Kehlvin

Pas de commentaires      856
Annee de sortie: 2010
Interview avec Yonni (chant) par mail interposés quelques temps avant la sortie de Holy Cancer, la dernière réalisation du combo qui sera disponible dès le 13 juin via Division Records.

Pourrais-tu nous faire une brève présentation du groupe, pour ceux qui ne le connaissent pas encore ?

Kehlvin existe depuis 1999. On a toujours proposé une musique relativement lente et épique, que l’on décrit habituellement comme étant du hardcore progressif. On a une allergie profonde aux structures basiques du type couplet/refrain/pont, d’où le « progressif », et on aime les sons lourds et distordus à l’extrême, d’où le « hardcore ». Après deux 4 titres, on a enregistré notre premier album « The Mountain Daylight Time », ainsi qu’un split avec les Genevois de Rorcal, nommé « Ascension » ; depuis, on continue notre chemin tranquillement.

Votre premier album (« The Mountain Daylight Time ») sorti en 2006 a reçu un très bon accueil un peu partout dans la presse spécialisée. Vous attendiez-vous à un tel engouement ?

On ne s’attendait à rien de spécial, même si on avait confiance en notre capacité à écrire de bons titres. Je dois dire qu’on a quand même été surpris de certaines réactions qui frisaient l’encensement pur et simple. On n’avait pas l’impression d’avoir révolutionné le petit monde de la musique avec cet album, même si, comme je l’ai dit, on avait conscience de la qualité de nos compos.

« The Mountain Daylight Time » été enregistré avec Julien Fehlmann et masterisé par Pelle Henricsson. Pour un premier album, on peut dire que vous avez mis les petits plats dans les grands. S’agissait-il de votre choix dès le début, ou est-ce un concours de circonstances qui vous a amené à collaborer avec ces deux personnes ?

Pour Sir Fehlmann, c’était évident et certain depuis le début ; c’est déjà lui qui avait enregistré notre deuxième 4 titres en 2002. Ce type est un génie absolu et surtout un véritable ami depuis de nombreuses années. Pour Pelle, le choix s’est assez vite imposé à nous, on était tous fans du son des deux premiers albums de Cult of Luna et Fehlmann le connaissait bien pour avoir mixé avec lui le dernier album d’Unfold, alors on s’est dit : Rock On !!!

Vous avez beaucoup tourné en Suisse pour défendre cet album, et vous avez même été jusqu’à jouer à Athènes au mois de novembre dernier. Comment cette opportunité s’est-elle présentée ?

Au départ, on devait faire la première partie de Amenra à Athènes, puis ils ont annulé car ils étaient en studio au même moment ; du coup, l’agence qui nous avait booké nous a demandé si on voulait venir quand même, mais en tête d’affiche ! On a tout de suite accepté et ce concert était juste incroyablement intense, un pur moment de bonheur !!!

Vous venez de sortir un split avec Rorcal, et il semblerait que les deux formations s’apprécient mutuellement. Comment vous êtes vous rencontrés ?

C’était en janvier 2007 au SAS à Delémont, les deux groupes avaient été programmés pour une soirée Hard. Le coup de foudre a eu lieu lors de ce concert largement alcoolisé ! Et depuis c’est le grand amour !!

Ce split a d’ailleurs été enregistré au printemps 2007 durant quatre jours. Comment l’idée de faire un morceau unique avec dix musiciens vous est-elle venue à l’esprit ?

Au départ on voulait juste enregistrer un split classique avec deux titres par groupes, puis on s’est dit que proposer quelque chose d’un peu plus personnel pourrait être très intéressant, vu la ligne artistique des deux groupes. On a essayé, ça a fonctionné et on a réussi à écrire et à enregistrer ce titre de 30 minutes en seulement 4 jours !!!!

Dans le même ordre d’idées, le groupe Lyonnais Overmars sortait à l’automne dernier son EP « Born again » qui, lui, avoisine les quarante minutes. Avez-vous eu l’occasion d’y jeter une oreille ?

Bien sûr ! Ce disque est phénoménal. Les influences plus marquées d’artistes comme les Swans ou Godflesh est tout à fait cohérente. Ce disque marque une étape révolutionnaire pour Overmars. Je pense qu’il s’agit d’un des groupes français les plus intéressants (avec Dirge et quelques autres).

En ce qui concerne un avenir assez proche, j’ai entendu dire que vous alliez sortir un EP trois titres intitulé « Holy Cancer » durant le courant du mois de mai, et qu’il serait accompagné d’un DVD live. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Alors oui, tu es bien renseigné, le Holy Cancer va sortir dans le courant du mois de mai (en fait la sortie est prévue pour le 13 juin NDLR). Il est composé d’une partie audio qui contient trois nouveaux titres et des plages ambient/drone pour un total d’environ 40 minutes. Ces trois nouveaux titres sont plus sombres et plus hargneux que les titres de « Mountain… ». Il contiendra également un DVD avec plus d’une heure de live filmé par 5 caméras ; autant te dire qu’il y en a pour son argent !!!

Yonni, tu officies aussi au sein de Yog. L’idée de monter une tournée – ou quelques dates – ensemble vous a-t-elle déjà traversé l’esprit ?

En fait, je n’aime pas faire les choses à moitié ; après un concert j’ai plus l’air d’être mort que vivant, je donne tout à chaque fois. Donc, je sais que si je dois faire deux concerts en une soirée, je ne pourrai pas être à 100% dedans pour les deux, ce qui ne me convient pas du tout.

Toujours dans la rubrique des projets annexes, Jona, votre guitariste, accompagne The Ocean sur la tournée de leur dernier album « Precambrian ». Comment le groupe a-t-il réagi face à cette nouvelle ?

Ca a été un peu dur au début, on ne s’y attendait pas tellement en fait. Mais une fois la nouvelle digérée, on était ravi pour lui, il s’agit tout de même d’une sacrée opportunité !!! Et ce petit trou de balle nous fait une pub monstrueuse tout au travers de l’Europe avec ça, ce qui est plutôt cool !!!

Durant l’absence de Jona, vous avez fait appel à Bert du groupe Sonograph, qui vient de la même région que Kehlvin. Comme les deux formations évoluent dans des styles bien distincts, ça n’a pas été trop dur pour lui de s’adapter à vos compositions nettement plus nerveuses ?

Bert est un génie, ce type est une bénédiction pour le monde de la musique suisse ! Même si Sonograph est nettement moins hardcore que nous, c’est loin d’être un truc tout mou. Bert sait également se servir de sa guitare comme d’une arme de destruction massive, donc pas de problème !! Ironie du sort, Bert est venu remplacer Jona, et 3 mois après c’est Luc (batteur de Sonograph) qui a été engagé pour partir avec Jona et The Ocean pour cette tournée de 90 dates à travers l’Europe et les Etats-Unis !!!

D’ailleurs, aux dernières nouvelles, c’est Fabien (batteur de Yog) qui a repris le flambeau. Comment cela se passe-t-il ?

Très bien. Cet animal est encore meilleur guitariste que batteur, je te laisse imaginer le carnage !! C’est lui qui va assurer les quelques dates que l’on va faire cette année.

Ce dernier va-t-il prendre part à l’élaboration des nouveaux morceaux qui figureront sur votre second album ?

C’est très possible qu’il compose quelque chose avec nous, on doit encore en discuter, car Yog lui prend énormément de temps…Le grind, c’est dur !!!

Le EP « Holy Cancer » va apparemment servir de lien entre « The Mountain Daylight Time » et ce second disque, qui serait d’ores et déjà intitulé « The Dreams In Which I’m Dying Are The Best I Never Had ». A quels changements majeurs devons-nous nous attendre ?

Dur à dire. Je pense que le côté post rock un peu chiant et déjà entendu mille fois (avec les fameuses montées instrumentales qui finissent par une libération dans un déluge de larsen) va être beaucoup moins exploité, on a donné je crois!! Et puis, 10 00 groupes se sont mis à faire ça ces dernières années…Et pas toujours avec talent, malheureusement !!! Je pense que l’album sera globalement plus brutal, plus sludgy (Eyehategod reste notre maître absolu). Mais je ne peux encore rien dire de plus pour l’instant !

Avez-vous déjà des titres en chantier pour ce deuxième opus, ou juste quelques idées que vous souhaitez approfondir ?

Un empilage de riff torturés et de plans rythmiques…Rien de très concret pour l’instant !!!


Comment se passe le processus de composition ? Avez-vous vos petites habitudes ou est-ce que vous fonctionnez plutôt au feeling et au jam ?

Pas trop d’habitudes, sinon on entre trop vite dans des schémas qui se bouffent la queue…donc plutôt au feeling, on graille, on expérimente, on jam, on réfléchit, et voilà !!!

Pensez-vous déjà à la tournée qui va suivre la sortie de votre second album, ou est-ce encore trop flou pour l’instant ?

Déjà, avant que l’album ne sorte, on va tourner pour défendre ce Sacré Cancer, on va partir sur les routes du 7 au 21 novembre en compagnie de L’homme Puma et d’un autre groupe, dont je ne parviens pas à retrouver le nom !!! Ensuite, on aimerait bien sortir le deuxième ‘véritable’ album début 2009, ce qui coïnciderait avec les 10 ans du groupe. On envisage donc une autre tournée pour le printemps 2009, mais rien n’est encore réellement décidé pour le moment !!! Des nouvelles suivront dans le cours de l’année.

Y’a-t-il un pays (ou son public) qui vous attire plus particulièrement ?

On aimerait bien retourner en Autriche, où on a des souvenirs formidables ; la Grèce également, les gens y sont tellement ouverts et sympas, c’était juste incroyable !!! Je dois dire que parcourir l’Europe nous motive grandement !!

Quels ont été vos derniers coups de cœur musicaux récemment ?

Gaza, le groupe le plus incroyable que j’ai entendu depuis de nombreuses années ! Un mix malsain de sludge, de grind et de chaoscore. Bref, la mixture la plus violente et la plus hargneuse du monde. Ce groupe a redéfini ce qu’était réellement la musique dite brutale !! Sinon le dernier Down est très bon ; Cursed vient de sortir l’album de l’année. Le dernier Sole (avec le Skyrider band) est probablement le meilleur disque de hip-hop jamais sorti sur cette planète. Lazarus Blackstar est un groupe à surveiller de près. Le dernier EP d’Envy est excellent ; le dernier Earth est à posséder vite ; le Ghosts de N.I.N est superbe, et voilà ce qui tourne par chez nous ces derniers temps !!!

Que pensez-vous de la scène musicale Suisse, car elle est souvent synonyme de diversité et de qualité ?

La scène Suisse est excellente, quand tu penses à des groupes comme Knut, Forceed, Cortez, Impure Wilhelmina, Kruger, Honey for Petzi, Mumakil, Rorcal, Sludge, Celtic Frost, Lost Sphere Project, Equus, Sonograph, Forceed…Et y en a encore 45 que je pourrais te citer, tous aussi bons les uns que les autres dans leur styles respectifs…Classe et diversité, je pense qu’il s’agit des maîtres mots de la scène Suisse !

Si internet est un énorme outil promotionnel pour les groupes encore peu connus, il est aussi synonyme de téléchargement. En tant que groupe, quel est votre avis sur ce sujet ?

Le téléchargement permet la diffusion rapide de la musique à un nombre croissant d’internautes curieux ; en ce sens il s’agit d’un aspect positif. Malheureusement, les gens s’arrêtent à ça, ils n’utilisent pas internet seulement pour découvrir des groupes, ils l’utilisent pour prendre leur musique. Moi, je sais ce que ça fait de bouffer des pâtes pendant 6 mois parce qu’on a décidé de casser la tirelire pour faire un beau digipack… Moi, j’achète tous mes disques, et je ne télécharge jamais plus d’une ou deux chansons pour découvrir un artiste ; j’aimerais que plus de gens agissent ainsi, mais seuls les passionnés le font, malheureusement…

Un dernier mot ?

Trust in whiskey, weed and Black Sabbath !!!

Merci à toi pour ton temps et bonne continuation au groupe pour la suite !

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *