Cowards – Hoarder

Pas de commentaires      2 089
Style: hardcore/sludge/noiseAnnee de sortie: 2013Label: Throatruiner Records/Ruins RecordsProducteur: Francis Caste

Si dans ma chronique de Shooting Blanks & Pills, j’avais été impressionné par la vitesse de rendement de Cowards (pour rappel, quelques mois seulement s’étaient écoulés entre la création du groupe et la sortie de son premier album), je me vois là obligé d’y faire une nouvelle fois référence: nous avons droit à un nouvel EP même pas un an après ! (et c’est encore plus étonnant quand on sait que ce groupe est un side-project).

D’emblée, le côté sombre du groupe est une nouvelle fois personnifié par l’artwork de son album. Exit Fortifem et bonjour Jean-Luc Navette, éminent artiste tatoueur, notamment connu pour ses œuvres à l’encre uniquement noire. La pochette, telle un dessin de Crumb qui aurait fait un séjour dans un squat dégueulasse (et qui pour le coup, aurait décidé d’en finir), annonce directement la glauquitude émanant de l’album avant même de l’avoir écouté.

Et il n’y a pas de tromperie sur la marchandise, Hoarder est aussi malsain que son prédécesseur. Ce nouvel EP possède des titres particulièrement rampants déployant cette même rugosité, cette écrasante lourdeur doom/sludge dominée par une basse monstrueuse étalant ses riffs poisseux (la conclusive reprise de 16 Horsepower vaut le détour dans cette optique). Loin de se contenter d’assommer l’auditeur, Cowards sait aussi les secouer en faisant partir certains morceaux (les plus courts en fait: Smell of an Addict et Fork Out) dans un tempo plus rapide et une atmosphère chaotique comprenant quelques bons relents de black metal. Une envie d’urgence et de variations des plaisirs qu’on avait déjà perçue sur le premier album.

Fidèles à eux-mêmes, les membres de ce « supergroupe » (allez, rappelons leurs groupes d’origine: Hangman’s Chair, Eibon, Death Mercedes, Dacast, Glorior Belli, Sickbag, Colossus of Destiny) signent un EP reprenant les éléments doom/sludge/noise (& more) entrevus l’an dernier. Peu de nouveauté mais un impact plus immédiat toutefois, grâce au format court de l’EP. Nos connards restent des connards qui semblent se complaire dans leur vomi et c’est avec le même plaisir qu’on partage leur nausée.

PS: Comme d’hab chez Throatruiner, c’est en téléchargement gratuit mais là, c’est en avant-première (l’album sort en septembre). La classe.

  1. The Old City
  2. Smell of an Addict
  3. Fork Out
  4. Where Lies The Anchor
  5. Blessed Persistence

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *