Le Cercle Makabre – Carpe Diem

2 Commentaires      1 239
Style: hip-hopAnnee de sortie: 2006Label: Autoproduction

Tout droit débarqué de Montpellier, Le Cercle Makabre est aux antipodes de l’image que l’on peut se faire du sud de la France. En effet, le hip-hop distillé par la formation propose une approche musicale très sombre – voire même glauque par moments – et virulente, qui risque de faire le bonheur des amateurs de beat lourds et d’ambiances pesantes.
Formé en 1997, le groupe compte déjà deux EP autoproduit à son actif (Renaissance – Tome I et Possession – Tome II), ainsi que de nombreuses collaborations, notamment avec Eyeless et Reuno de Lofofora sur le maxi When shadow seduce. C’est après avoir tourné à travers la France avec Lama J (ex-Kabal, In Vivo) ou encore La Calcine, que la formation entame l’écriture de son premier album Carpe diem, qui est sorti en 2006.
Comme je n’ai pas eu l’occasion de jeter une oreille aux deux premiers EP du groupe, il m’est difficile de juger l’évolution entre ces derniers et ce premier album, mais en tout cas, je dois avouer que cela faisait bien longtemps qu’une formation de hip-hop ne m’avait refiler une baffe pareille.

Une fois la galette insérée dans le lecteur, c’est par une intro inquiétante que les hostilités débutent et que l’on entre dans le vif du sujet. L’ambiance n’est vraiment pas à la fête, et le travail de Septik (concepteur musical) et de Declik Basta (DJ) se charge de plonger l’auditeur dans cette atmosphère lugubre et oppressante. Si les instrus font principalement la part belle au piano et aux violons, elles n’en sont pas pour le moins variées et participent grandement à renforcer l’impact des titres. Hormis cette présence musicale qui fait partie intégrante de l’identité du groupe, on peut aussi compter sur l’excellente prestation de K.Rapass et de Haine Mi Juré, les deux MC’s qui se partagent le micro tout au long de cet album.
Les deux rappeurs montpelliérains se complètent à merveille, tout en évoluant dans des tonalités vocales totalement différentes, à l’instar de ce que proposaient D’ et Djamal à l’époque de Kabal. Le flow à la fois puissant, épileptique et guttural – aux relents presque death par moments – de Haine Mi Juré va certainement en terrasser plus d’uns, tandis que K.Rapass vous fera tourner la tête en éructant ses textes – teintés d’un petit accent du sud – à fond la caisse.
Criant haut et fort ce qui les dérangent, nos deux compères ne pratiquent pas la langue de bois et ne se gênent pas pour mettre le doigt là où ça fait mal au fur et à mesure que les titres défilent.
C’est donc avec une certaine virulence que les deux MC’s abordent des sujets tels que le fanatisme religieux (De quel droit), la politique sécuritaire à outrance (Sous surveillance), les problèmes de la société de consommation occidentale (Système dépendance), la politique américaine (Rêve américain), le travail sur soi-même (Un brin de réflexion), tout affirmant fièrement leur indépendance (Hors Normes, On a plus le temps, Ils veulent qu’on change de nom), et en n’oubliant pas de s’en prendre aux artistes formatés par l’industrie du disque (Chien fou).
A noter aussi l’excellente prestation de Reuno (Lofofora) et Danny (Angel Crew) sur le très glauque Apocalypse, dont le texte est très proche de l’univers gore de Necro, ainsi que la participation énervée d’Eyeless sur la version remaniée de Hors normes, qui clôt ce premier album dans un déluge de guitares saturées et de cris à s’en rompre les cordes vocales.

A mille lieue du hip-hop bling bling et machiste qui envahi de plus en plus nos ondes, Le Cercle Makabre évolue dans un registre nettement plus underground, et ne compte certainement pas vendre son âme au diable pour s’en mettre plein les poches. Si le discours du groupe est peut-être moins engagé politiquement que celui de Cellule X et moins poétique que les textes de La Rumeur ou de Psykick Lyrikah, le combo montpelliérain vous balance un hip-hop hardcore à la fois vicieux et lucide, qui peut faire penser à Onyx (période All we got iz us) ou encore à leur compatriotes de la Cinquième Kolonne, qui ont malheureusement splitté.
Alors si le hip-hop ne vous rebute pas et que vous appréciez les formations précitées, vous pouvez sans problème vous ruer sur cet album, car il est clair que vous en aurez pour votre argent !

  1. prélude
  2. hors normes
  3. on a plus le temps (feat. skro)
  4. ils veulent qu’on change de nom
  5. chien fou
  6. éphémère
  7. système dépendance (feat. billy t)
  8. interlude
  9. rêve américain
  10. un brin de réflexion
  11. de quel droit
  12. apocalypse (feat. reuno & danny)
  13. sous surveillance
  14. hors normes (feat. eyeless)
Up Next

Groupes cités dans la chronique

2 Commentaires

  1. kyol says:

    slt je fan de vs a lx

  2. barrale jerem says:

    jeeee veuxxxxxx ecouter le cercleeeeeeeeeeee maaaaakkkkaaaaabbbbbbrrrrrrreeeeeee hhhhaaaaaaaaaaaaaaaaarrrrrrrrrrrrrrr hhhhhhhhaaaaaaarrrrrrrrrr ddddddjjjjjjjjjeeeeeee dddddddjjjjjjeeeeee le dragon cenerve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.