KoRn – Requiem

Pas de commentaires      335
Style: Nu MetalAnnee de sortie: 2022Label: Virgin Records

Alors… Que dire en 2022 sur KoRn qui n’a pas déjà été dit ? On a fait le tour du sujet en vérité, et ce Requiem le démontre parfaitement avec sa pochette clichesque au possible (et vraiment très très moche). Dès le démarrage de « Forgotten », l’album est en effet immédiatement identifiable comme du pur KoRn (c’est certainement leur point fort, impossible de les confondre avec un autre groupe), même s’il fait la part belle au versant légèrement le plus agressif (j’ai bien dit légèrement, on reste en effet dans le registre « classique » des californiens) du groupe, particulièrement parce que Jon Davis nous fait le coup de la grosse voix sur plusieurs titres, comme sur les « you make me siiiiick! » de « Let the Dark Do the Rest » (rappelant « Break Some Off » sur Take A Look In The Mirror qui reste une référence de la grosse voix de Jon à mon sens). Le tout, vous l’avez deviné, sur fond de complaintes -réchauffées- dérivées d’une adolescence (pourtant désormais bien lointaine) perturbée comme chacun le sait.

Mais un petit plaisir quand même pour les amateurs du groupe avec 9 morceaux (seulement 9 morceaux devrait-on dire, pour 33 minutes, l’album est d’ailleurs de très loin le plus court jamais sorti par le groupe!), immédiat, comme un Big Mac aussitôt ingéré, aussitôt digéré. Rien à creuser, point de profondeur à attendre de morceaux qui font TOUS 3minxx  (à la seule exception près de « Worst Is on Its Way », 4min… 04 au compteur) et qu’on aura parfaitement « compris » dès la première écoute mais qui n’en procurent pas moins leur petit… plaisir justement.

KoRn ne s’est pas spécialisé dans les œuvres profondes il est vrai, mais on avait parfois droit à quelques surprises ou originalités avec même des prises de risque (plutôt payantes à mon sens) sur certains albums (See You On the Other Side, The Path of Totality – que personnellement je ressors très régulièrement – ou Untouchables au hasard). Ici c’est zéro prise de risque et le groupe a cette fois et à l’évidence visé simplement le pur fan service, sans se fouler (et soit dit en passant, en le faisant mieux que sur la purge III – Remember Who You Are qui reste de loin le pire album du groupe). On aime toujours le chant de Jon, la basse de Fieldy (même si elle est assez timide) ou les guitares sous-accordées de Head et Munky, les refrains font pratiquement tous mouche, mais on est cependant vraiment trop en terrain connu pour s’extasier outre mesure.

Un gentil petit album donc, avec quelques morceaux qui rejoindront notre best-of maison (« Penance to Sorrow » en tête), mais un album de plus qui sera globalement bien vite oublié.

Tracklist :
01 – Forgotten
02 – Let the Dark do the Rest
03 – Start the Healing
04 – Lost in the Grandeur
05 – Disconnect
06 – Hopeless and Beaten
07 – Penance to Sorrow
08 – My Confession
09 – Worst on its Way

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1055 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.