Balance And Composure – Light We Made

Pas de commentaires      1 462
Style: indie/rock alternatif mélancoliqueAnnee de sortie: 2016Label: Vagrant

Il y a deux catégories de groupes, ceux contents de leur recette qui fonctionne, restant bien ancrés dans leur style musical avec le risque d’un peu se répéter mais avec l’assurance de ravir leur fanbase; puis il y a ceux qui font le choix de se remettre en question, quitte à changer de style et risquer d’un peu déboussoler leurs aficionados. Avec ce Light We Made, Balance And Composure appartient à cette seconde catégorie, changeant considérablement la donne en comparaison avec tout ce que le groupe de Doylestown, Pennsylvanie, avait produit auparavant.

Si The Things We Think We’re Missing (2013) avait enfin mis le groupe sur orbite grâce à un rock alternatif plutôt ouvert, entre mélodies post-adolescentes, entrain pop-punk et indie/post-punk mélancolique plus mature, c’est désormais cette dernière facette qui oeuvre à plein régime chez eux. « Postcard », le premier single ayant filtré quelques mois avant l’album, avait annoncé la couleur. Fort de sa surprenante batterie synthétique (aspect qui reviendra dans quelques autres morceaux), ce titre se place dans une dynamique nostalgique douce-amère mais à la mélodie principale carrément hypnotique. Une atmosphère délicate et cotonneuse qui ne quittera quasiment pas cet album dont l’aura tristounette se transmet instantanément au moral de l’auditeur.

Exit les guitares saturées et les quelques titres bien énergiques qui parsemaient l’album précédent, Balance and Composure prend aujourd’hui le sillage d’un Title Fight, d’un Citizen ou encore d’un Turnover en montrant qu’ils ne sont plus des gamins excités et qu’ils ont des références du côté du post-punk premier du nom (« For A Walk », sa basse saturée et ses effets old-school). Au micro, Jon Simmons insuffle le côté « regret et amertume » qui colle parfaitement aux mélodies automnales distillées par ses comparses (et ne crie plus du tout).

Light We Made risque d’un peu décontenancer les amateurs des premières sorties de Balance and Composure. En effet, le grand écart avec ce nouvel album est conséquent, on était loin d’imaginer un tel changement de style et l’utilisation d’électronique (et de vocoder comme pendant la conclusion « Loam », titre pourtant plutôt immersif) chez eux. Pourtant, après un temps d’adaptation, la sensibilité des mélodies finit par prendre, tout comme cette atmosphère si différente mais si singulière, telle un passage à l’âge adulte. A voir si le groupe continuera désormais dans cette nouvelle voie…

  1. Midnight Zone
  2. Spinning
  3. Afterparty
  4. For A Walk
  5. Mediocre Love
  6. Postcard
  7. Call It Losing Touch
  8. Fame
  9. Is It So Much To Adore
  10. Loam
beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *