Infectious Grooves – Groove Family Cyco

13 Commentaires      2 283
Style: funk metalAnnee de sortie: 1994Label: Sony BMG

Souvenez-vous, un peu avant l’avènement du neo, on nous rabattait les oreilles avec le funk metal. Extreme, Rage Against The Machine, Living Colour (pourtant tout un monde les sépare), à un degré moindre King’s X et consorts éclataient à la face du monde. Et pourtant la meilleure alchimie en la matière est sortie des entrailles d’un groupe de skaters californiens, passe-temps des metalleux de Suicidal Tendencies. Un super-groupe plutôt, jugez par vous-même : Mike Muir (Suicidal Tendencies) au chant, Robert Trujillo ( Suicidal Tendencies à l’époque, et depuis Metallica, Ozzy Osbourne…) à la basse, Brooks Wackerman (17 ans à l’époque, fils de Chad Wackerman qui fut batteur de Frank Zappa) à la batterie et deux fines gâchettes de la six-corde en la personne de Dean Pleasants et Adam Siegel (auteur aussi des artworks sauriens du groupe).

Rarement groove n’aura été aussi perceptible, rarement (jamais ?) la fusion entre funk et metal n’aura été aussi aboutie. 10 titres ultimes, tour à tour rageurs, groovy, punk, metal… Tout passe dans cette concoction démoniaque pour le meilleur. De la basse énormissime de Robert Trujillo (intro improbable du titre liminaire « Violent & Funky », où slap, tirés et jeu à 4 doigts s’enchainent pour écoeurer d’entrée la concurrence, groove imparable sur 2 notes dans « Frustration again », j’en passe et des meilleures….) au subtil jeu entre les deux guitares mêlant habilement cocottes funky et gros riffs percutants à souhait (écoutez ce riff de « Die lika pig »), quelques solos mémorables venant se poser ici ou là, et un batteur proprement hallucinant de groove et de puissance, le cocktail musical est explosif à souhait. Et là-dessus vient se poser la voix si particulière d’un Mike Muir en pleine forme, aidé par quelques chœurs scandés par ses acolytes. On ressent bien l’influence du Suicidal Tendencies de The Art Of Rebellion sur cet opus mais c’est digéré et utilisé pour chercher dans une direction sensiblement différente. A noter que les deux groupes vont finir par fusionner en 1997. Le son, énorme pour l’époque, reste étrangement d’actualité et n’a rien perdu de son tranchant et de sa précision, alors que nombre de sons d’alors ont terriblement mal vieilli. La family Cyco est en pleine bourre sur cet album, bien lancée en cela par le prédécesseur The Plague That Makes Your Booty Move qui est lui-même digne de figurer au panthéon anthologik d’Eklektik. Toutefois le côté fun et marrant de The Plague… est un peu laissé de côté pour que l’inénarrable Mike Muir puisse retrouver une verve bien acérée, en bon pêre de famille responsable. Infectious Grooves a tout simplement su trouver la formule magique mêlant groove et puissance, annihilant par là-même toute idée de partage du trône funk-metal avec quiconque.

En bref, une bombe nucléaire qui fera bouger vos fesses tout en faisant valser votre tête. Fun, puissant, metôl, funky, groovy baby…. La classe….

  1. violent & funky
  2. boom boom boom
  3. frustrated again
  4. rules go out the window
  5. groove family cyco
  6. die lika pig
  7. do what i tell ya !
  8. cousin randy
  9. why ?
  10. made it
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

13 Commentaires

  1. Joss says:

    à l’époque je connaissais un peu mais je préferais Suicidal… faudrait que je retente pour voir si mes gouts ont changés (d’autant plus que j’écoute quasiment pu Suicidal). En tout cas bonne idée cette chronique sur un groupe un peu oublié aujourd’hui.

  2. jéjé says:

    moi, c’est pile mon époque: j’adorais the art of rebellion et je vénérais cet album. En revanche, je me demande bien ce que Mike Muir devient en 2007 ( il a pris 20kgs et vote le budget armement de Bush???)

  3. Florent says:

    A priori Suicidal seront en Europe en 2007, reste à savoir avec quelle formation. Mais bon depuis Suicidal For Life ce groupe est mort et enterré pour moi…

  4. cylens says:

    faudrait vraiment que je le réécoute, je me suis arrêté au tandem « lights, camera… revolution » pour ST et le premier Infectious Grooves, ces 2-là fonctionnent super bien ensemble. pour moi, c’est un peu la mort de ST, Infectious Grooves: en « évacuant » toutes les envies funky qu’on sentait poindre dans « Lights… » dans le projet Infectious Grooves, ils ont beaucoup perdu.

  5. shaq says:

    je préfère de très loin « Sarsippius’ Ark »…

  6. guim says:

    Moi,c’est « the plague that make your booty move »!!Mais cet album est excellent j’ai eu la chance de voir ça sur scène époque Trujillo et ça sonnait terrible,putain « all the rules went out the window » avec cette belle attaque d’Ratm…Bref,YOU TAKE THE PEN AND I TAKE THE SWORD YOU CAN WRITE SOME SHIT TILL I CUT YOUR FUCKIN’ HEAD OFF!!!!!Tout simplement « violent and funky » héhé

  7. Florent says:

    Ouaip tournée avec Cyco Micko, le passage de témoin quoi… Vus à Nancy à l’époque. Quel bon souvenir !
    @Shaq : Ouaip je suis presque ok, mais globalement les gens connaissent plus cet album, et vu que je l’aime bcp, malgré son côté moins déconneur, pkoi pas anthologik ? Mais les riffs de gratte sont meilleurs sur The Plague, amha… Donc qque part je t’approuve, veinard ;-)

  8. Dun23 says:

    En ce qui me concerne, aucun infectious n’égale The Plague That Makes Your Booty Move. Ceci étant dit, ce skeud ci est simplement monstrueux.
    Quand à moi, c’est le suicidal de cette époque que j’ai vu sur scène. FABULEUX!

  9. Ayesta! says:

    My-thique al-bum!!!!
    Une alliance groovy/métalleuse/rappée/funky dnt je n’ai pas encore trouvé l’égal.
    Cet album restera tj dans mon coeur vu l’anecdote à laquelle il me renvoie: après être rentré d’un concert de RATM où ceux-ci s’étaient encore foutus de notre gueule de public (48′ de live en tête d’affiche, pas bonjour/au revoir, pas un mot du début à la fin, pas de rappel et surtout…pas de patate!), on revient tous bien vénèr des 175 fr qu’on avait mis dans la place et là…..le pied de se mettre à fond les ballons la track « You’ll do what I tell you »!
    Ceux qui la connaissent comprennent bien, tellement elle défonce la gueule de RATM de la 1ère à la dernière ligne!…..jouissif!

  10. guim says:

    Then why is SONY the sponsor of your presentation?BITCH!héhé – @ Florent,bon on a du assister à la même tournée:cyco miko/infectious/suicidal;monstrueux show!!! avec un Zenith comme rarement j’en ai vu,normalement un nouvel Infectious est prévu pour cette année…j’ai un peu peur,mais je testerai quand même,depuis le départ de Trujillo je trouve ça moins bien

  11. Florent says:

    @ Guim : bah nan y’avait pas suicidal à Nancy… L’un de mes gros regrets d’ailleurs, ne jamais avoir vu ST on stage. L’autre c’est Faith No More (et pi Soundgarden et Alice In Chains….)

  12. kaoslynn says:

    tout ça m’a rappelé la grande époque de la fusion: les Red Hot, Faith No More, Rage Against The Machine, Suicidal, Dog eat Dog, Urban Dance squad… finalment cet album d’Infectious Grooves je viens de me le racheter. Nostak

  13. guim says:

    @ Florent : ah oué merde,je pensais que c’était cette grandiose tournée Infectious/suicidal pour l’album (tout pourri): »Suicidal for life ».Pour Suicidal c’est simple,tu prends Cyco Miko en 1000000 fois mieux et voilà.Tu pourras te rattrapper ils débarquent bientôt en France je crois que c’est pour Mars ou Avril.
    @ Kao:haha Dog eat Dog ça faisait trop longtemps que j’avais pas lu ce nom de groupe,me rappelle de leur première partie de Biohazard c’était sympa, »Think!You think you’re myyyyyyyyy friend,but you aint’ myyyyyyyyyyyyyyyyyy friend » ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *