Brutus – Unison Life

Pas de commentaires      213
Style: Post Emo CoreAnnee de sortie: 2022Label: Hassle / Sargent House

Brutus, voilà bien un groupe qui m’a attiré depuis la sortie en 2017 de son premier album, sans jamais me convaincre complètement jusqu’ici. La faute à un chant trop criard et des mélodies qui avaient du mal à m’emporter même si je leur reconnais depuis toujours une énergie assez communicative de même qu’une attitude un peu punk à laquelle on ne peut que s’identifier dans un monde qui a tant besoin qu’on en bouscule les conventions.

Mais Stéfanie, batteuse/chanteuse et ses deux acolytes ont cette fois réussi à provoquer chez moi le déclic avec ce 3ème album Unison Life que j’ai rapidement trouvé super réussi du début à la fin. Il me semble aussi que le trio qui a (sans grande originalité) mis à profit l’isolement imposé par le COVID pour travailler sur cet album, et expérimenter, a vraiment trouvé son rythme et la bonne formule faite de guitares aux effets permettant de bien prendre possession de l’espace et de morceaux plus tôt courts et directs, alors que Stéfanie a aussi manifestement vraiment progressé sur le plan vocal, poussant moins sa voix dans les registres criards, tout en sachant à la fois chanter et pousser quelques gueulantes (plutôt rares cependant) lorsque cela sert les titres.

La musique des belges, à la croisée de l’émo, du post-hardcore et du rock tout simplement, contient vraiment tous les ingrédients pour séduire intelligemment le plus grand nombre d’amateurs de musique saturée, qui n’attendent pas seulement d’un groupe qu’il soit agressif mais qu’il sache aussi écrire de bonnes chansons.

Et de bonnes chansons il est plus que question sur Unison Life. C’est même un enchaînement de tubes auquel on a droit durant les 42 minutes et quelques que dure cet album sur lequel il n’y a rien à jeter. L’enchaînement de départ « Miles Away » / « Brave » est remarquable, et tous les titres qui suivent contiennent leurs passages forts et refrain mémorable (« Liar », « Dust » et « Storm » étant peut-être mes 3 morceaux favoris). La quasi ballade « What Have We Done », une première pour le groupe, est aussi une formidable réussite qui permet d’apprécier encore mieux la voix de Stéfanie laquelle parvient admirablement à transmettre le désespoir qu’elle porte via son organe puissant et un peu atypique (toujours au bord de la rupture). Tous ces ingrédients sont au service d’une énergie toujours bien présente, mêlée à un désespoir et une mélancolie contagieuses que certains effets de guitare viennent renforcer (les sonorités western de « Dust » par exemple ou de « Desert Rain », deux morceaux qui portent bien leur nom d’ailleurs), une fois encore parfaitement mis en lumière par la production de Jesse Gander, auquel on doit outre le son des deux premiers albums de Brutus, la production de l’excellent Deep Fantasy de White Lung.

Avec ce coup de maître qui confirme tout leur potentiel, les belges semblent cette fois avoir tout ce qu’il faut pour conquérir le monde du rock saturé. Tant pis pour ceux qui resteront encore à quai!

Tracklist :
01 – Miles Away
02 – Brave
03 – Victoria
04 – What Have We Done
05 – Dust
06 – Liar
07 – Chainlife
08 – Storm
09 – Dreamlife
10 – Desert Rain

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1077 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *