Burning Skies – Murder By Means of Existence

4 Commentaires      1 393
Style: deathcoreAnnee de sortie: 2004Label: Lifeforce

Découvert par harsard sur le net, je m’attele à cette chronique seulement maintenant alors que je suis en possession du disque depuis peut-être bien un mois voire plus. C’est la pub d’Overcome dans le Kerosène de cet automne qui m’a remémoré ce disque. Ben oui, j’avais écouté quelques titres et la sensation laissée était celle d’un gros uppercut. Après une première écoute complète de l’objet, je peux le confirmer: ça éclabousse, ça tache, et ce premier album est une véritable petite bombe de méchante efficacité. Ca rapelle des groupes comme Dying Fetus, Inside Conflict mêlant hardcore-death-grind ou encore des groupes metalcore comme Hatebreed, Killswitch Engage, Walls of Jericho

Pas une once de mélodie sur ce disque. Que du lourd, que de la saturation, une voix entre death et hardcore (on a aussi quelques petits cris aigus façon black sur quelques titres), des rythmes lourds et/ou enlevés, de la double pédale à foison, des musiciens qui se font plaisir et qui, du coup, nous font plaisir. Enfin bon quand je dis qu’il n’y a que du lourd, je ne tiens pas compte du totalement inutile et « bof » titre instrumental du skeud, que vous localiserez sans mal puisqu’il s’appelle « instrumental ».

Le son est burné, bien gros, maousse costaud et les compositions le lui rendent bien! Le quintet mêle différents genres « extrêmes » dans une mixture bien ficellée et nous offrent des chansons applatissantes et d’une brutalité jouissive. Difficile de résister devant une telle démonstration d’efficacité. Tout y est!

On trouve de bonnes petites idées. Dans le genre « Forever Endeavour » est une mine de bons petits arrangements et même si la chanson dure presque 6 minutes on ne se fait pas chier une seule seconde! On trouve aussi l’utilisation de larsens dans la mosh-part de « Individual Hate Complex » qui rend bien. Bon là je vous parle de ces deux titres mais tout l’album est truffé de bonnes idées toutes plus ou moins déjà vues. Les titres sont assez longs, avec une moyenne d’un peu plus de 4 minutes par piste, mais que les défenseurs du tout-en-56-secondes ne craignent rien. Pas de longueurs trop fastidieuses ici.

De la même manière que chez Inside Conflict, on retrouve chez Burning Skies une aptitude assez « dansante » dans leur musique. Ce n’est pas seulement la tête et les pieds qui bougent mais c’est tout votre corps qui se sent épris d’une envie insurmontable de gesticuler dans une danse désarticulée sans nom.
Cet album est une grosse claque et risque de faire du bruit, je trouve d’ailleurs bizarre que sa sortie ait été aussi discète.
Comment vous parlez de chansons comme « Murder By Means Of Existence »? Ou de « Erase The Decay » et de sa dernière partie hallucinante?? Et que pensez du titre « Emo Assasination »? Est-ce un message adressé aux emokids? En tout cas je ne souhaite à personne de se faire tabasser, encore moins par des gars qui auraient cette chanson en tête ou dans les oreilles.

Bref, moi qui ces derniers temps avait le coeur un peu moins du côté du métal (je crois mais j’en suis pas sur), je peux vous garantir que ce disque m’a chuchoté à l’oreille que j’en ai encore pour longtemps à baigner dedans…

On va ramasser des dents dans le pit avec tout ça, à moins que ce disque ne soit tout simplement la Bande-originale du film « mon pitbull s’appelle Brutus »!

(A savoir que le groupe s’est séparé de son batteur et que si vous désirez tapper les fûts pour eux, vous pouvez postuler en envoyant un mail à burning_skies_of_death@yahoo.co.uk)

  1. intro
  2. murder by means of existence
  3. individual hate complex
  4. narcoleptic suicide attempt
  5. forever endeavour
  6. emo assasination
  7. thrash gordon
  8. erase the decay
  9. instrumental
  10. hatred remains
  11. symptoms of perversion
  12. preaching to the silent
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. cava76 says:

    Enorme claque éffectivement, j’allais d’ailleurs faire la kro avant que l’on me dise que c’était toi qui l’avait faite, ça aurait été 16 ou 17 sur 20 également.
    Pour le batteur c’est une énorme perte parce que le type est une bête à se demander si Lombardo n’a pas un petit frère … bonne chance au successeur d’ailleurs.

    Seul TOUT PETIT BEMOL pour ma part, la gratte est un CHOUILLAT trop en retrait, ou la batterie est trop en avant c’est selon, mais je chipote parce que le son est tout de même énorme.

  2. fewz says:

    arf, désolé de t’avoir soufflé cette chronique!… Bon en tout cas on est d’accord: La grosse claque!!
    Pour ce qui est de savoir si c’est la batterie qui est trop en avant ou la guitare qui est trop en retrait, perso je pense que c’est la batterie qui est trop en avant…enfin bon c’est vrai que là on fait un peu beaucoup de finasseries… =)

    Le prochain groupe du batteur est à surveiller de près parce que ça risque de faire bien mal aussi…

  3. Crusto says:

    Ils ont qu’a prendre le batteur de Cryptopsy :-)

  4. Ilhan says:

    Bon album, la prod m’a un peu saoulé.
    Mais bon groupe.
    Un peu lassant quand meme a force.
    Un pti 15 pour ma part

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *