The Elektrocution – Open Heart Surgery

Pas de commentaires      995
Style: rockAnnee de sortie: 2005Label: Overcome Records

C’est le retour du rock y paraît… Parce qu’il était parti ? Putain de mode… Même si la haute couture s’y met…Là on ne peut pas lutter… Quoique ! Superbe en attendant ce phénomène de récupération ! L’esprit du rock serait-il donc si dérangeant que cela ? Serait-il encore dangereux, farouche et sauvage ? A en croire le phénomène de récupération, la preuve s’affiche devant nos yeux ébahis! C’est bien connu pour faire taire, on englobe, on lisse, on polie… Oui mais le rock ce n’est pas qu’une histoire de style ! Le rock est fougueux, teigneux tel un étalon noir. Et ce n’est pas un petit rodeo de merde, une vaste pantalonnade marquetée qui fera disparaître une âme aussi embrasée ! Le rock ça sue, ça saigne, ça pense, ça pleure, ça vit quoi !

Et s’il est question de revanche The Elektrocution sont là pour rappeler à nos bons souvenir le jouissif d’une bonne claque électrique en pleine tronche. En la matière, nos frenchies issus du creuset Rouennais ont la maîtrise du style et savent botter le cul du pantin rock’n’roll pour lui redonner toute sa superbe. Il se dégage de cet album une âme vengeresse, un truc qui vous pousse de l’avant, un truc qui ne vous pétera à la gueule que si vous refusez le combat. A l’écoute de ce premier album, donnant suite à une première demo Latin Loser en 2001 et un MCD Vagina Dentata en 2003, j’ai l’impression de retrouver entre autre les thèmes chers au Western soient la vengeance, l’abnégation, la douleur mais aussi la fierté et un rien de sensibilité. En tout cas, leur rock ravageur en liaison directe avec la folie des Stooges, le charisme d’AC/DC, le surf rock et le garage rock des sixties est impeccable. La voix complètement arrachée, laminée à force d’hurler sa fièvre n’en finit pas de me hanter. Les riffs électriques et sanglants laminent sur leur passage tout ce que la batterie et la basse n’avaient pas annihilé dans l’urgence ! Quelques intermèdes, un rien électronique tel « Calvaire » viennent panser les plaies dans une ambiance quelque peu inspirée des thèmes vengeurs de Sergio Leone. Pour autant, l’écoute se déroule dans l’urgence, dans le cri d’une adversité sans pitié. Les fans des premiers The Hellacopters ou Backyard Babies devraient y retrouver leurs petits. Moi je suis conquis !

  1. kneel down and play
  2. don’t you run away
  3. nunchaku
  4. the threat
  5. fuck you 3
  6. parasite
  7. calvaire
  8. elektrocution uber alles
  9. can’t wait! won’t wait!
  10. failure
  11. your life is a joke
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *