Ash + Sparta – 08 octobre 2004 – Trabendo – Paris

Pas de commentaires      997

N’ayant jamais vu At The Drive-In en live, ça faisait un bail que je voulais voir des membres de ce combo culte en live dans leurs nouveaux groupes Sparta et The Mars Volta. A défaut de The Mars Volta, il y avait ce soir Sparta en concert à Paris, en première partie des irlandais de Ash dans l’agréable salle le Trabendo. Construite en strates, comme de vastes paliers en cercle autour de la scène, la salle permet à tous de bien voir le groupe sur scène et c’est un avantage indéniable malgré une acoustique imparfaite.

Sparta en première partie de Ash, c’est un peu décevant, mais il est vrai que ces derniers ont plus de vécu et de notoriété. Pas d’autres groupes, Sparta arriveront donc en premier sur scène. Tony Hajjar part directement sur une rythmique énervée où toms et shirley s’entrecroisent, on retrouve avec bonheur ce jeu de batterie complexe et cette frappe précise caractéristique de ATD-I. Comme je le dis souvent, pour faire un bon groupe, il faut un bon batteur et celui-là fait définitivement partie du lot. Paul Hinojos qui dans ATD-I occupait le poste de bassiste, s’est mis à la guitare dans Sparta, qu’il a formé avec Tony et Jim Ward, guitariste, dont les riffs et les voix écorchées avaient une place prépondérante dans le son At The Drive-In. Les 3, auquel s’est maintenant additionné un bassiste, formaient la base du son de leur ancien groupe et cela se ressent sur scène, leur set est carré, sans approximations, des samples lancés par le batteur s’intercalent dans les morceaux qui s’enchaîneront sans temps mort.
Il pourrait leur manquer la folie et l’excitation scénique des 2 chevelus de The Mars Volta mais Sparta ont décidé de jouer une musique concentrée et spontanée, rock indé teinté d’émo, marqué par des guitares se croisant autour d’une rythmique puissante. Jim Ward se donne et ça se voit, sa voix n’est pas toujours parfaite sur album mais provient des tripes et rend très bien en concert, rugueuse mais mélodique, elle part facilement dans des aigus stridents bien rendus.

Piochant dans les meilleurs titres de leurs 2 albums, Sparta nous ont offert un très bon set, rythmé et mélodique, qui ravira le public. Dommage que leur set, en tant que 1ère partie ait été assez court, nous laissant un peu sur notre faim après une douzaine de titres, surtout que l’attente pour voir après Ash fût assez longue.

Donc après un certain temps, Ash arrivent sur scène. Le concert globalement ne m’a pas vraiment emballé mais ce n’est pas trop mon style non plus. Ils nous ont heureusement servi tous leurs tubes d’antan, « Girl from Mars », « Oh Yeah », « Kung Fu », qui m’ont rappelé des souvenirs marrants d’un temps où j’écoutais les albums Trailer et 1977. Dommage qu’après ces albums ils aient vraiment stagné, les autres titres joués m’ont fait figure de remplissage, genre power pop basique où le bassiste suit les quelques accords de la guitare. Enfin cela semblait vouloir dire qu’ils n’ont que quelques singles de bien et qu’ils les jouent à tous leurs concerts depuis 10 ans!
Avec leur dernier album, il semble qu’ils soient revenus à un meilleur son, variant un peu leur college rock inspiré par le punk. Ils se sont adjoints depuis cet album les services d’un nouveau membre, une nana qui selon les termes d’un type rencontré au concert est vraiment bonne… à la guitare bien sûr.

Ils se sont assez bien démenés sur scène, le chanteur et sa gueule d’ange concentrant une grande partie des regards. C’est clair que c’est lui le personnage principal de Ash et qu’il a bien assuré autant au chant qu’à la gratte. Le public a semblé aimé, même un sosie de Crahan, père de Rahan, bien excité qui balançaient ses cheveux odorants dans le « pit entre guillemets ». Il y avait assez de jeunôts dans l’assemblée qui avaient l’air d’apprécier et connaissait même les paroles de titres datant de 10 ans! Celles-ci étant exclusivement à base de « she » et de « you », c’était pas trop dur ;).

A côté du rock rugueux et rythmé de Sparta, Ash ont fait un peu pâle figure je trouve mais j’ai tout de même apprécié ce retour en arrière période collège où ils avaient sorti quelques tubes.
En résumé un concert assez sympa (un peu cher tout de même), pour ma part surtout pour l’excellent mais un peu court set de Sparta.

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 510 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *