Etxegiña – Herederos del Silencio

Pas de commentaires      129
Style: black metal mélodiqueAnnee de sortie: 2021Label: Vertebrae/True Cult Records

Etxegiña est un mot basque signifiant « constructeur de maison », c’est aussi le surnom donné au grand-père de Waldo Losada (chant/basse, officiant aussi chez Acedia Mundi – tout comme son compère guitariste), fondateur du groupe qui a tenu à lui rendre hommage ici. Car cet homme, le journaliste anarchiste Eduardo de Guzmán, a combattu les troupes fascistes durant la Guerre d’Espagne pendant laquelle il a été emprisonné et torturé. C’est donc logiquement avec un fond ancré dans l’antifascisme que le groupe joue du black metal, souhaitant montrer que le genre, quand il traite de politique, n’est pas uniquement l’apanage de l’extrême droite.

Les quatre titres de ce Herederos del Silencio (« Les héritiers du silence ») nous entraînent musicalement vers un black metal mélodique entièrement chanté en espagnol (pour le coup, du chant en anglais aurait été un peu hors sujet étant donné la thématique générale). Les paroles sont d’ailleurs très audibles malgré l’aspect majoritairement éructé/scandé du chant et on peut observer que la langue se plie assez bien au genre, prenant ici une dimension de chant de révolte collant particulièrement bien à cette ambiance singulière telle l’énergie du désespoir.

Le black metal (ici plutôt RABM pour Red & Anarchist Black Metal) accompagne idéalement ces lyrics sur des compos aux riffs mélodiques déployant à la fois un caractère tragique et épique (notamment sur le fabuleux final « Los Cadáveres Insepultos de Albatera » où l’on passe par bien des états, exprimés par la souffrance côtoyant ce puissant sentiment de révolte contre les troupes franquistes).

Une partie bien sombre de notre Histoire qui n’avait jusque là jamais été mise en musique via du black metal (en tout cas à ma connaissance). Herederos del Silencio est une sorte de concept-album dégageant une renversante et douloureuse puissance émotionnelle derrière ces mélodies épiques. Un premier EP faisant office de devoir de mémoire pour ne jamais oublier tous les disparus du régime franquiste.

  1. Nosotros los Etxegiña
  2. El Roble que Brota Indemne
  3. La Montaña
  4. Los Cadáveres Insepultos de Albatera

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *