Latest Content

Underoath – Voyeurist

Underoath qui sort un nouvel album, on est loin de l’évènement de l’année soyons clairs. Reconnaissons cependant que le précédent album des américains sorti il y a 4 ans, était plutôt réussi dans un genre très « fast food music ». La prise de contact avec ce Voyeurist se fait évidemment d’abord par la pochette, pour le moins… moche. Une mochette déjà aujourd’hui et il y a fort à parier que ce type d’effet visuel déjà cheap et daté aujourd’hui aura pris encore plus cher d’ici 3-4 ans. Bref, mauvais départ les gars, mais ne nous arrêtons évidemment pas au plumage [...]

To Forget – Echoes Take Their Place

Jeune trio originaire de Caroline du Sud, To Forget est actif depuis quelques paires d’années, ayant livré jusqu’alors un premier EP éponyme en 2017 et We Are All Condemned To Be Free en 2019. Echoes Take Their Place poursuit dans cette vision personnelle du screamo, mixant mélodies à fleur de peau et rudesse amère.

incaseyouleave – Time And Why It Doesn’t Deserve Us

Jeune formation londonienne qui a commencé ses activités l’an dernier via un single-démo (Vs Everything, titre qu’on retrouve ici réenregistré), incaseyouleave s’autoproclame comme un groupe de « miserable screamo/emo/punk ». Une étiquette nous informant directement de la tonalité générale de la musique du quintet, triste et émotionnelle.

Snag. – Death Doula

Jeune formation originaire de Milwaukee, Snag. vient donner un sacré coup de frais dans le petit monde du screamo avec Death Doula, second opus faisant suite à un premier album éponyme (2019). Pour ce faire, on retrouve dans ce nouvel album beaucoup d’énergie, un aspect abrasif couvrant quasiment tous les titres, des dynamiques et des émotions ainsi que quelques surprises. Plusieurs labels se sont laissés séduire, à commencer par les réputés Middle-Man Records (Coma Regalia) et Zegema Beach Records mais aussi LongLegsLongArms Records et Confluence Records.

Death Goals – The Horrible And The Miserable

Originaire d’Angleterre, Death Goals est un jeune groupe qui a débuté ses activités par un split en 2017 avec les excellents Pupil Slicer. Comme chez ces derniers, le duo Harry Bailey/George Milner apprécie mettre des nerfs, de la violence et de la complexité dans sa musique. A mi-chemin entre screamo et hardcore métallisé à tendances chaotiques, The Horrible And The Miserable déverse en quelques vingt-trois minutes, un premier album particulièrement secoué.

Tenace – Des Marques Sur Nos Mains

Jeune formation parisienne ayant fait ses armes sur un premier EP (Vestiges) il y a deux ans, Tenace revient avec un premier long-format au titre annonciateur. Des Marques sur nos Mains apparaît en effet comme conséquence de blessures et douleurs passées, des sensations qui sont mises en musique sur fond de cris (assurés par l’ensemble du groupe) et de riffs émotionnels.

Kaonashi – Dear Lemon House, You Ruined Me: Senior Year

Très remarqué après son très bon Why Did You Do It? (2018), Kaonashi aura pris son temps pour en donner une suite. Trois ans exactement avant que le groupe de Philadelphie au nom hérité des studios Ghibli ne revienne avec un premier album au titre plutôt barré. Dear Lemon House, You Ruined Me: Senior Year possède un contenu qui l’est bien, barré, poursuivant dans son concept débuté sur l’EP précédent.

SeeYouSpaceCowboy/If I Die First – A Sure Disaster

Un petit bain de jouvence en pleine explosion de Myspace, ça vous tente ? C’est ce qu’entreprennent les désormais reconnus SeeYouSpaceCowboy et les jeunes pousses If I Die First sur ce split nommé A Sure Disaster. Deux morceaux pour les premiers, un titre collaboratif en guise de transition avant deux autres titres pour les seconds, les choses sont faites équitablement.

Hail The Sun – New Age Filth

Inconnu à mon bataillon malgré ses douze ans d’existence, Hail The Sun est un quartet californien qui en est avec ce New Age Filth à son cinquième album (le troisième chez Equal Vision Records). M’étant apparu comme un simple groupe de post-hardcore (version US) de plus avec des vocaux haut perchés typiques du genre, j’ai dû me rendre à l’évidence: Hail The Sun ne peut pas être rangé sous cette étiquette restreinte et trompeuse tant il a plus à offrir.