∆ (Alt-J) – An Awesome Wave

alt-j-an awesome wave

Derrière cette intrigante (et jolie) pochette, se cache le premier album d’un groupe anglais : (aussi connus sous le nom Alt-J qui est le raccourci clavier Mac pour obtenir ce symbole). Et il faudra compter avec ces 4 britanniques désormais au moment de se rappeler ce que la scène indé compte comme talents.

On pouvait pourtant à juste raison se méfier du petit buzz qui a précédé la sortie de cet album, heureusement on avait aussi pu se mettre dans les feuilles quelques titres diffusés avant la sortie de l’album (excellents « Tessellate », « Matilda » ou « Breezeblocks ») qui rassuraient et laissaient vivre les meilleurs espoirs.

Au final, en positionnant sa musique entre un Yeasayer moins barré et un TV on the Radio moins rock, le groupe anglais convainc sans mal et sa musique souffle même comme un bon vent de fraîcheur idéal pour oublier le soufflet de leurs compatriotes Wu Lyf, annoncés trop vite « Next Big Thing » par une presse Web très encline à se toucher la nouille.

Alliant de belles mélodies simples à un léger goût de l’expérimentation par l’utilisation de l’électronique, sans jamais trahir les atours pop voire folk de leur musique, ces amoureux de Radiohead impressionnent d’abord par la fluidité de leur propos et la qualité de leur songwriting, rappelant ainsi qu’une bonne chanson vaudra toujours mieux que 10 branlettes expérimentales (d’ailleurs à ce propos, s’ils pouvaient passer le message à Thom Yorke…). A ce titre, les perles qui parsèment ce disque, entrecoupées qu’elles sont d’interludes, font parfaitement le boulot. Écoutez par exemple le superbe « Dissolve Me » ou « Breezeblocks » et son changement de rythme malin.

Le chant, majoritairement tenu par Joe Newman, est également un gros point fort du groupe, son timbre particulier parfois nasillard mais surtout souvent « soul » (sa voix nous pousse d’ailleurs à tort à lui inventer des origines afro) fait souvent mouche et colore de façon originale les titres de l’album.

On regrettera juste la faible durée de l’album (43 minutes) avec seulement 9 vrais titres, mais la qualité est là et bien là, et cette impressionnante vague donne déjà vraiment envie d’entendre la suite!

Tracklist :

1. Intro
2. Interlude I
3. Tessellate
4. Breezeblocks
5. Interlude II
6. Something good
7. Dissolve me
8. Matilda
9. Ms
10. Fitzpleasure
11. Interlude III
12. Bloodflood
13. Taro

TAGS : , ,
GROUPES: ,
STYLE: ,

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 678 articles sur Eklektik.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • LP_cover.inddshaq | 18 décembre 2014
    Vanhelgd – Relics of Sulphur Salvation
    Bien d'accord avec le début de cette chro, 2014 a été une bonne année pour le Death-Metal (même si je ne reste pas convaincu par la prestation de Mr Holmes), et voilà une offrande qui va clore mon Necronomicon 2014 avec majesté. Moins la claque que pour Horrendous ou Morbus Chron, mais je ne doute pas qu'avec le temps il ...
  • Guilty-Pleasures_Photo-credit-Hannah-Woodcockjoss | 04 décembre 2014
    Guilty Pleasures 2014
    Quoi ? rien sur Metronomy et The Do ???!!!
  • bbng-iiibeunz | 01 décembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    excellent ! merci pour le partage ! :)
  • bbng-iiiAER | 30 novembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Pour les amateurs, une "cover" magistrale de BBNG de Future Islands "Waiting on you" https://www.youtube.com/watch?v=FWyJEhMHFdM#t=79
  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !