Latest Content

Ocean Grove – Up In The Air Forever

Deux ans après le nostalgique Flip Phone Fantasy et sa plongée en plein néo metal des plus efficaces, Ocean Grove fait son retour avec un line-up encore un peu modifié, passant cette fois de quartet à trio. Ainsi renouvelé, le groupe australien conserve la base de leur propos: du fun et des tubes immédiats !

Pure Reason Revolution – Above Cirrus

On avait retrouvé en 2020 avec un grand bonheur les anglais de Pure Reason Revolution, avec un album vraiment très réussi, quasiment au niveau de son premier et mythique album The Dark Third. Il n’aura cette fois pas fallu attendre longtemps, puisque si 10 ans séparent Hammer and Anvil de son petit frère, ce ne sont que deux ans qui se sont écoulés depuis la sortie d’Eupnea. Et ce qui semble de prime abord être une bonne nouvelle n’en est peut-être pas une au final.. Mais on y reviendra.
En tout cas une chose est claire dès l’ouverture de [...]

Minns Du – Transmission OK

Originaire de Capbreton, Minns Du (pour « vous souvenez-vous » en suédois) est un jeune trio composé du chanteur/guitariste de Thirty Six Side (groupe de power-pop parisien ayant été actif entre 1995 et 2007) et de ses deux fils (officiant à la basse et à la batterie). Un line-up pour le moins original signant avec ce Transmission OK leurs quatre premiers titres pour un peu moins de vingt minutes de son.

Glacier Veins – Lunar Reflection

Originaire de Portland, Glacier Veins est un quartet actif depuis 2015 mais qui aura attendu 2020 pour sortir un premier long-format (The World You Want To See). Lunar Reflection prend donc sa suite deux ans plus tard.

Decasia – An Endless Feast For Hyenas

Originaire de Nantes, Decasia est un jeune groupe (formé en 2013 donc pas si jeune mais il s’agit là de leur premier album donc toujours jeune !) ayant signé pour son premier album sur un label qui correspond parfaitement à la musique qu’il pratique: Heavy Psych Sounds ! Biberonné aux groupes précurseurs du rock psyché des 70’s mais aussi au stoner un peu plus moderne, le trio vogue sur An Endless Feast For Hyenas au gré de ses envies tout en retombant à chaque fois sur ses pattes.

Weatherstate – Never Better

Jeune formation anglaise (de Weymouth plus précisément), Weatherstate est de ces groupes qui auraient voulu performer dans les années 90 quand MTV ou quelques radios diffusaient encore un peu de rock (grand public). Reprenant tout l’attirail de cette scène pop-punk/grunge d’alors, le groupe sonne donc très familier pour qui est nostalgique de cette époque insouciante.

Violence – Area Sub Rosa

Avec leur son à la croisée du crust et du blackened hardcore cathartique (matérialisé dans leur très bon dernier album en date The Coldest Place Is Within Myself – 2018), les danois de Woes ont apparemment décidé de calmer leurs ardeurs. On retrouve chez Violence leurs membres dont les envies semblent aujourd’hui d’aller dans des émotions diamétralement opposées.

Stabbing Westward – Chasing Ghosts

21 ans! 21 ans se sont écoulés entre le précédent album de Stabbing Westward et ce nouvel album, Chasing Ghosts, paru il y a quelques jours.
Et écouter cet album du groupe de Christopher Hall (dont le visage sur les photos promo fait redouter qu’il ait eu l’idée saugrenue de recourir à la chirurgie esthétique, mais cela ne nous… regarde pas), c’est pour le coup vraiment faire un saut dans le passé tant rien ne semble avoir changé dans le style du groupe et tant ce nouvel album aurait pu sans problème sortir 3 ans après Darkest Days, album [...]

Bleed – Somebody’s Closer

Fin des 90’s, début des années 2000, explosion du néo metal et autres variantes du rock « dur » (aussi appelé alternatif), lecture assidue de Rock Sound (parce qu’on a pas encore l’adsl), ça vous rappelle quelque chose ? Si vous vous reconnaissez là, Bleed apparaît comme l’une des nouvelles sensations qui n’aurait pas dépareillé à l’époque en tête de gondole du magazine de Thomas VDB (oui, il était rédac chef à l’époque). *Soupir nostalgique*

Messa – Close

Le doom rock avec moi c’est vraiment « hit or miss ». Et si c’est souvent « miss », c’est évidemment souvent la faute au « doom » quand il domine les débats un peu (voire beaucoup) trop à mon goût. Les néerlandais de Dool sont le meilleur exemple du doom rock bien fait et pas chiant (même si je n’ai pas été complètement conquis par leur dernier opus), et je vais maintenant pouvoir ajouter Messa à la liste.
Ces italiens emmenés -comme Dool- par une chanteuse (Sara) ne débarquent pourtant pas tels de jeunes jouvenceaux en cette année 2022 : ils ont en effet [...]