Dsk – From Birth

Pas de commentaires      1 060
Style: brutal deathAnnee de sortie: 2004Label: Manitou Music / Thundering Records

Voilà un disque que DSK a eu bien du mal à sortir! Initialement prévu pour une sortie en 2003 avec un titre différent (Distante Dolore), ce n’est finalement qu’aujourd’hui que From Birth arrive dans les bacs.

Il faut dire que le groupe français a du gérer de nombreux changements de line-up qui ont passablement compliqué le travail et l’aboutissement du CD.

Les DSK officient dans ce qu’ils qualifient d' »ultra death metal », ce qu’on pourrait nous mêmes résumer par le terme un peu plus connu et parlant de « brutal death ».

Et brutal ce cd l’est complètement, la pression ne se relâche quasiment jamais, et l’agression est constante. Dès « Alive but Broken » on sent qu’on va en prendre plein la tronche et ce ne sont pas les « Repudiate » , « Introduction to Not », « Suffer is Mine » ou la reprise de Napalm Death (bien connus pour leurs animations de mariages et autres bar-mitzva), « Walls of Confinement » qui me démentiront.

L’agression évoquée est particulièrement incarnée par la voix de Nicolas Boury, voix absolument outre tombesque qui prend parfois des tonalités hardcore « aboyées », et qui restera donc proprement insupportable en toutes circonstances pour votre grand-mère.
Certes, quelques passages en voix « claire » arrivent (très) occasionnellement (comme sur « Introduction to Not » où la dite voix claire est aussi passablement barrée) mais ils ne durent pas bien longtemps et n’ont rien à voir avec ce qu’on trouve parfois dans les refrains chantés de nombre de formations de métal.

On notera quelques passages un peu rock n’ roll ou plutôt une fibre r n’ r (revendiquée comme telle et assumée par le groupe d’ailleurs) du meilleur effet sur quelques titres comme sur « My Eyes are Corrupted » ou « Introduction to Not ».

Finalement, on sent que le talent de cette formation est bien présent et bien réel, mais il manque quelque chose à ce « From Birth » pour être une véritable bombe.
La voix du chanteur est trop monocorde et uniforme, ce qui rend l’ensemble un peu lassant et assez difficile à s’enfiler d’une traite, ce d’autant plus que le CD est assez long (pour un disque de brutal death) mais surtout les morceaux eux-mêmes gagneraient à mon sens à être plus concis et à moins s’étirer en longueur.

Ces quelques défauts mis à part, il est clair que DSK constituent un gros espoir de la scène extrême française!

  1. alive but broken
  2. my fist
  3. my eyes are corrupted
  4. en la ciudad
  5. repudiate
  6. introduction to not
  7. suffer is mine
  8. …with my organs
  9. death. k
  10. the shell
  11. policy of worst
  12. walls of containment (napalm death cover)
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1019 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *