Erykah Badu – New Amerykah Part Two: Return Of The Ankh

Pas de commentaires      1 989
Style: nu soulAnnee de sortie: 2010Label: Universal Motown

Le premier clip de Erykah Badu, « On&On », maté à l’époque (1997) sur MTV m’a tout de suite plu, j’ai par la suite réellement découvert la musique de la chanteuse (néo) soul avec l’album live qui a immédiatement suivi son premier album, Baduism Live. La voix de Badu en est le coeur, et elle est incroyable, élastique, suave, pleine de soul. Sa musique, parfois un peu synthétique sur album, dégage sur scène un groove appuyé sur des sonorités feutrées. La basse y prend tout son ampleur (cette ligne de basse mythique de « Certainly »), les coups de rimshot nonchalants sur la caisse claire assaisonnent le tout vers le sommet du détachement. De la soul telle qu’elle resplendit, imprégnée subtilement d’érotisme, maniérée à la mesure du personnage Badu, sex symbol black power du siècle dernier.

[Vidéo live de cette époque : http://www.youtube.com/watch?v=2Ce-LQet-b8]

Plus de 10 ans et 4 albums plus tard, sort ce New Amerykah Part Two: Return Of The Ankh, qui retrouve les instrumentations organiques du premier live dont je parlais, sonorités figées dans les 70s, claviers psychés, pianos jazz, harpes, et en fond des rythmiques dénudées, quasi hip hop. Une collection de ballades soul nu jazz, avec le feeling vieille école. Badu est toujours une des rares chanteuses soul actuelles à fois populaire et intéressante à mon goût, bien distincte des produits formatés que diffusent les radios, et elle aura su garder une intégrité musicale tout du long de sa carrière.

L’album précédent, le New Amerykah Part One: 4th World War avait un fond sombres, des paroles engagées sur des enjeux mondiaux. Ici oubliées les arrangues contre le système, ce Part 2 est entièrement dédié à ce qui convient beaucoup mieux à la voix de velours et aux mimiques polissonnes de Badu, l’amour. Et malgré ce sujet qui pourrait être rendu de façon guimauve, l’ensemble de l’album tient bon en classe, que ce soit au niveau ambiances feutrées, trips jazzy, et quelques expérimentations plus complexes. La première partie est excellente, ça s’essouffle un peu par moments ensuite, de bonnes idées un peu répétitives, Erykah Badu s’écoute un peu chanter parfois sur des morceaux s’éternisant. Au niveau perles, « 20 feet Tall », « Love », le single « Window Seat » dans le pur style de la chanteuse new yorkaise, le « Fall in Love » produit par Madlib et puis les 1 min 33 de « Agitation », soit une bombe jazz fusion, font de toutes facons de cet album une reussite. Un album entier avec des instrumentations aussi inspirées et vivaces que sur « Agitation » et une Erikah Badu aussi au top vocalement (‘but it’s against the law’) et on atteindrait des sommets.


1. 20 Feet Tall (produced by 9th Wonder)

2. Window Seat (produced by Erykah Badu & James Poyser)

3. Agitation (produced by Shafiq Husayn of Sa-Ra Creative Partners)

4. Get Money (produced by Erykah Badu, James Poyser, Karriem Riggins and Thundercat)

5. Don’t Be Long (produced by Ta’Raach)

6. Love (produced by J. Dilla)

7. Umm Hmm (produced by Karriem Riggins)

8. Fall in Love (produced by Madlib)

9. Incense (produced by Madlib)

10. Out My Mind Just in Time (Part 1 produced by Georgia Anne Muldrow, Part 2 produced by James Poyser)

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 502 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *