Latest Content

Brunsten – Ethyl

Brunsten, c’est un groupe danois de musiciens expérimentés ayant fait leurs armes dans diverses formations comme Cola Freaks, Fossils ou Sons Of Cain, et ayant envie de jouer un mix de noise rock et de post-hardcore comme on faisait il y a vingt/trente ans aux US.

Machukha – Mochari

Si vous vouliez une image de la douleur, la cover de Mochari, premier album de Machukha (« belle-mère ») devrait vous donner quelques picotements. Basé à Berlin mais mené par une vocaliste d’origine ukrainienne, Natalya, qui chante uniquement dans sa langue natale, il y a de quoi forcément avoir un certain retentissement dans sa musique en comparaison avec la difficile actualité de son pays d’origine.

SYL – afmagt

Figure montante de la scène hardcore danoise, SYL débarque avec un nouvel EP explosif faisant suite à leur premier album de 2022 (alt godt). Le quintet de Copenhague ne se met aucune limite stylistique et part régulièrement dans des styles annexes, preuve en est ce afmagt (« impuissance »), soient six titres survoltés incorporant des éléments venus du punk, du hardcore et du metal sous de nombreuses variations.

Omsorg – Echoes

Jeune pousse venue de l’underground danois, Omsorg revient suite à son premier album (Moments, Movements, sorti l’an dernier) avec un nouvel EP aux quatre titres de hardcore alternant entre attaques frontales et mouvements plus émotionnels. Un coup de frais venu du froid ?

Watertank – Liminal Status

Ayant fait son comeback en 2020 avec le très bon Silent Running, Watertank aura pris quatre ans pour lui donner une suite, ce Liminal Status célébrant par ailleurs les vingt (+1) ans de la formation nantaise.

Demersal – S/T

Après des débuts en fanfare ponctués notamment par un excellent Less (2020) suivi d’un split non moins qualitatif en compagnie de Regarding Ambiguity l’année suivante, j’avoue avoir un peu perdu de vue Demersal. Les danois n’ont pourtant pas chômé, ayant sorti un EP (Death Routines en 2021) puis un 4-way split en 2022 en compagnie d’excellents groupes de screamo internationaux (Vientre de Colombie, Piet Onthel de Malaisie et Letterbombs de Finlande). Revoilà donc le groupe d’Odense avec un nouveau long-format, laissant apparaître ici une encore plus grande ouverture d’esprit…

Darius – Murmuration

Quintet suisse actif depuis une bonne dizaine d’années, Darius est pourtant très confidentiel (je ne le découvre qu’avec la proposition de chronique de ce nouvel album !) malgré sa présence au sein du roster de l’excellent label local: Hum(m)us Records (ils s’amusent à mettre un m ou deux). Apres Clôture (2015) et Voir (2020), le groupe originaire de Bulle sort Murmuration, de quoi agrémenter l’édifice helvète d’une troisième pierre, que dis-je, une PIERRE tant le son concocté par l’inénarrable Amaury Sauvé (Birds In Row, Plebeian Grandstand…) apparait massif.

Glassing – From the Other Side of the Mirror

Auteur d’une discographie irréprochable jusqu’alors, il y a enfin une justice pour Glassing qui vient de signer sur la « grosse machine » Pelagic Records (sans aucune offense à Brutal Panda Records) pour son nouvel album. L’occasion était trop belle pour les texans d’enfin avoir une exposition à la hauteur de leur talent, et le groupe signe là un nouvel opus sacrément réussi !