Tokyo Sex Destruction – 5th Avenue

2 Commentaires      852
Style: rockAnnee de sortie: 2005Label: Overcome Records

« Ca te dirait de chroniquer du rock espagnol ? » Hahahaha… « Et la France c’est peut-être le pays du Rock ?! » Oui bon ok je ferme ma gueule…
Tokyo Sex Destruction : ne me demandez pas pourquoi mais j’adore ce nom de groupe. Enfin si je sais pourquoi… Un nom pareil ne laisse pas indifférent. Un nom pareil suggère, invite à la grande sarabande rock. Le tout et le n’importe quoi. L’exotisme nippon en plein tsunami. Le futile et la superbe. Le champagne des grands soirs pour des lendemains qui déchantent. Les grands mythes qui finissent au fond des chiottes au petit matin… Dans la rage et l’allégresse !
Vous lancez la galette dans la platine, roulement de tambour, la basse s’agite et vlan les potards dans le rouge ! Une voix d’écorché vif vous saute à la gueule ! L’énergie pure du rock renaît de ces cendres pour nous transporter à la fin des Sixties. Le son du rock garage des Sonics, le MC5 de Detroit, la soul black rebelle, tout y est pour un maelström rock allié à l’énergie et au son puissant d’aujourd’hui. Oubliez les canons du revival rock actuel, les jérémiades en tous genres. Ici le rock est fier, viril, et sans concession. Ici le rock redevient porte drapeau d’un cri du peuple sur fond rouge et noir. Ce rock est sauvage, farouche mais n’en n’oublie pas pour autant ses harmoniques. La faute à ces orchestrations soul où le groove s’allie au rock pour cette débauche d’énergie. Les percus, les cuivres, une suave voix féminine comme frères d’armes du triptyque guitare, basse, batterie. Oui la contestation prend un nouveau visage. Oui elle devient sexy, crue, et excitante.
Guitare rageuse pour chant engagé. Ca tire à boulets rouges comme aux plus beaux jours de brûlots fondateurs. Kick out the Jam n’est pas bien loin. D’ailleurs l’activiste John Sinclair, l’influent manager du MC5, poète, critique de jazz à ses heures s’est penché sur le berceau de Tokyo Sex Destruction. Vous imaginez une fée qui vous baptise en pleine orgie ? « Rock’n’roll, dope et baiser dans les rues » programme du White Panther Party du fondateur John Sinclair a dû laisser des traces dans ce baptême ! Plus qu’un disque, Tokyo Sex Destruction perpétue un esprit, une âme, futile pour certains, superbe et indispensable pour d’autres. Et rien que pour ça je les en salue !

Bref j’aime ce disque, de prime abord sans prétention, qui me dérangeait de part une voix certes charismatique mais un rien en décalage avec le swing des harmonies soul. Pourtant me replongeant au cœur de l’histoire du rock et de ses multiples réminiscences, j’ai replongé et replonge régulièrement au cœur de cet hymne engagé, salvateur et jouissif ! Ca swing dans ma chaumière et j’aime ça !

  1. prisoners of our ideas
  2. song to apologize
  3. l.u.v. is the feeling
  4. one more sunday
  5. f***u
  6. good morning
  7. i can’t wait
  8. tonite
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. krakoukass Krakoukass says:

    Dis-donc, qu’est ce que tu « plonges », dans tes kros Neuro… ;)

  2. fewz says:

    heureusement ki ya le père neuro pour nous chroniquer des groupes comme TOkyo Sex Destruction. J’allais justement me pencher dessus!

    Keep Rox!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *