Clinging To The Trees Of A Forest Fire / Nesseria – Split

Pas de commentaires      1 409
Style: funeral grind vs. chaoscoreAnnee de sortie: 2011Label: Throatruiner Records

Encore un split venant de chez Throatruiner, un duel franco-ricain cette fois avec un match opposant deux sacrés clients. Tout d’abord les poids-lourds de Denver Clinging To The Trees Of A Forest Fire (qu’on va appeler CTTTOAFF dorénavant) qui dans le genre dernier dinosaure seraient plutôt du côté hybride brontosaure pour le poids et vélociraptor pour la hargne. D’après lui, le groupe joue du « funeral grind », soit du grind qui aurait découvert les vertus des bains de boue, et la boue quand t’en as plein les pompes ça colle et c’est lourd. C’est là exactement l’effet de la partie CTTTOAFF qui a donc considérablement changé son approche par rapport à ses précédentes livraisons, désormais portée davantage sur les parties down-tempo pachydermiques que sur les accélérations fulgurantes (même si ces dernières, dans un esprit assez proche de ce que produit Gaza, sont tout de même présentes). La lugubre S.I.T.W (reprise de Something In The Way de Nirvana, enfin au tempo divisé par deux) mettra un terme à cette première partie made in USA. On peut enfin se déscotcher du mur et recracher la gadoue qu’il nous reste entre les dents pour se reprendre du Nesseria de plein fouet.

Les orléanais nous avaient laissés avec un album éponyme pied au plancher, à la frénésie haineuse qui avait alors fait mouche. Les quatre morceaux de ce split semblent indiquer une volonté de montrer un visage un peu différent du combo. Certes, si l’aspect radical et vindicatif est intact, Nesseria évolue et propose un aspect plus facilement assimilable de leur musique. Plus « mélodique », moins bordélique, Nesseria n’en oublie heureusement pas d’où il vient et de coller parfaitement au style : du chaos façon Converge et consorts certes, mais aussi une ouverture vers les contrées du plat pays d’Amenra le temps du puissant Mercure . Si l’agressivité intense est toujours le credo des orléanais, ils sont parvenus à l’exprimer d’une manière quelque peu renouvelée tout en conservant cette patte « chaos-malaise » qui leur est propre. Une évolution qui, pour ma part, me permet d’affirmer la victoire de la France sur ce match-là, CTTTOAFF n’est cependant pas loin derrière.

1. CTTTOAFF – Opaque
2. CTTTOAFF – Wrinkled Claws
3. CTTTOAFF – Lower Than Life, High As The Sky
4. CTTTOAFF – S. I. T. W.
5. Nesseria – Freistadt
6. Nesseria – Mercure
7. Nesseria – Fils de la fin de siècle
8. Nesseria – 1789

Nesseria
CTTTOAFF
Le split sur Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *