Nouriture – BARBARA VOL.1 Pastèque Planet

Pas de commentaires      96
Style: mindfuck rockAnnee de sortie: 2024Label: MindFuck Music/La Canopée

Nouriture (avec un seul R, et à l’envers) est un groupe qui n’aime pas faire les choses comme les autres. C’est même carrément leur ambition clairement affichée, proposer une expérience sans pareille à l’auditeur grâce à un rock très ouvert, même sur le théâtre, autoproclamé « mindfuck rock ».

Des promesses matérialisées pendant une heure et quart où l’on ne sait jamais à quelle sauce on va être mangé. Les cinq parisiens appréciant brouiller les pistes dans un seul et même titre (se rapportant quasiment tous avec la bouffe, c’est tout un concept !), et plaçant çà et là des interludes à base par exemple de sons de radio (deux fois).

Après une intro, « Fungus » nous accueille avec un rock à tendance mélancolique contenant déjà plein d’envies expérimentales dedans via des breaks à foison et un univers déjà très riche (de l’electro, des voix féminines et même du blastbeat en guise de final). Des envies qui vont donc se poursuivre dans plein de directions: du rock bizarroïde avec le synthé très présent avant un final instrumental sensiblement plus sombre sur « Vagina », leur propre vision du punk hardcore sur « Thousand Year Egg » ou encore un peu de blues rock agrémenté de prog et de jazz (« Escalope2 »).

Mettant généreusement des touches d’humour comme l’anglais à accent franchouillard en intro de « The Seed Of Crampenshtein » ou en partant vers des humeurs plus tristounettes (« Out Of The Frying Pan »), nul doute que Nouriture est un peu difficile à suivre. N’hésitant pas à nous surprendre à base de guitare bien désaccordée (« Marzmite »), d’electro bien intense (la conclusion « The Real Face Of Barbara Kregzen »), le groupe revient aussi dans des sentiers un peu moins battus sur « Pastèque Planet » (bien qu’il renferme quasiment tout l’attirail que le groupe a à offrir) ou encore sur l’excellent « Tunelonini » à l’intro tribale gagnant en atmosphère rappelant fortement The Ocean (et d’exploser en blastbeats sur la fin).

Au final, le « mindfuck » est bien là, Nouriture gagne son pari en nous entrainant dans un album empreint de folie créatrice, riche et sans limite. Pas simple à digérer d’une traite mais chaudement recommandé aux amateurs de trucs barrés façon Mike Patton ou inclassables comme King Gizzard And The Lizzard Wizard !

  1. Leftover Thrusts
  2. Fungus
  3. The Spark
  4. Vagina
  5. Crash
  6. Thousand Year Egg
  7. Marzmite
  8. Escape
  9. [radio]
  10. Pastèque Planet
  11. Tunelonini
  12. The Seed Of Crampenshtein
  13. Out Of The Frying Pan
  14. Escalope2
  15. {radio}
  16. The Real Face Of Barbara Kregzein

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *