JFDR – Brazil

2 Commentaires      1 091
Style: pop folk expérimentaleAnnee de sortie: 2017Label: White Sun Records

JFDR est le dernier projet en date de Jófríður Ákadóttir, hyperactive musicienne islandaise que l’on retrouvait jusqu’alors dans divers projets comme Samaris, Gangly ou Pascal Pinon (ce dernier en compagnie de sa soeur, des projets que je vous recommande très chaudement). JFDR étant les consonnes contenues dans son prénom, on pourrait donc considérer ce projet comme son plus personnel.

Brazil contient les titres distillés sur Youtube depuis quelques mois, à commencer par « White Sun », somptueux titre à l’atmosphère onirique éthérée. La douce voix de la demoiselle, toute en retenue mais habitée, allant de pair avec l’onde electro minimaliste servant de décor à ce bouleversant titre d’ouverture. Loin de ne se cantonner qu’à ce registre, JFDR, tout en conservant ses atours mélancoliques y adjoint souvent des éléments folk (« Anew »).

De par sa proximité géographique, on ne pourra s’empêcher de rapprocher JFDR de Björk, sauf que la similitude vocale est, elle aussi, parfois vraiment très proche. Sur un titre comme « Instant Patience », joli titre au piano minimaliste envoûtant (qui se fera ensuite rejoindre par quelques sonorités electro), le mimétisme vocal en est même troublant (mais le reste de l’album est très loin d’une pâle copie !). La suite de ce Brazil est dans une mélancolie quasi constante, la voix empreinte de fragilité de la chanteuse demeure presque essentiellement dans ce registre sur des titres où le piano (« Higher State ») ou quelques discrètes notes de guitare (« Anything Goes ») se font rejoindre par des arrangements sonores apparaissant peu à peu du décor.

Les deux titres suivants sortent du lot par leur singularité: « Airborne » où la joute piano/batterie (un brin trafiquée) est déconcertante (sûrement que le piano seul aurait suffi) et « Destiny’s Upon Us », titre plus sophistiqué contenant un refrain plus fédérateur, tel une réponse à « White Sun », très efficace. Enfin « Journey » termine cet album via une folk plus simple en apparence mais toujours habillée de ces effets electro en fond, prenant peu à peu le dessus sur le reste pour une ballade pas si tranquille au final.

L’Islande a souvent été pourvoyeuse d’artistes au charme unique, JFDR perpétue donc cette « tradition » via ce premier album poétique tout en douceur et en tristesse, évoquant pour sûr les paysages (éthérés ou non) de là-bas. Mélangeant sons « classiques » à la modernité des sons electro expérimentaux, la multi-instrumentiste, évoquant Björk (comme dit précédemment) mais aussi un peu Bat For Lashes, signe un premier album aussi introspectif que contemplatif. Un bien joli voyage sensoriel.

  1. White Sun
  2. Anew
  3. Instant Patience
  4. Wires
  5. Higher State
  6. Anything Goes
  7. Airborne
  8. Destiny’s Upon Us
  9. Journey

Bandcamp

beunz

2 Commentaires

  1. Alexiane says:

    je redecouvre un peu par hasard et je me disais bien que c’etait ici que j’avais decouvert cet album, cimer Beunz !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *