Latest Content

Slipknot – The End, so Far

Un album de plus pour les masqués de l’Iowa! Le 7ème ou le 9ème selon qu’on prend en compte ou non les deux premiers albums qui précèdent l’album éponyme de 1999. Et mine de rien après un All Hope is Gone qui avait été bien décevant à sa sortie en 2008 et qui a bien failli être également le dernier album du groupe, celui-ci est revenu au top de sa forme en 2014, enchaînant les bons albums, avec comme point d’orgue le monstrueux We Are not Your Kind sorti en 2019. On n’en vient maintenant plus seulement à espérer [...]

The Callous Daoboys – Celebrity Therapist

Après un tonitruant Die On Mars (sorti il y a déjà trois ans), The Callous Daoboys revient pour montrer qu’il n’en a pas fini de jouer avec nos nerfs, nos sens, nous. Le sextet d’Atlanta poursuit donc dans sa lignée avec ce Celebrity Therapist, balançant un mathcore personnel blindé d’inattendu entre ses attaques évoquant The Dillinger Escape Plan (le chanteur se rapprochant de la voix de Greg Puciato à bien des moments, notamment ses phases clean comme sur « Title Track ») ou The Chariot (ils ont l’ouverture d’esprit et la folie en commun). Et puis, ils ont toujours une préposée [...]

Stray From The Path – Euthanasia

Toujours armé de son rap-metal (à tendance core) contestataire, Stray From The Path revient enfin suite à son Internal Atomics, datant d’il y a déjà trois ans (un record pour le groupe, habitué à un album tous les deux ans). Euthanasia, leur dixième livraison, s’inscrit dans la lignée de son prédécesseur (mais pas que !), plein de riffs aussi incisifs que saccadés, peaufinés durant le confinement (qui a apparemment très difficile à vivre, notamment pour le batteur).

Destrage – So Much, Too Much

Nouvelle page entamée pour Destrage. Le groupe italien célèbre en effet ses vingt ans avec un sixième album faisant suite à The Chosen One (2019) sous la bannière de 3DOT Recordings, label fondé par des membres de Periphery, suite à son départ de la major Metal Blade Records. So Much, Too Much a connu un processus de composition un peu compliqué à cause de la pandémie de covid (ayant frappé fort l’Italie en 2020, rappelez-vous), de quoi remettre un peu en question sa musique…

My Diligence – The Matter, Form and Power

Allez savoir pourquoi une fois encore il m’a fallu revenir sur cet album après plusieurs semaines pour que la magie opère enfin, après une première écoute qui m’avait laissé de marbre. Certainement un mauvais timing, car cette fois encore quand la magie a opéré, il a fallu se rendre à l’évidence : les bruxellois de My Diligence signent ici une suite peut-être encore plus réussie que leur précédent album qui avait déjà bien secoué le top annuel 2019, l’excellent Sun Rose. Et depuis le déclic l’album a tourné en boucle tout l’été et ça semble bien parti pour continuer!

thoughtcrimes – Altered Pasts

Fortement attendu depuis l’excellent EP Tap Night, thoughtcrimes débarque enfin avec son premier long-format et le résultat devrait combler les fans de l’un des fameux anciens groupes de Billy Rymer (batterie): The Dillinger Escape Plan (pour rappel il est aussi passé chez End et Glassjaw). En effet, on retrouve sur Altered Pasts toute la versatilité qui caractérisait la bande à Greg Pucciato, capable de mixer violence frontale, passages alambiqués et mélodies captivantes.

Dreadnought – The Endless

Quartet originaire de Denver, Dreadnought est une formation qui n’a jamais caché ses ambitions musicales depuis ses débuts en 2012. Avec quatre albums à son actif (avant celui-ci), le groupe mené par la chanteuse/guitariste Kelly Schilling a toujours cherché à mélanger les sensations grâce à différents emprunts montrant un spectre très large: doom, progressif, folk, post-rock mais aussi black metal et jazz sont ainsi assimilés pour un résultat tout personnel.

Soilwork – Övergivenheten

On prend les mêmes et on recommence. Et tant mieux dans ce cas! Verkligheten m’avait déjà collé une sacrée mandale en 2019, rien de moins à mes yeux que la résurrection du grand Soilwork qu’on n’osait même plus espérer. Un Soilwork qui va de l’avant, regarde dans le rétroviseur avec fierté, mais sans nostalgie ou regret (on le voit ne serait-ce que dans l’artwork très coloré qui ne rappelle pas du tout les artworks thrash ou sombres des débuts, même si le titre en suédois signifie tout de même « abandon » après la « réalité » du grand frère). Et qui propose [...]

Nicolas Cage Fighter – The Bones That Grew From Pain

Avouons-le tout de suite, sans un tel jeu de mots pour patronyme, je ne me serais jamais penché sur Nicolas Cage Fighter (enfin cela n’égale tout de même pas nos Tina Turner Fraiseur !). Pourtant derrière ce nom prêtant à rire, ces australiens n’ont pas du tout envie de rigoler ! Pour son premier album (sortant conjointement sur Metal Blade Records et Blacklight Media), le quartet de Ballarat entend mettre au goût du jour le hardcore metal des 90’s avec quelques lichettes de death metal.