Pain of Salvation + Dark Suns – 18 septembre 2005 – Locomotive – Paris

Pas de commentaires      993

J’étais déjà au concert de Pain of Salvation le 24 dans ce même lieu, La Locomotive de Paris, et avec la même première partie, Dark Suns, c’est d’aileurs étonnant de revoir le groupe exactement dans les mêmes conditions 6 mois après.
Enfin pas tout à fait dans les mêmes conditions, j’étais malade comme un chien en avril – ce qui ne m’avais pas empêché d’apprécier pleinement le concert- et ma foi, plutôt en forme sur cette 2ème date.

Dark Suns se positionnent sur scène, et paraissent d’emblée plus à leur aise. Le groupe, qui ne m’avait pas vraiment marqué en avril, réussira à attirer mon attention, surtout qu’ils bénéficient d’un son très clair. Certains titres me paraissent familier, des mélodies me sont restées en mémoire, preuve que le groupe réussit à instaurer une ambiance et des morceaux valables. Le groupe joue d’un métal mélancolique assez progressif par moment, avec quelques pointes de death en d’autres, les morceaux joués ce soir étant assez variés. Le jeu est parfait, le groupe a vraiment pris un peu d’assurance en 6 mois sûrement l’expérience de la tournée précédente. Par contre les morceaux s’étirent toujours en longueur, lassant par moment, surtout qu’il n’y a que peu d’animation dans leur musique. A noter tout de même l’excellente prestation du batteur et chanteur, qui concilie très bien les deux, ne bornant pas son jeu de batterie au strict minimum tout en assurant des chants limpides ou growlés très réussis.

Le leader de PoS, Daniel Gildenlow ainsi que le clavier, Fredrik Hermansson, rejoindront le groupe sur leur dernier titre, sûrement pour marquer le coup car c’est la dernière date de cette tournée.

Je me glisse dans la foule pour être assez prêt, le groupe est attendu comme le loup blanc par un public certe plus réduit qu’en avril mais constitué principalement de fans transis.

Pain of Salvation nous ont effectué un concert globalement peu différent de celui d’avril : même salle, même configuration, et même jeu de scène, pour un résultat identique si ce n’est encore meilleur.
Totalement immergé dans le show, j’étais aux anges tout du long. Pain of Salvation est vraiment un des rares groupes que j’ai vu qui arrivent à maitriser avec autant de panache en concert. Tous les musiciens, sont remarquables instrumentalement et investissent la scène avec un plaisir partagé malgré le statut de leader mégalo indéniable de Daniel Gildenlow. Toujours à la lisière entre démonstration gratuite et instrumentations de génie, poussant le metal progressif dans ses retranchements, les 5 se complètent dans un ensemble riche et énergique, autant musicalement que vocalement -tous participant aux choeurs.
Johan Hallgren, petit, au longues dreadlocks blondes, parcoure son manche de guitare avec une facilité déconcertante, il est autant dedans que Kristoffer Gildenlow, le frère de Daniel, au jeu de basse 6 cordes digne des meilleurs progeux. Johan Langell, bardé de tatouages derrière une batterie imposante et Fredrik Hermansson, au crane rasé, sont un peu en retrait mais surélevé sur des estrades.

Mais bon, malgré leurs jeux virtoses, Daniel Gildenlow reste le centre de l’attention, qu’il ait la guitare autour du cou ou le micro en main, il se révèle un guitariste génial, un chanteur d’exception et un showman spectaculaire. L’émotion qu’il arrive à insuffler aux morceaux du groupe est palpable,
toujours alerte, parcourant la scène, expressif et grandiloquent, c’est lui le moteur de la dynamique du groupe, qu’il électrise.

Et ça se ressent dans le public, l’ambiance du concert était vraiment effervescente! Constitué majoritairement de fans dont la plupart étaient déjà présents en avril, le public était à fond dedans, chantant les refrains et répondant à la moindre blagouze du plaisantin Daniel Gildenlow. Le fan-club du groupe avait même préparé quelques happening pour surprendre le groupe, lancé de culottes de grand-mère sur scène entre les morceaux, un par musicien, et beaucoup avait amené une coupe de champagne pour accompagner le jeu de scène thétral autour du thème de Mr Money sur le morceau « Dea Pecuniae » du dernier album.

Des morceaux de tous les albums seront joués, y compris les excellents « Oblivion Ocean » et « People Passing By » du 1er album Entropia. Tous aussi bien interprétés par un groupe manifestement content de finir cette tournée à Paris après l’accueil d’avril dernier.
Les vidéos projetées sur l’écran derrière soutiennent visuellement les morceaux, quand ce sont les clips des morceaux joués qui passent les musiciens retrouvent leurs doubles filmés sur l’écran, chantants tous en coeur

Pain of Salvation étaient encore une fois au sommet de leur art ce soir là -encore meilleurs qu’en avril, je ne l’aurais jamais cru!-, l’ambiance chaleureuse du public ont dû les motiver à atteindre la perfection auquel on a assisté.

Setlist
Used
Diffidentia
! (Foreword)
Spirit of the Land
Inside
Second Love
Inside Out
Ashes
Of Two Beginnings
Ending Theme
Undertow
Brickwork I
Deus Nova
Dea Pecuniae
Martius / Nauticus II

rappel:
Oblivion Ocean
People Passing By

Photos de Khyrian

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 510 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *