Wolf People – Fain

5 Commentaires      2 034
Style: indie rockAnnee de sortie: 2013Label: jagjaguwarProducteur: Jack Sharp & Tom Watt

Attention, (gros) coup de cœur avec cette toute récente découverte. Un groupe totalement inconnu pour moi avant que je ne pose mes oreilles sur ce 3e Opus des Anglais de Wolf People.

En premier lieu, comment ne pas être attiré par cette très belle et intriguante pochette, qui ne laisse pas filtrer le contenu du disque. Mais ce que nous découvrons une fois le disque posé sur la platine ne manque pas de charme et intrigue dès la première rotation de la galette.

Je pense que l’on pourrait dresser une longue liste des influences digérées ici sur ce disque. Une liste qui variera énormément d’une personne à l’autre. De mon côté je situerais la musique du peuple des loups entre un folk-rock 70’ et une sorte de maths-rock plus actuel. Étonnant mélange non ? Dans tous les cas, ce qui frappe, c’est que le groupe arrive à jouer les équilibristes entre une musique qui assume son héritage et des ambitions plus créatives. Sans aller jusqu’à dire que l’on a entre les mains un disque qui va révolutionner le rock, il en résulte tout de même un son des plus singuliers.

Une musique inventive donc, mais qui n’oublie pas de délivrer son lot d’émotions, notamment grâce à la voix du chanteur, constamment sur le fil et qui pourrait sembler fausse lors de la première écoute (un registre assez proche de celui de Colin Meloy, chanteur des Decemberists). Si elle en laissera certains perplexes, elle constitue pour moi un des piliers du son de Wolf People et évoque à plusieurs reprises, d’ancestrales complaintes irlandaises ou écossaises (l’album a d’ailleurs été enregistré dans une maison au fin fond de l’Ecosse).

Autour de lui gravitent 3 musiciens qui n’en finissent pas de tisser des structures inventives, jouant avec les contrastes, soli psychédéliques et rythmiques quasi-métalliques quand l’urgence devient nécessaire. Encore une fois, un équilibre impeccable entre ce côté très direct et des arrangements plus minutieux.

Fain est un album cohérent. Une vision maîtrisée d’un bout à l’autre de ses 44 minutes (la durée idéale d’un disque de rock, et pas seulement car ça tient sur un L.P).

Tracklist :
1. Empty Vessels
2. All Returns
3. When the Fire is Dead in the Grate
4. Athol
5. esperus
6. Answer
7. Thief
8. NRR

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. krakoukass krakoukass says:

    Coup de coeur partagé cher collègue! Et merci pour la découverte!

  2. jonben jonben says:

    C’est à fond 70s Roadburn spirit ce groupe en fait, l’appellation « indie rock » ne m’avait pas motivé à écouté avant.

    • krakoukass krakoukass says:

      Ouais depuis le début je tique sur cette classification qui ne me convient pas non plus. L’indie rock c’est pas ça pour moi. C’est plutôt rock/prog 70’s en effet.

  3. joss says:

    hé bien non justement, il y a des choses qui n’ont rien à voir avec du rock 70′. De toute façon l’indie rock c’est pas un genre précis, mais plutôt des groupes qui ne rentrent dans aucune classification. En tout cas c’est rangé en indie dans tous les magasins où je l’ai vu :-)

    • xerocitizen says:

      +1. Ne serait-ce qu’au niveau vestimentaire, il me semble qu’il ne portent guère le gilet en laine d’alpaga.

      Il faudrait que je force un peu pour le réécouter, mais effectivement, je m’attendais à du vieux riffs, et ça lorgne plus vers le découpage presque « math rock » que je pratique peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *