Latest Content

Blame Kandinsky – Eclectic Ruiner

Déjà cinq longues années que Blame Kandinsky n’avait pas fait parler de lui. Le quartet grec nous avait enchanté à l’époque avec son Spotting Elegance In Chaos, modèle de mathcore moderne aux nerfs toujours à vif et aux influences diverses. Une diversité qui semble être le crédo du groupe sur cet Eclectic Ruiner (au nom ma foi plutôt plaisant même si avec des « k », ça aurait été franchement mieux !), second opus qui propose – comme son nom l’indique à nouveau – des ouvertures à son énergie chaotique.

Nostromo – Bucephale

Figure de la scène helvète de la fin 90’s/début 2000’s, Nostromo n’est plus à présenter avec ses emblématiques albums aujourd’hui cultes pour beaucoup d’amateurs de hardcore et metal. Malheureusement après un ambitieux Hysteron-Proteron (2004) où le groupe se réinterprétait en acoustique, Nostromo annonçait l’année suivante la fin de ses activités au grand désarroi des fans.

Terror Cell – Caustic Light

Emblématique ville de hardcore, voici un nom qui s’ajoute à la fameuse scène de Richmond ! Connue pour être la patrie de très nombreux groupes du genre (au hasard City Of Caterpillar, Avail ou encore Down To Nothing), la ville de Virginie compte aussi quelques jeunes pousses encore trop confidentielles qui ne méritent que plus d’exposition, Terror Cell en fait clairement partie !

Sunflo’er – All These Darlings And Now Me

C’est devenu une habitude désormais, à chaque sortie provenant de chez Dark Trail Records on sait qu’on va se prendre des assauts chaotiques à profusion. Quartet originaire de Potsdam (l’américain, pas l’allemand) ayant connu quelques mouvements de line-up avec l’arrivée du vocaliste Jeff Lyszczarz (le groupe officiait sous forme de trio jusqu’à No Hell, leur album précédent datant de 2018), Sunflo’er l’aime aussi pas mal, le chaos, mais ne désire pas se cloisonner à de l’étourdissement pur et simple.

thoughtcrimes – Altered Pasts

Fortement attendu depuis l’excellent EP Tap Night, thoughtcrimes débarque enfin avec son premier long-format et le résultat devrait combler les fans de l’un des fameux anciens groupes de Billy Rymer (batterie): The Dillinger Escape Plan (pour rappel il est aussi passé chez End et Glassjaw). En effet, on retrouve sur Altered Pasts toute la versatilité qui caractérisait la bande à Greg Pucciato, capable de mixer violence frontale, passages alambiqués et mélodies captivantes.

Abest – Molten Husk

Trois ans après le très bon Bonds Of Euphoria, Abest fait son retour avec la volonté affichée d’aller encore plus loin tant au niveau de sa densité sonore que dans sa violence. Et si ce genre de parti pris que bon nombre de groupes présente pour un nouvel album peut amener un peu de méfiance, le trio allemand ne ment absolument pas sur ses intentions avec ce Molten Husk, cochant toutes les cases en ce qui concerne la noirceur, la rugosité et le chaos.

Pilori – Quand Bien Même L’Enfer et le Déluge S’abattraient sur Nous

Après un remarquable premier essai (A Nos Morts) sorti il y a deux ans, les rouennais font enfin leur retour avec un nouvel album au titre annonciateur d’un bien sombre programme. Quand Bien Même L’Enfer et le Déluge S’abattraient sur Nous se place bien dans la continuité de son prédécesseur, le quartet appréciant toujours autant diluer sa colère (noire) dans un conglomérat de riffs bien massifs et de tension perpétuellement à vif.

Mourir – Disgrâce

Un peu plus de deux ans après le saisissant Animal Bouffe Animal, Mourir, projet toulousain comptant notamment en ses rangs le bassiste de Plebeian Grandstand (ici au chant et à la guitare), revient à la charge avec un second chapitre. Disgrâce annoncerait avec sa dérangeante cover contenir un black metal encore plus crû que son prédécesseur ? Pas tout à fait en réalité, le black metal du quartet se montre plutôt aventureux et moderne.

Flesh Machine – Pray To The Hive

S’il y a des amateurs de deathcore alléchés à la vue du logo de Flesh Machine, ils peuvent tout de suite quitter cette chronique car ce jeune groupe venu de Richmond (Virginie) n’en joue point. Au menu de ce Pray To The Hive, on a en réalité un mix de screamo, noise et post-hardcore joué par un tout jeune trio.

The God Awful Truth/Under The Pier – Split

Comptant parmi les tout meilleurs groupes actuels en terme de mathcore, il semble complètement naturel de retrouver The God Awful Truth et Under The Pier sur un split. Avec deux titres chacun (pas de jaloux !) dans la lignée de leurs derniers albums respectifs, voici donc moins de dix minutes de pure violence alambiquée.