Latest Content

Omsorg – Echoes

Jeune pousse venue de l’underground danois, Omsorg revient suite à son premier album (Moments, Movements, sorti l’an dernier) avec un nouvel EP aux quatre titres de hardcore alternant entre attaques frontales et mouvements plus émotionnels. Un coup de frais venu du froid ?

Demersal – S/T

Après des débuts en fanfare ponctués notamment par un excellent Less (2020) suivi d’un split non moins qualitatif en compagnie de Regarding Ambiguity l’année suivante, j’avoue avoir un peu perdu de vue Demersal. Les danois n’ont pourtant pas chômé, ayant sorti un EP (Death Routines en 2021) puis un 4-way split en 2022 en compagnie d’excellents groupes de screamo internationaux (Vientre de Colombie, Piet Onthel de Malaisie et Letterbombs de Finlande). Revoilà donc le groupe d’Odense avec un nouveau long-format, laissant apparaître ici une encore plus grande ouverture d’esprit…

Apart – Through The Cracks

Jeune trio venant du Havre, Apart s’est distingué en 2020 avec Septembre, joli EP plein de fragilité et dont la particularité était d’avoir une guitare acoustique. Pour son premier album, le groupe a décidé de brancher sa guitare pour délivrer son « indie emo rock » qui aurait très bien pu sortir du fin fond du Midwest.

SeeYouSpaceCowboy – Coup De Grâce

Parti d’un sasscore aux contours grindy-myspacecore/ »white belt », SeeYouSpaceCowboy a peu à peu fait évoluer son approche musicale vers contrées metalcore à l’ancienne et emo-mallcore ayant de quoi faire prendre un bain de jouvence à tous les mèchus du début des années 2000. Cette accumulation d’étiquettes vous semble un charabia incompréhensible ? C’est que vous n’êtes clairement pas la cible de ce Coup De Grâce qui, avec son titre en français (et sa cover qui rappelle des vieilleries comme The Curse d’Atreyu) parlant pour lui-même, vient asseoir l’univers si singulier du groupe de San Diego.

Frank Carter & The Rattlesnakes – Dark Rainbow

Même si l’on a pas parlé de lui depuis Modern Ruin (2017), Frank Carter & The Rattlesnakes a depuis poursuivi son rythme de croisière, à savoir un album tous les deux ans: l’acclamé End Of Suffering en 2019 puis le mitigé Sticky en 2021. Comme pour ce dernier Dark Rainbow devrait diviser un peu les fans tant le britannique fait un grand écart stylistique…

Infant Island – Obsidian Wreath

Après avoir sorti quasiment coup sur coup un EP (Sepulcher) puis un album (Beneath), tous deux en 2020, on ne s’attendait pas à devoir attendre autant avant d’avoir une suite (surtout que l’album était cruellement court). Et après plus de trois ans et demi de calme plat, le groupe de Virginie fait enfin son retour, cette fois chez Secret Voice, label dont le boss n’est autre que Jeremy Bolm, vocaliste de Touché Amoré.

Othiel – We Will Be Our Home

Alors que nombre de nos confrères webzines ont à peine attendu décembre (ou même pas) pour publier leurs bilans de l’année, nous en sommes à continuer à découvrir des albums susceptibles de bouleverser ces tops. Othiel et son We Will Be Our Home en fait partie ! Après un premier EP en 2019 (Mai), le groupe californien a sorti (trop discrètement) son premier long-format chez l’excellent Zegema Beach Records.

Codeseven – Go Let It In

Second comeback pour Codeseven ! Le groupe de Caroline du Nord aura connu différentes vies avant de revenir par surprise en cette fin d’année 2023. Des débuts dans le punk hardcore avec relents néo metal (avec un certain Kurt Ballou à la prod), le groupe composé par les frères Tuttle (James à la guitare, John à la basse et Matt à la batterie) aura radicalement adouci son propos avec l’album The Rescue (2002) avant de stopper ses activités en 2005. Le groupe se reformera en 2010 pour un concert puis mettra enfin fin à un nouveau silence de treize [...]

Trainfantome – Thirst

Autrefois projet solo du nantais Olivier Le Tohic, Trainfantome est désormais un groupe à part entière aux influences plutôt larges. Thirst, leur nouvel album, s’illustre en effet en sillonnant au travers de multiples courants, du shoegaze à la (bedroom) pop en passant par l’emo, le grunge ou le post-hardcore tout en conservant cette aura lo-fi (mais parfaitement audible).

Koyo – Would You Miss It?

Valeur montante de la scène pop-punk/emo/hardcore mélodique originaire de Long Island, Koyo a été monté par d’anciens SeeYouSpaceCowboy ayant décidé de jouer sur la fibre nostalgique. Would You Miss It? se révèle complètement comme un condensé de tout ce qui fonctionnait dans le(s) genre(s) fin 90’s/début 2000.