Presence Of Soul – Blinds

Pas de commentaires      1 042
Style: post rock / shoegazeAnnee de sortie: 2008Label: Musea Records

Les groupes japonais sont tout autant capables de transcender leurs influences que de leur rendre hommage. Le premier morceau de rock and roll japonais fut une reprise de Bill Halley, « Mambo rock », par Peggy Hayama (cf. Japrocksampler de Julian Cope) en 1955 tandis qu’en 1968, la première représentante de la scène expérimentale japonaise à infiltré le monde du rock and roll occidental, Yoko Ono, créait un album avec rien de moins qu’un des musiciens rock les plus révérés de toute l’histoire, John Lennon.

Entre ces deux extrêmes se trouve des groupes pour qui l’originalité n’est pas une priorité sans pour autant se complaire dans l’imitation. Des groupes normaux qui n’ont rien de vraiment « japonais » hormis leur capacité à synthétiser les qualités d’un genre. Mené par la chanteuse/guitariste (électrique et acoustique), claviériste et joueuse de mellotron, Yuki, Presence of Souls trouve sa voix à côté du post-rock de Mono tout en y ajoutant des touches shoegaze.

Du mixage au livret, tout dans ce disque est abouti et ne dépareille pas de la moyenne des disques du genre. Tout comme Mono, les guitares savent cracher de la distorsion après de lentes montées dans l’atmosphère douce et légère des mélodies post-rock, tout en étant agrémentées de la voix suave et délicieuse de Yuki. Un schéma très abouti mais un peu lassant puisque répété, avec tout de même suffisamment de variations (grâce aux multiples instrument maitrisés par la chanteuse) pour que seul les deux derniers titres ne commencent à montrer des signes de fatigues.

Six titres sur huit au-dessus de la moyenne n’en font pas une déception mais un disque de genre correct. La richesse de la palette sonore proposée est suffisamment bien tenue tout au long du disque pour permettre au quatuor de composer des morceaux montrant, à défaut d’ une forte personnalité, le bourgeonnement d’une identité qui n’en feront pas des proues de la musique japonaise comme Les Boredoms ou les Ralizes Dénudés, mais un groupe maître de son répertoire à l’instar de Mono.


  1. seven mortal sins and seven doors
  2. sink low
  3. lost
  4. whitenoise snowfall
  5. ephemera
  6. rule
  7. fougiven
  8. tightrope

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *