Meth, Ghost And Rae – Wu-Massacre

Pas de commentaires      1 027
Style: rapAnnee de sortie: 2010Label: Def Jam

Précédé par une mixtape de leurs collaborations précédentes, Mr Method Man, Ghostface Killah et Raekwon ne parviennent pas à effacer ce sentiment d’écouter une simple compilation sortie pour la promo et pour les potes sur Wu-Massacre.

L’époque bénie du Wu-Tang est bien terminée même si certains continuent de produire des disques à la hauteur de la réputation du mythique crew de New York. Pas de baisse de niveau pour Raekwon qui a mis tout le monde d’accord l’année dernière avec la suite d’Only built for cuban linx (le part 1 figurant parmi les albums de rap les plus cotés) ou pour Ghostface Killah. Ces deux là ne sont pas des partenaires fréquents d’MF DOOM pour rien. Method Man par contre avait passé beaucoup plus de temps devant les caméras que devant les micros pour seulement y revenir avec une collaboration décevante en compagnie de Redman.

Deux très bon MC sur trois cela peut produire un bon disque et Method Man ne s’en sort pas mal non plus. Son flow et sa voix possèdent toujours leur charme (il produit d’ailleurs une bonne accroche sur « Gunshowers ») et sa présence sur cette aventure en forme de comics ne dénote pas puisque toute subtilité est rangée pour faire place à l’ego trip et une bonne dose de misogynie (le skit How to pay rent est particulièrement chargé dans le genre, « Your vagina is an ATM »). On ne joue pas dans la cour des intellectuels mais dans celle des rappeurs de rue fier de leur héritage venu rappeler à tout le monde de quoi ils sont encore capables.

De grosses prods faites en famille (RZA sur « Our dreams », Allah Mathematics sur « Dangerous » ou « Mef vs Chef 2 ») pour faire péter les enceintes avec de bonnes basses et des boucles efficaces. Rien de novateur ou de très intelligent. Juste du très bon pour faire rouler et remuer la bagnole. Le tout est aussi clinquant, sans faire dans le putassier, que la pochette le laisse penser. En une demi-heure on a vite fait le tour d’un rap classique et sympa gonflé par des samples de soul et de funk sans grande subtilité à la Madlib. De quoi faire bomber le torse et rouler des mécaniques dans la rue. En revanche, si le subtil n’est pas à l’honneur, le très mémorable ou le mythique ne le sont pas non plus.

L’aventure se conclut beaucoup trop sans qu’un titre ou deux n’apparaissent comme grands vainqueurs. En douze titres dont deux skits il y a donc bien peu à se mettre sous la dent. Alors mieux vaut faire court et efficace que long et chiant mais on reste sur sa faim sur le manque de massacre promis. Le trio en a encore dans le ventre et forme même l’élite du Wu-Tang à l’heure actuelle alors pourquoi ne pas en demander plus (quelque chose à la hauteur de « Ice cream » par exemple) qu’un bon divertissement ? Bref, Wu-Massacre n’est pas un numéro de Spawn ou un Catwoman (les films, pas les comics) mais un bon numéro de Spiderman. Coloré, dynamique mais loin des ténors du genre.

  1. criminology 2.5
  2. mef vs. chef 2
  3. ya moms skit
  4. smooth sailing remix
  5. our dreams
  6. gunshowers
  7. dangerous
  8. pimpin’ chipp
  9. how to pay rent skit
  10. miranda
  11. youngstown heist
  12. it’s that wu sh*t

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *