Latest Content

Omsorg – Echoes

Jeune pousse venue de l’underground danois, Omsorg revient suite à son premier album (Moments, Movements, sorti l’an dernier) avec un nouvel EP aux quatre titres de hardcore alternant entre attaques frontales et mouvements plus émotionnels. Un coup de frais venu du froid ?

Demersal – S/T

Après des débuts en fanfare ponctués notamment par un excellent Less (2020) suivi d’un split non moins qualitatif en compagnie de Regarding Ambiguity l’année suivante, j’avoue avoir un peu perdu de vue Demersal. Les danois n’ont pourtant pas chômé, ayant sorti un EP (Death Routines en 2021) puis un 4-way split en 2022 en compagnie d’excellents groupes de screamo internationaux (Vientre de Colombie, Piet Onthel de Malaisie et Letterbombs de Finlande). Revoilà donc le groupe d’Odense avec un nouveau long-format, laissant apparaître ici une encore plus grande ouverture d’esprit…

Knocked Loose – You Won’t Go Before You’re Supposed To

Annoncé au compte-goutte avec des singles plus percutants les uns que les autres, dire que ce nouveau Knocked Loose était attendu était un euphémisme. La réputation du groupe du Kentucky n’est plus à faire, maîtrisant tant son metal/hardcore désormais reconnaissable entre mille que son imagerie, proposant des clips baignés d’une atmosphère particulièrement glauque. Et comme prévu, ce nouvel album est une énorme mandale, augmentant encore un peu plus le curseur de véhémence.

Isolation – Creature Lies

Ancien chanteur de We Hate You Please Die, groupe de punk originaire de Rouen, Raphaël Balzary a décidé de fonder Isolation en compagnie de membres de Cheap Teen. La jeune formation livre avec ce Creature Lies un premier EP à la croisée des genres et montrant déjà une forte personnalité.

YEAHRS – Spiritual Sickness

Originaire de Berlin mais monté aux trois quarts par des français expatriés, YEAHRS officie depuis quelques années, ayant sorti quelques singles et EPs (le dernier en date Transfer.Transform datant de l’an dernier) avant ce Spiritual Sickness, leur véritable premier album. S’orientant du côté de la shoegaze au sens large du terme, le quartet n’entend pourtant pas se restreindre à une simple resucée de My Bloody Valentine ou de The Jesus And Mary Chain, mais s’en inspire tout en prenant des libertés.

Sorcerer – Devotion

Valeur montante de la scène hardcore française, Sorcerer a su teaser son premier album avec ses deux singles accompagnés de variations autour du superbe artwork de Nicolas Di Vincenzo (qui joue chez Pencey Sloe, avec qui le groupe a partagé un surprenant split l’année dernière, ceci explique cela). Un chevalier venant de se prendre une raclée ? C’est bien ce qui nous attend sur ce Devotion!

The Ghost Inside – Searching For Solace

Après leur accident et la reconstruction ayant suivi (avec un album-catharsis en 2020 en guise de libération suite à leur difficile convalescence), The Ghost Inside revient de très loin. Quatre ans plus tard, le groupe fait son retour armé de ce Searching For Solace venant célébrer ses vingt ans d’existence dédiés a la cause du metalcore mélodique et émotionnel, avec une thématique générale encore essentiellement basée sur la reconstruction du groupe.

Frail Body – Artificial Bouquet

2024, année cruciale pour la scène screamo ? Cela se pourrait bien ! Après l’énorme nouvel album d’Infant Island, les récentes découvertes Pettersson, Basque et Burial Etiquette, et en attendant le prochain Demersal prévu pour bientôt, Frail Body vient enfin livrer une suite à son somptueux A Brief Memoriam (2019). Artificial Bouquet interpelle d’abord par son visuel très coloré, sans surprise conçu par Jacob Bannon de Converge (vraiment pas son meilleur amha), contrastant diamétralement avec la sobriété de la photo en noir et blanc de l’album précédent. Mais si les atours épousent parfaitement les « habitudes Deathwish », Frail Body n’en [...]

Boundaries – Death Is Little More

Valeur montante de la scène metalcore US, Boundaries sort enfin le successeur de l’excellent Burying Brightness et vient pas mal surprendre leurs fans. Le groupe du Connecticut, jusqu’ici porteur d’un metalcore ouvert entre fracas beatdown et ouvertures du côté du néo metal, va ici changer drastiquement d’approche même si l’on fera parfois le lien avec leur passé discographique.