Latest Content

Palace Of Worms – Cabal

Projet solo monté par Balan (Obso Obsidium, ex-Botanist), Palace Of Worms a débuté comme un projet solo de black metal lambda avant de s’ouvrir vers de très nombreuses inspirations où doom, death metal, influences goth, jazz et autres expérimentations se côtoient dans un univers moribond toujours très surprenant. Et s’il est la tête pensante du projet,Balan s’est quand même entouré d’une équipe très fournie et même assez surprenante sur ce Cabal, invitant par exemple Dylan Smith (Thief), Shelby Lermo (Ulthar, Vastum), Hunter Burgan (AFI), Andy Way (Sutekh Hexen) ou encore Trevor Deschryver (Lycus, Whirr). Une collection de collaboration pouvant [...]

Uranium – An Exacting Punishment

Découvert avec l’effroyable Wormboiler (2021), Uranium fait déjà son retour avec un nouvel EP cinq-titres tout aussi difficile d’accès. Comme son prédécesseur, An Exacting Punishment interroge notre perception dès sa pochette où l’on distingue une tête (?) sous ces restes d’effondrement. Musicalement aussi, on peut rester perplexe devant ces sons distordus modelés par AA (seul maître à bord), bien décidé à nous étouffer sous ces émanations malsaines.

Klimaforandringer – M​ø​rket på Solens Krop

Klimaforandringer (« changement climatique ») est un mystérieux groupe danois formé en 2014 dont le projet composé telle une caravane musicale (keffiehs y compris, vu leur photo promo) ne se met aucune limite créative en mixant des styles très, très ouverts. Définie comme « afro-psych », la musique du collectif de Copenhague se réapproprie des rythmiques ouest-africaines et les mixe avec du jazz, du blues, du krautrock ou encore du rock psychédélique 70’s. Des inspirations très larges auxquelles s’ajoutent un sens de la poésie singulier, axé sur ce M​ø​rket på Solens Krop sur la thématique de la paternité d’un membre du groupe, ses [...]

Röyksopp – Profound Mysteries III

Même si vous n’êtes pas friand d’electro, le nom de Röyksopp doit forcément vous évoquer quelque chose, notamment le single « Eple » qu’on entendait quasiment partout en 2001 (dans des pubs notamment). Parti sur les chapeaux de roues, le duo norvégien aura pourtant en 2014 annoncé la fin de ses activités avec l’ultime album The Inevitable End (au titre parlant de lui-même). Or en 2021, le groupe se réactive et sort en 2022 pas un, pas deux mais bien trois volumes de Profound Mysteries, soient trois chapitres de dix titres chacun dans lesquels on retrouve des invités de marque comme [...]

††† (Crosses) – Permanent.Radiant (EP)

Ils en auront mis du temps à proposer un nouveau disque ces deux-là! Chino Moreno (Deftones) et Shaun Lopez (ex Far) ont certes sorti quelques titres de temps en temps (dont l’excellente reprise du « Goodbye Horses » de Q Lazarus, que j’aurais teeeeeeeeellement aimé retrouver en bonus track sur Permanent.Radiant) mais on attendait quand même impatiemment que le duo donne enfin une suite digne de ce nom à son (excellent) premier album paru il y a déjà 8 ans.
C’est désormais chose faite et on retrouve avec bonheur ce mélange rock de synth/shoegaze/trip-hop (quoique moins cette fois) sur les 6 [...]

Lisieux – Abide!

Contrairement à ce que son nom indique, Lisieux n’est pas un groupe normand souhaitant célébrer la ville du Calvados mais un quartet toulousain officiant dans une musique très singulière. Partant d’une base folk, de nombreux éléments s’y greffent, notamment des nappes synthétiques venant apporter une atmosphère médiévalo-gothique unique.

Major Parkinson – Valesa Chapter 1 : Velvet Prison

Il n’y a pas que des pandas amateurs de black metal en Norvège! Il y a (au moins) aussi Major Parkinson, qui s’illustrent maintenant depuis de nombreuses années, dans un genre bien à eux, mêlant approche arty et très cinématographique, avec des éléments issus du rock, de la musique de cabaret, de la pop, du prog ou encore du metal, le tout avec un chanteur au timbre bien particulier (qui peut provoquer l’adhésion ou le rejet et qui hasard du calendrier des sorties me fait à chaque fois penser à celui du chanteur de Disillusion).
J’avais déjà eu l’occasion [...]

Fragile Figures – Anemoia

Deux ans après la découverte Silent Scars, Fragile Figures fait son retour avec un second opus de post-rock qui n’en est pas réellement tant le duo colmarien l’accommode à sa propre sauce. En effet, le duo composé de Kai Reznik (guitares, machines) et Julien Judd (basse) était alors parvenu à sortir des poncifs du genre en injectant de fortes atmosphères dégageant une sorte d’intrigue hypnotique alternant avec des passages plus tendus où l’indus prend le dessus, ce sera aussi le cas avec cet Anemoia.

The Bedroom Witch – A Place Of Hurt

The Bedroom Witch est le projet de dark synthpop de l’artiste de performances irano-américaine Sepehr Mashiahof, basée à Los Angeles. Active depuis une grosse dizaine d’années, la multi-instrumentiste/chanteuse a produit de nombreux albums dans lesquels elle intègre souvent des paroles intimistes (traitant notamment à base de métaphores de sa condition de femme trans et de sa place dans la société) à des rythmiques aux synthés nous immergeant dans une vision assez sombre et mélancolique de la synthpop.

Lost In Kiev – Rupture

Sans être forcément le groupe de post-rock le plus exposé de la scène (malgré un nom sonnant actuel à cause du conflit en Ukraine), Lost In Kiev a su en quinze ans d’existence imposer son nom notamment grâce à des tournées en compagnie de groupes divers tels Maserati ou Enslaved. Le groupe parisien revient avec son quatrième long-format (son second chez Pelagic, trois ans après Persona) et nous livre une nouvelle pièce de post-rock au pouvoir cinématique obsédant.