Latest Content

Minipony – Ajna

Mon petit poney est tout mignon mais saviez-vous qu’il avait des tendances carnivores et schizophrènes ? Car derrière le nom incongru de ce groupe équatorien, se cache un trio mené par la charismatique chanteuse Emilia Moncayo (qu’on avait déjà croisé dans le projet dub/doom Blackwood, chroniqué ici il y a quelques années), accompagnée par le guitariste Amadeus Galiano et par le batteur Filippo Brandimarte. Auteur du surprenant « Imago » (2017), le trio vient lui donner une suite, enregistré pas par n’importe qui puisque c’est au Silver Cord Studio sous la houlette de son illustre propriétaire Joe Duplantier (Gojira).

Cremation Lily – Dreams Drenched In Static

Cremation Lily, c’est le projet d’un certain Zen Zsigo, mec pas si zen que ça puisqu’il dort très peu et souffre apparemment de dépression. Mais derrière l’aspect négatif de cette info se cache une créativité et surtout une incroyable productivité (comme l’attestent les très nombreuses sorties qu’on peut trouver sur son Bandcamp, ainsi que sa participation à de nombreux collectifs comme BLACKCLOUDSUMMONER par exemple) du gaillard. Pour Dreams Drenched In Static, il quitte même l’autoproduction en signant chez The Flenser, label réputé notamment pour avoir Have A Nice Life ou Planning For Burial dans son roster.

Cleaver – No More Must Crawl

Trio originaire de Commercy (Meuse) débuté en 2018 par les frères Garelli (Mathis au chant et à la guitare, Léo-Paul à la basse) et du batteur/chanteur Frank Fortina, Cleaver débarque avec ce No More Must Crawl par la grande porte, celle ouverte par Klonosphere (Anna Sage, Maudits…) et Season Of Mist. Basant son propos sur la thématique de la maladie, de son annonce jusqu’à la mort du malade, Cleaver sonne comme un mélange de colère, de désespoir et de douleur matérialisé sur ce premier long-format.

Soul Glo – Diaspora Problems

C’est toujours un plaisir de retrouver les allumés de Soul Glo (que j’avais eu la chance de pouvoir voir en live avant le covid), désormais bien implantés chez Epitaph Records (il s’agit là de leur seconde sortie sur le label de Brett Gurewitz – de Bad Religion) et leur mixture de punk hardcore (et quelques variations screamo) et de moments hip hop se payant le luxe de ne jamais paraître hors propos.

Bitter Branches – Your Neighbors Are Failures

Pour l’amateur de hardcore (aussi punk, noise que post), Bitter Branches représente sûrement l’un des supergroupes les plus excitants du moment. Constitué de Matt Ryan (Calvary) and Kevin Sommerville (Lighten Up) aux guitares, Dan Yemin (Paint It Black, Lifetime) à la basse, Jeff Tirabasi (Walleye) à la batterie et enfin l’emblématique Tim Singer (Deadguy, Kiss It Goodbye) dont les vocaux sont immédiatement reconnaissables, cette jeune formation de vétérans de la scène 90’s officie dans une optique discordante et rageuse.

Big Water – Park

Trio composé de membres de Bummer et de Canyons, Big Water revient moins d’un an après avoir livré son premier long-format …And I’m All Out Of Shit To Fuck Up (sorti en mai 2021). Les gars de Kansas City sortent avec Park cinq nouveaux titres dans la lignée de leur album, quelque part à la frontière du screamo, du post-hardcore (premier du nom) et du noise rock.

Cloakroom – Dissolution Wave

Cloakroom célèbre ses dix ans avec ce Dissolution Wave et vient par la même occasion briser cinq ans de silence après le très bon Time Well. Toujours chez Relapse, le trio originaire de l’Indiana revient à nouveau avec son shoegaze si personnel agrémenté de space rock au fuzz maousse, présentant pour l’occasion un concept particulier abordant la question de l’humanité, de l’art, de l’abstrait, tout ça avec une narratologie du côté de la cosmologie.