Cavalera Conspiracy – Inflikted

12 Commentaires      1 350
Style: cavalera metalAnnee de sortie: 2008Label: Roadrunner Records

Bon, je ne vais pas revenir sur toute l’histoire (vous la connaissez certainement), mais pour faire simple, disons que la sortie de ce Inflikted marque la première collaboration discographique des deux frères Cavalera depuis près de douze ans.
L’idée a germé dans la tête dreadlockée de Max à la suite du dernier « D-Low Memorial show » (concert hommage à Dana « D-Low » Wells, décédé en 1996 lors d’un accident de voiture), alors que les deux frangins ne s’étaient pas retrouvés sur les planches depuis un certain 16 décembre 1996…
Afin de compléter les rangs de ce side project – qui n’en n’est pas vraiment un, d’après les dires de Max, qui envisage déjà la possibilité d’enregistrer un deuxième opus – les deux Brésiliens se sont entourés de Marc Rizzo (Soulfly, ex-Ill Nino) à la guitare et de Joe Duplantier (Gojira) à la basse.
Beaucoup d’encre a coulé quant à la légitimité et à l’honnêteté de ces retrouvailles, mais maintenant que nous tenons la fameuse galette entre nos petites mimines, laissons tout ce blabla de côté, car il est temps de voir ce que cette nouvelle aventure des frères Cavalera nous réserve.

Soyons clairs d’entrée de jeu : si l’originalité n’est pas le maître mot de cet album, il n’en reste pas moins dénué d’intérêt et propose son lot de bons moments.
En revisitant les sonorités de Sepultura période Arise et Chaos AD (en un peu moins rentre-dedans tout de même) et en y ajoutant la touche de brutalité punk qui caractérisait Nailbomb, le quatuor ne prend certes pas d’énormes risques, mais arrive à tirer son épingle du jeu, principalement grâce au mélange d’urgence et d’énergie qui se dégage de certains titres.
Alors que Inflikted ouvre les hostilités dans un style très proche de Soulfly période Dark Ages (le côté world en moins), c’est avec Sanctuary que l’on se prend une bonne grosse baffe à travers la face. La rythmique punk façon kalachnikov appuie les textes de Max, qui n’avait pas fait preuve d’une telle hargne et de véhémence vocale depuis un sacré bout de temps.
Le regain de brutalité amorcé par Dark Ages atteint ici son paroxysme avec des titres en béton armé, qui risquent d’en étonner plus d’un (Sanctuary, Ultra-violent, Hex, Nevertrust, Must kill) et prouvent que le binôme fonctionne toujours aussi bien quand il s’agit d’envoyer la sauce.
Si la rapidité est au rendez-vous, on peut bien entendu compter sur d’autres morceaux où la rythmique se fait plus lourde et appuyée entre les diverses variations de tempos et autres breaks (Terrorize, The doom of all fires, Hearts of darkness, Bloodbrawl), qui prouvent qu’Igor maîtrise encore ses baguettes et qu’il reste un excellent batteur. En effet, beaucoup de fans pensaient que le bougre (qui a quand même été récompensé à plusieurs reprises en tant que meilleur batteur du monde pour son travail au sein de Sepultura) allait délaisser le metal pour se consacrer uniquement à Mixhell (projet électro qu’il a monté avec sa femme, Laima Leyton), mais ce retour derrière les fûts tend à prouver le contraire.
Si l’ami Maxou n’est pas réputé pour être le guitariste le plus technique de la planète, il peut sans problème compter sur son comparse Marc Rizzo, qui propose – une fois de plus – une pléiade de soli qui portent les morceaux à un autre niveau, et démontrent que le petit jeunot connaît sa six corde ainsi que ses gammes par cœur.
Côté invités, si la liste n’est pas exhaustive, on retrouve tout de même Rex Brown (Pantera, Down) à la basse sur Ultra-violent, et le petit Ritchie Cavalera, qui vient pousser la chansonnette sur « Dark Ark », aux côtés de Joe Duplantier, qui offre là une excellente prestation.

Pour résumer, on peut aisément dire que nous nous retrouvons avec un album principalement destiné aux fans, ainsi qu’aux nostalgiques de la période durant laquelle les deux frères Cavalera ont sévi au sein de Sepultura. Sorte de melting-pot entre les divers projets musicaux de Max, Inflikted est certes un disque efficace et bien rentre-dedans, mais qui s’essouffle malheureusement assez rapidement après un certain nombre d’écoutes.
En ce qui me concerne, il s’agit quand même d’un bon petit disque de métal qui n’a pas la prétention de réinventer la poudre, mais qui peut au moins se targuer de nous faire passer un bon moment, et c’est déjà pas mal.
A noter que les possesseurs de la version japonaise auront droit à un peu de rab avec un titre supplémentaire (The exorcist), qui est en fait une reprise de Possessed et qui figurait sur le mythique Seven churches.

  1. inflikted
  2. sanctuary
  3. terrorize
  4. black ark
  5. ultra-violent
  6. hex
  7. the doom of all fires
  8. bloodbrawl
  9. nevertrust
  10. hearts of darkness
  11. must kill
  12. the exorcist (bonus track édition japonaise)
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

12 Commentaires

  1. SagresMetal says:

    Assez bon album, par contre pour moi le point négatif c’est Igor, au contraire de Wakos je trouve qu’il a perdu bcp de talent (ou alors il le montre pas), Bref on a une batterie banale sur cet album je trouve.
    J’attend quand même la suite :)

  2. Rémi says:

    Arrêtons de nous rattacher à nos souvenirs (le meilleur des frêres Cavalera date déjà de plus de 17 ans !), et prenons ce disque comme n’importe quelle autre sortie: force est de constater qu’il y a bien plus intéressant ailleurs.

  3. sepulturastaman says:

    Pas d’ accord avec toi Rémi 12 ans d’ attentes pour ça ? Même moi qui n’ est pas un fan de sep pro Max (puisque j’ adore le Nation, le chant de Predator et loin de m » insuporter) ; j’ attendais énormément de ce side project que je compare plus a Nailbomb. Igor et d’ une molesse affligeante il ne nous fait pas profité de ses « talents » de DJ ce qui est dommage et qui aurait pus différencier Cavalera conspiracy de Soulfly (vu qu’ on entend trop la touche Rizzo).
    Ce disque ne peux pas être considéré comme n’ importe quelle disque ; pour toi Down, QOTSA, Lock Up, S.O.D, Ice Pick ; sont des groupes quelconques ? Pour moi non.
    Pour moi ce disque est une énorme déception, ce ne serait pas un all-star band personnes n’ en parleraient, ce disque sort de l’ anonymat grace au frangins Cavalera, car Joe Duplantier ne sert pas à grand chose puisqu’ il n’ a pas pris part à beaucoup de compos (malgrés les recents dire de Max). Je rajoute même que j’ ai était déçu par la voix de Max.

  4. Ø says:

    Chiant.

  5. sam says:

    très déçu, franchement je m’attendais a mieux. Ils mélangent un peu de tout et je trouve que ca résonne mal au final.

  6. Rémi says:

    Sepulturastaman je ne comprends rien de ce que tu argumentes, et tes fautes d’orthographe ne m’aident pas. Visiblement on pense pareil mais tu ne l’as pas peut-être pas saisit: la seule raison que l’on entende parler de ce disque est qu’il s’agit des frères Cavalera (et c’est aussi la seule raison pour qu’il y ait autant de commentaires sur cette page). Tu l’as d’ailleurs bien compris (« ce ne serait pas un all-star band personnes n’ en parleraient »). Pour moi Down, QOTSA & Cie ne sont pas des groupes quelconques, et je ne sais pas où tu l’as lu. J’ai dis qu’il faut prendre ce disque pour ce qu’il est, donc « musicalement », et arrêter d’essayer de trouver des justificatifs pour absolument trouver quelque chose de bon dans ce disque, sous prétexte que ce sont les frères Cavalera qui l’ont pondu. Ce disque ne casse pas 3 pattes à un canard, et je le répète il y a bien plus intéressant ailleurs. Si tu ne comprends rien, c’est pas ma faute. Retourne rédiger (en français s’il te plaît!) dans ton webzine.

  7. wakos says:

    @Remi : Qu’il s’agisse des frère Cavalera ou pas, je prends plaisir à écouter cet album. Comme tu le dis, il ne casse pas trop pattes à un canard, mais cela ne me gêne pas, c’est un disque facile d’accès, pas prise de tête pour deux sous, et honnêtement ça fait du bien de temps en temps.

  8. Head says:

    Blaséland…
    C’est pas le disque du siècle ok, mais écoutez les morceaux plus en profondeur, rendez-vous compte du travail sur les intros, les solos, les structures des morceaux plutôt originales (Sanctuary est pas si bateau que ça pour un single). J’pense que le plus gros reproche à faire en fait, c’est la froideur dans le son de l’album. Arrangé autrement et sorti à une autre époque, il faisait un carnage unanime…
    J’pensais que la qualité de ces chansons sauterait aux yeux…

  9. sepulturastaman says:

    Voilà ce qui me fait dire ça Rémi : « et prenons ce disque comme n’importe quelle autre sortie ». Bah non justement moi je ne prends pas ce scud comme n’ importe qu’ elle sortie ; pour le reste tous pareil d’ acoord avec toi, déso pour le quiproquo.

  10. Rémi says:

    pas de soucis

  11. Inhuman says:

    Une petite daube sans aucun interets.
    Du metal jetable.

  12. Noohmsul says:

    Head à tout dit. Tout le monde part avec des préjugés sur cet album, et personne ne prend la penne de l’écouter vraiment, c’est triste…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *