Bleeding Through

Pas de commentaires      717



Plus la peine de présenter le groupe Bleeding Through : mélange de HxC, d’émo diront ceux qui oublient de se laver les oreilles le matin, le tout nappé de synthé. On s’insurge de la présence féminine, de leur look maquillage/ creepers/ tatoos. On les aime ou on les déteste. Le fait est que chez Eklektik on se fout bien de savoir ce que pensent les autres… Mais on a quand même posé la question à Scott l’un des guitaristes.


On emploie beaucoup de qualificatifs différents pour décrire la musique de BT, ça vous semble approprié ?


S : Je pense qu’on est un peu tout à la fois. On puise nos influences aussi bien dans le punk que dans métal ou le Hxc. Mais on est tous ‘des enfants du HxC’. Je crois que de toutes les influences que l’on a c’est la plus importante pour nous. On touche plein de kids différents, des métalleux, des coreux… et on ne veut pas qu’il y en ait qui se sentent comme des étrangers à l’écoute de notre musique. C’est vraiment important pour nous.


Et le maquillage alors c’est important aussi ?

S : C’est juste quelque chose de fun. Ce n’est pas vraiment émo. Les groupes que j’associe au port du maquillage ce sont AFI, Misfists et ce genre de groupe… Certains d’entre nous le font tous les jours.

Brandan (le chanteur, dans le fond) : Moi je fais ça tous les jours. Je ne suis une vraie tapette.

S : rire.


Il paraît que la dernière fois que vous avez joué en France, vous avez dit ne pas vouloir y remettre les pieds ?

S : Oui… C’était vraiment bizarre comme concert… C’est à cause du public. IL était bizarre. Je pense qu’aujourd’hui ça ira mieux parce qu’on est en tête d’affiche donc il y aura plus de gens qui viendront pour nous plutôt que pour Sick Of It All et Most Precious Blood. Mais bon, C’est tout le temps pareil, quand tu foires un concert tu te demandes comment sera le prochain si tu rejoues au même endroit. Mais il faut passer outre et se dire ‘bon allez donnons nous une seconde chance ».


Et donc vous craignez un peu le concert de ce soir ou pas ?

S : Non, on pense que ça ira mieux. On espère que les gens connaîtront mieux notre musique que la dernière fois qu’on est venu. Ce sera notre deuxième concert à Paris et puis en plus on est en tête d’affiche donc ça devrait être un meilleur concert. On va jouer deux nouvelles chansons en plus. C’est chouette de jouer des nouvelles compos. Parce qu’on joue des chansons qui ont un an et demi et le fait d’introduire des nouveaux morceau dans la set-list, ça rajeunit le set.


Un de vos proches s’est fait poignardé lors d’un concert l’année dernière, est-ce que tu penses que la violence de votre musique se reporte sur les comportements ?

S : Non. On a déjà fait pas mal de concert et c’est bien la première fois que quelque chose d’aussi grave s’est produit. C’était un ami à nous. On avait peur qu’il ne s’en sorte pas…


Allez- vous vous écrire un X sur la main avant de monter sur scène ?

S : rire. Noooon !!! Je n’ai pas de marqueur avec moi.


Dommage.

S : Rire. Oui. On le fait toujours, mais bon, pas aujourd’hui j’ai oublié mon marqueur. Etre straight edge, c’est important pour nous. Ce n’est le fait de t’écrire un X sur une main qui compte, c’est ta manière de vivre. Ce n’est pas un geste politique, pour nous c’est quelque chose de beaucoup plus personnel…


C’est pour ça que vous n’en parlez jamais dans vos chansons ?

S : (un peu gêné par la question) ah… je crois que c’est au chanteur qu’il faudrait poser cette question. Mais peut-être bien que oui… On préfère s’adresser à tout le monde plutôt de laisser certains auditeurs sur le carreau. Ce sera pareil pour le prochain. On veut réunir les gens, donc on parle de choses qui peuvent toucher un large public.


Comment va évoluer le son de BT sur le prochain album ?

S : Ce sera plus rapide, plus mélodique et je pense vraiment que ce seront de meilleures chansons. On y met toute notre passion. On a déjà 5 chansons prêtes. C’est la première fois que… (silence)… chaque membre du groupe s’investit vraiment dans BT. Sur l’album précédent, la personne au synthé voulait quitter le groupe, elle n’était plus dans le trip, l’album d’avant, c’était le bassiste… Donc c’est vraiment la première fois que tout le monde se donne à fond pour BT. Ca facilite les choses, même en tournée. Comme on est tous sur la même longueur d’onde…


Le rôle de Marta va –t-il évoluer, faire des samples par exemple ?

S : On le fait déjà sur scène. Mais sûrement qu’il y aura plus de samples sur le nouvel album. Le jeu de synthé sera bien meilleur car Marta se débrouille bien.


Sur ‘This is love…’ d’où vient l’intro de « Love Lost In A Hale Of Gunfire”?

S : D’un film. Ca s’appelle “The Boondock Saints” (NDKrakou : jamais traduit en français mais petit film bien sympathique avec Willem Dafoe en flic homosexuel déjanté) C’est vraiment un très bon film dans lequel n’importe qui peut se reconnaître. C’est l’histoire de gars qui en ont marre que les dealers et les mafieux fassent la loi et qui décident de régler le problème à leur manière, c’est à dire en buttant tout le monde. Tout le monde a rêvé de faire ça, je pense.


Vous aimez les films gore ?

S : Ah oui, on est tous des grands fans de films gore ! C’est super drôle. Mon préféré ce sont les Friday 13, Evil Dead… C’est une de nos influences quand on écrit, mais la violence vient aussi de la vie de tous les jours.. Les gens ne se rendent pas compte. Mais c’est dur, les relations hommes femmes etc. C’ets dur. Et le groupe nous permet de nous délivrer de cette colère.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *