a vu notamment de très bonnes chroniques dans Terrorizer et Metal Hammer, les journaux de référence métal anglais…

Bah c’est vrai qu’on a des licences, du coup l’album est sorti au Japon et aux USA, et on a que des bonnes chroniques partout. Concernant l’Europe, on peut voir déjà, parce qu’on tourne pas mal et on s’aperçoit que les gens connaissent l’album, donc ça doit bien se passer, même si on ne sait pas si les mecs achètent le disque ou le téléchargent…
J’ai discuté avec un gars du label Osmose qui m’a expliqué qu’il avait fait une sorte d’étude pour voir combien de fois étaient téléchargés les albums des groupes de son label, et ça équivalait à 3 fois le volume de ses ventes.
Les labels et les groupes sont vraiment dans la merde aujourd’hui avec ça, c’est un vrai problème, même si on essaie de nous faire croire que c’est pas un problème…

Là-dessus moi j’ai personnellement une position plus nuancée, puisque je te dirais par exemple que pour Scarve, j’ai acheté tous les albums, mais j’ai découvert votre musique grâce à Internet, et je pense que je n’aurais pas acheté les disques sans ça…

Oui mais dis-toi que vous vous êtes des passionnés, mais que tout le monde n’est pas comme vous, et beaucoup choisissent la solution de facilité. Je n’ai rien contre le téléchargement en soi. Je trouve même ça très bien. Y a quelques temps moi je faisais du tape trading, donc sur le principe c’est pas vraiment nouveau. Le problème c’est quand tu vois que les groupes vendent 3 fois moins qu’avant, avec la même promo, les mêmes coûts… Par exemple faire Irradiant, ça coûte très cher. Passer 1 mois et demi en Suède dans un studio à 2500 balles la journée, je peux te dire que ça revient cher. Après c’est vrai que pour nous c’est une passion alors on ne pense pas trop à ça… Mais quand tu n’as pas… (Dirk, batteur de Scarve passe alors pas loin et tente de distraire pierrick…) (rires) Quand tu n’as pas les retours qui te permettent de rentrer dans tes frais, y a des moments où tu te dis, « merde comment on va faire ? ». Heureusement on arrive à s’en sortir parce qu’on se bouge le cul à fond, on monopolise nos vies là-dessus, mais c’est vrai qu’avant on aurait vendu 15000 en France.

Tu crois vraiment que les petits labels souffrent tant que ça ? Pour les gros je ne dis pas mais les petits ?

Oui je pense que même les petits en souffrent vraiment oui… On verra comment ça évoluera dans les années à venir… Moi le téléchargement je ne suis pas contre, mais je pense qu’il n’y a pas assez de gens qui sont vraiment dans le truc pour que ça puisse exister de façon honnête… Y a trop de gens qui gravent l’album chez eux et du coup s’en foutent. Et puis nous forcément bah on l’a dans le cul.

Vous ne vivez donc pas de votre musique bien sûr…

Non en effet… On a tous des boulots à côté qui nous permettent de faire tout ça, de partir en tournée comme ça. On est techniciens sur des spectacles, y en a qui donnent des cours de gratte… On est obligé de faire ça pour s’en sortir…

Oui je crois savoir que vous avez tous dans Scarve, un parcours, et un cursus musical assez importants… Toi par exemple tu joues de la guitare aussi il me semble…

Oui d’ailleurs c’est ce que je fais dans Phazm (1er album prévu en octobre sur Osmose), mon projet black n’ roll…
En fait on s’est tous rencontrés dans Scarve, via le MAI à Nancy, (anciennement CNCN), on a tous fait l’école. Dirk a fait du violon 10 ans avant de faire de la batterie, moi je faisais du classique avant au Conservatoire, on a tous un passé musical, qui n’a d’ailleurs rien à voir avec le métal.

Tu as eu l’occasion de voir quelques concerts ici ?

Oui bien j’ai pu voir Meshuggah, je suis fan. Mais j’ai été un peu déçu par le son, pour tout dire. Ceci dit, étant musicien et sachant que c’est très compliqué ces histoires de son et tout, je ne peux que relativiser… Fear Factory, j’ai trouvé ça cool, même si… Et donc…

Même si quoi tu allais dire ?

Bah même si… sur album c’est mieux quoi. C’est vrai que c’est ça le problème quand tu fais des albums super bien produits après en live les gens sont souvent déçus. Donc je sais qu’hier pas mal de gens ont été déçus par la prestation de Fear Factory. Mais franchement ils sont bons et le chanteur a vraiment progressé je trouve.
Aujourd’hui j’ai pas vu grand-chose, parce qu’on a joué, et après je suis parti boire des bières, fumer des pétards et chercher des filles… (rires). J’aimerais bien voir Slipknot parce que j’espère qu’ils vont faire un truc valable par rapport aux casse-couilles qu’ils ont pu être. J’aime pas spécialement la musique mais je pense que leur show est intéressant quand même. C’est comme Rammstein, je supporte pas la musique, j’écouterais pas ça chez moi, mais par contre j’adore les voir en concert et je suis largement prêt à payer pour les voir.

Parle-nous un peu plus de Phazm… Il faut donc s’attendre à une sorte de black n’ roll ?

Black parce que c’est mon truc à la base. Mais quand je dis black je ne parle pas de Cradle, tout ça, mais plutôt de la scène norvégienne, « trve », mais sans la connotation débile qu’on met derrière parfois. Mais bon c’est large et justement ça dépasse le cadre du black : dans l’album de Phazm, je remercie BB King, Euronymous, Fenriz, Zakk Wylde, Lemmy (de Motörhead).
Pour revenir au disque, on a enregistré chez Jacob Hansen (ND Krakoukass : qui n’est pas le producteur de Clawfinger contrairement à ce que je soutenais à Pierrick, désolé !! Je confondais avec Jacob Hellner), le mec qui a produit Illdisposed, au Danemark. On a tout enregistré « live », c’est-à-dire pas « guitare/basse/batterie séparées » sauf pour les solos et la voix qui ont été faits à part pour plus de confort.
Le trip c’est effectivement un mélange style Darkthrone, avec du rock n’ roll. Pour l’instant sur le 1er album, c’est davantage le côté black qui ressort, quoique black pas forcément rapide (il y a très peu de blasts). On va développer l’aspect rock n’ roll dans le futur.

Et ta voix sur cet album ?

Ah ma voix ça n’a rien à voir du tout avec ce que je fais dans Scarve. Je me suis vachement inspiré de ce que fait Attila (ex-nouveau ? chanteur de Mayhem) sur De Mysteriis Dom Sathanas, et de ce que faisait Johan Edlund (Tiamat) sur Wildhoney.
Mais bon c’est assez varié. Scarve c’est Scarve et avec Phazm, je me lâche.

Et donc vous êtes combien dans le groupe ?

On est 4, avec Dirk (batterie) et Patrick (guitare) et un bassiste en plus.
Et donc l’album sort en octobre chez Osmose.
On a fait un clip d’ailleurs, style ultra gore. C’est pas à prendre au sérieux, je préviens de suite, c’est en hommage aux vieux films d’horreur des années 80, style « Evil Dead », le genre de films qui te font peur quand t’es gamin, et qui te font rire quand t’es adulte…

Qu’en est-il de Guillaume et du 2ème album de Cube ?

Et bien en fait ils sont en train de réenregistrer certaines chansons, car la sortie de l’album a été repoussée pour des raisons logistiques… Donc ils en profitent pour enregistrer d’autres chansons aussi. L’album a été enregistré à Abbey Road en Angleterre.
Quant à la musique, je préfère ce qu’ils font maintenant. C’est plus personnel qu’avant, je préfère personnellement. Beaucoup moins rap au niveau du chant, plus chanté. Vraiment bien en tout cas… Guillaume chante même en français maintenant…
Et ça sort en octobre aussi, en même temps que le Phazm en fait ! Mais c’est sûr qu’avec Cube, les ambitions de Guillaume sont plus importantes que pour nous avec Phazm, c’est pas du tout la même chose…
Cube permet à Guillaume de faire ce qu’il aime vraiment, et notamment assouvir son côté « pop », ce qu’il ne peut logiquement pas faire dans Scarve. Mais il fait très bien la part des choses, et c’est impeccable.
Pareil pour moi avec Phazm : Scarve c’est vachement travaillé, et je voulais avec Phazm, faire un truc « simple » : on arrive, on se branche, on boit des bières et on enregistre.

Qui est-ce qui compose dans Scarve ?

Un peu tout le monde mais énormément Sylvain. Dirk apporte beaucoup au niveau rythmique, et il écrit l’essentiel des textes, même si je m’y suis mis un peu maintenant. Pat amène des riffs… Mais c’est surtout Sylvain, notamment pour les arrangements : tu lui amènes 2 riffs, il te fait une chanson monstrueuse. T’arrives avec un truc pourri et il te transforme ça en truc mortel.

C’est marrant parce que c’est vrai qu’il brille par sa discrétion…

Exactement : il est trop souvent mis de côté dans la tête des gens quand ils parlent de Scarve, alors que c’est un mec qui mériterait d’être guitar-hero tu vois… Le truc c’est qu’il est pas trop branché par les interviews, l’image… Lui ce qui l’intéresse c’est la musique, point. Mais c’est dommage car sans lui Scarve n’en serait pas là aujourd’hui, loin de là… Moi je serais pour qu’il se mette plus en avant…

Merci beaucoup Pierrick !

Merci à vous les gars !


Un grand merci à Pierrick pour sa gentillesse et son accessibilité!

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1035 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *