Bilan 2006 joss

Pas de commentaires      1 117

Concerts

Bien évidement, l’évènement de cette année 2006 fut le Hellfest de Clisson, réussi en tous points, avec notamment pour moment forts les concert d’Orphaned Land (10 ans que j’attendais ça), de Textures, Satyricon, Gojira ou bien encore Alice in Chains. Un festival à taille humaine, dans un cadre des plus agréables et dont l’édition 2007 est maintenant (et à la vue des premières annonces faites) une des grosses attente pour l’année à venir.
Mais il n’y a pas que les événements de grande ampleur. Aussi, les concerts de Crucified Barbara et Koritni dans un café concert de Nantes (Le Pïtcher à Rezé pour être précis) auront été malgré la petite taille de la salle, les deux évènements Rock n’ roll de l’année et auront prouvé que l’on peut encore déplacer du monde avec un genre musical que l’on dit moribond.
Si le déclic ne se fait toujours pas sur disque pour ma part, le concert récent de Tool au Zenith (flambant neuf) de Nantes m’aura quand même retourné. Un concert ultra carré à la mise en scène impressionnante (lights et vidéo). Ce groupe sait vraiment créer une ambiance à lui et si certains repprochent à Maynard son manque de communication avec le public (au passage, bravo le coup du masque à gaz avec micro), je trouve que celà ajoute au côté froid et inquiettant du show.

Déceptions

Je n’en ai qu’une en tête et elle est de taille. Je ne pensais pas que les Allemands de Disillusion porteraient un jour aussi bien leur nom. Alors oui, il est tout à leur honneur d’avoir eu le courage de balayer, que dis-je de pulvériser ainsi leur passé mais leur musique ne me procure plus rien. Peut-être y a t-il du talent dans ce métal teinté d’électro mais je ne le vois pas et d’autres groupe ont réussi cette reconversion de manière bien plus interressante (Manes, Ulver…)

Albums de l’année

Green CarnationThe Acoustic Verses
Premier incontournable de l’année, première surprise. De Green Carnation je ne connaissais que A blessing in disguise un album sympatoche mais pas inoubliable. J’avais laissé filer The quiet offspring et m’apprêtais à faire de même avec ce nouvel album annoncé comme entièrement acoustique. C’est sur des conseils avisé et à la lecture de bonne chroniques que je me décide à acquérir l’objet. Excellente surprise donc que cet album entre prog et folk qui rappelle tout naturellement le Damnation d’Opeth. Avec le recul que j’ai maintenant je pense même affirmer que les deux se valent. Une musique riche et sincère, même si l’interlude « album acoustique » semble être à la mode ces temps ci (Borknagar, Drudkh…).


TexturesDrawing Circles
Si je me refuse cette année encore à faire un classement au sein de ce top 10, ce nouvel album figure incontestablement au sommet de la liste. D’autant plus que c’est plutôt un coup de cœur inattendu. Le premier album du groupe ne m’avait pas enthousiasmé plus que ça mais ce Drawing circles est une double claque dans la figure. La première de par la puissance délivrée et la seconde par la beauté du chant clair et des ambiances distillées par le groupe. Un mélange de Meshuggah et Devin Townsend selon les médias. Je ne suis fan ni de l’un ni de l’autre mais le mélange me convient tout à fait.


Negura BungetOm
Je connaissais un peu l’album N Crugu Bradului mais je n’étais pas préparé à recevoir ce monument de black métal atmosphérique. Negura Bunget est un groupe à part et affirme avec cet album une grande personnalité et une maturité à toute épreuve. 70 min d’ambiances hivernales pour un voyage au cœur des forêts transylvaniennes.


Iron MaidenA Matter of Life and Death
Point de surprise en ce qui concerne ce disque. Il était très attendu et force est de reconnaitre que le groupe ne déçoit pas. Mieux, il nous livre simplement son meilleur album depuis « Seven son », considéré par beaucoup comme le meilleur album de la vierge de fer. Des titres épiques comme on n’en avait pas entendu depuis longtemps, un Bruce Dickinson qui dévoile des timbres de voix qu’on ne lui soupçonnait pas et surtout, aucun titre faible. Un album dont le groupe peut être fier, ce qui est d’ailleurs le cas puisque ce dernier est joué dans son intégralité lors de la dernière tournée des Anglais.


AgallochAshes Against the Grain
Une des grosses attentes de l’année en ce qui me concerne. Une évolution surprenante dans la mesure ou l’on imaginait le groupe virer plus post rock alors que celui-ci réaffirme son affiliation au dark métal. Un album plus proche de Pale Folklore que de The Mantle, qu’il n’arrive d’ailleurs pas à égaler. Mais qu’on ne se méprenne pas, c’est ici du dark métal atmosphérique haut de gamme que nous livre le quatuor de Portland. Un superbe périple au cœur de montagnes enneigées.


MelecheshEmissaries
Je n’avais pas pris le temps de me pencher sur le cas Melechesh avant cet album, et ce malgré le mélange métal/musique orientale que j’affectionne avec Orphaned Land. Mais ici, les influences sont plus sous-jacentes et la musique des Israeliens se fait beaucoup plus féroce que celle de leur compatriotes. A mi-chemin entre thrash et black métal, Melechesh nous livre en 55 min, un déluge de riffs apocalyptiques.


My Chemical RomanceThe Black Parade
Encore un disque que je ne m’attendais pas à aimer. Je connaissais vaguement le nom de ce groupe et pensais ne jamais trouver d’intérêt dans leur musique cataloguée pour émo-kid. Seulement cet album s’avère plus ambitieux et MCR donne à son punk-émocore une dimension théâtrale des plus réjouissantes. Un disque qui a le don de mettre de bonne humeur.


EluveitieSpirit
Ho la belle surprise que voilà. Eluveitie avec son métal celtique, sont les premier à proposer un mélange valable de mes deux styles musicaux favoris. Pourtant, allez comprendre comment des Suisses peuvent marier death suedois et musique irlandaise avec autant de brio… Enfin on s’en fout, ce second album est un grand bol d’air dynamique, enjoué, festif et rafraichissant. Lors de leur passage récent au Pagan Fest de la Loco, le groupe aurait volé la vedette à Negura Bunget. Qu’on se le dise…


SylvanPosthumous Silence
La petite gâterie métal prog de l’année. Encore un groupe inconnu au bataillon pour moi avant la découverte de cet album (leur 5e tout de même). Une petite merveille de sensibilité aux arrangements riches et fouillés. Idéal pour patienter avant les prochains Marillion et Riverside.


The AnswerRise
L’année dernière c’était Green Dollar Colour, cette année c’est The Answer. Ces groupe officient dans un genre où tout (ou presque) a été fait, et souvent en mieux. Toutefois il est toujours agréable de voir des jeunes reprendre le flambeau laissé par des groupes comme Led Zep, Van Halen, Deep purple et consort, surtout quand il le font bien. Ce premier album des plus prometteur nous fait espérer des prestations live sulfureuses.


Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *