Latest Content

Cremation Lily – Dreams Drenched In Static

Cremation Lily, c’est le projet d’un certain Zen Zsigo, mec pas si zen que ça puisqu’il dort très peu et souffre apparemment de dépression. Mais derrière l’aspect négatif de cette info se cache une créativité et surtout une incroyable productivité (comme l’attestent les très nombreuses sorties qu’on peut trouver sur son Bandcamp, ainsi que sa participation à de nombreux collectifs comme BLACKCLOUDSUMMONER par exemple) du gaillard. Pour Dreams Drenched In Static, il quitte même l’autoproduction en signant chez The Flenser, label réputé notamment pour avoir Have A Nice Life ou Planning For Burial dans son roster.

Void Of Vision – Chronicles II: Heaven

Quelques mois le premier volume Lust, Void Of Vision débarque avec sa suite. Un Chronicles II: Heaven qui nous propose non pas quatre mais cette fois cinq titres tout en proposant un metalcore teinté de djent et d’electro bien dans la lignée de l’EP précédent.

Déhà – Décadanse

Pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas (encore), Déhà est un multi-instrumentiste belge à la tête de très nombreux projets solo et participant aussi à des groupes internationaux tels que Maladie, Cult Of Erinyes, Wolvennest, Slow ou encore We All Die (Laughing). Une profusion de projets pour un spectre musical très ouvert, où les influences metal extrême (au sens large du terme) côtoient parfois des influences plus étonnantes allant du classique à l’electro. Ultra prolifique pour son projet personnel (avec énormément de sorties entre 2020 et 2021, le covid l’ayant sûrement beaucoup inspiré), voici Décadanse, album de [...]

Tempers – New Meaning

Si l’envie vous prenait d’aller faire un tour à pied la nuit, voici la bande sonore qu’il vous faut ! Pour son quatrième album, le duo Jasmine Golestaneh (chant)/Eddie Cooper (synthés) nous convie à une déambulation nocturne sur fond d’une synthpop typée 80’s, au jeu sur les échos rendant ce New Meaning tellement obsédant.

Bloodywood – Rakshak

A l’instar de The Hu et de leur rock/metal aux influences traditionnelles tibétaines, voici la nouvelle sensation de « world metal », provenant d’Inde cette fois. Bloodywood (le jeu de mots est sympa, avouons-le, le groupe a d’ailleurs débuté en tant que groupe parodique reprenant des titres de pop) vient donc du pays des mille et une nuits et entend mixer des éléments venus de leur traditions locales avec un metal moderne boosté aux hormones et plein d’énergie.

Modern Error – Victim Of A Modern Age

Modern Error, c’est le projet de Zak et Kel Pinchin, duo de vrais frères jumeaux fusionnels dans leur vie perso comme en musique. Victim Of A Modern Age, leur premier album, repose sur une écriture très riche, entre inspirations philosophiques et cinématographiques, tout en ayant une fiche promo un brin pompeuse décrivant leur concept à la manière du commentaire composé que tu écrivais au lycée (« C’est une vérité universellement reconnue: la vie est une question d’équilibre. La dualité de la lumière et de l’ombre; l’intérieur et l’extérieur; le social et le personnel. Thèse, antithèse et éventuellement synthèse », heu okay…).

Sea Fever – Folding Lines

Projet monté par le duo de vocalistes Iwan Gronow (Haven) et Beth Cassidy (Section 25), Sea Fever aurait pu être un groupe de pop rock (à tendance synthético-futuriste) lambda auquel on n’aurait pas vraiment prêté attention. Mais quelques arguments de poids complètent le line-up: le batteur Elliot Barlow (Shadowparty, groupe composés de membres de Devo et New Order) puis Tom Chapman (basse) et Phil Cunningham (guitare), tous deux provenant de New Order, autant dire que le line-up de Sea Fever en impose pas mal et incite à être écouté !

Void Of Vision – Chronicles I: Lust

Petit à petit, le metalcore de Void Of Vision prend une dimension sci-fi de plus en plus prononcée. Hyper Daze l’an dernier ainsi qu’une version remixée de celui-ci avaient avancé des pistes mais ce Chronicles I: Lust, premier volet d’une série (?) d’EPs vient nous confirmer ça, le groupe apparaissant d’ailleurs désormais sur ses photos promo en tenues noires latexo-futuristes (pas forcément des plus seyantes).

Kai Reznik – While The Town’s Sleeping

Il y a quelques mois, nous découvrions le premier EP de Fragile Figures (Silent Scars), oeuvre singulière à la fois cinématographique et surplombée d’une aura mystérieuse. Kai Reznik, l’une des deux têtes du projet se la joue ici solo, mais pas tout à fait puisqu’une voix, en l’occurrence celle de Sasha Andrès (Heliogabale, A Shape) participe à ce premier EP trois titres While The Town’s Sleeping, présenté telle la bande originale d’un film imaginé…

Mitochondrial Sun – Bodies And Gold

Seulement quelques petits mois après son dernier album (Sju Pulsarer, décembre 2020), l’ex-Dark Tranquility Niklas Sundin revient aux affaires avec un nouvel EP d’un peu moins d’une demi-heure. L’exploration électronique du gaillard s’étend ici au détriment de ce son black metal qui transparaissait encore sur l’album précédent, les paysages sonores se dessinant par ses synthétiseurs, mais plus du tout (semble-t-il) via les guitares, son ancien instrument de prédilection.