Acres – Burning Throne

Pas de commentaires      188
Style: post-hardcore/emo rockAnnee de sortie: 2023Label: A Wolf At Your Door Records

Troisième album pour Acres, le groupe britannique et son hybride de post-hardcore et de rock émotionnel ont su se forger une belle popularité au fil des années. Et si le groupe s’est assagi au fil du temps, reléguant les cris et la tension au second plan au profit de mélodies plus prégnantes, Burning Throne va venir remettre un peu les pendules à l’heure, hein ?

On serait tenté de répondre par l’affirmative car l’ouverture « Nothing. » s’avère l’un des titres les plus énervés du groupe, la présence de Garrett Russell (Silent Planet, avec qui le groupe a tournée) y est sûrement pour quelque chose. Sauf que les titres suivants vont bien faire retomber le soufflé niveau nerfs au profit d’une recherche émotionnelle un poil surjouée. Un parti pris qui passe notamment par le chant, certes puissant et bien en phase avec les riffs/rythmiques atmosphériques, mais duquel on vient à rapidement se lasser tant les envolées frisent régulièrement le mièvre (« My Everything »).

Et cela est bien regrettable car lorsque les contrastes sont plus dessinés, notamment grâce à un surplus d’agressivité vocale (« Burning Throne », « The Death Of Me ») ou des variations d’intensité (« Into Flames »), la recette fonctionne plutôt bien. Acres possède toutes les cartes en main pour complètement convaincre mais donne l’impression de se reposer sur la recette mélancolique ayant fait son succès, preuve en est la fin de l’album « When You’re Gone »/ »Lost In Our World » où le manque de relief est flagrant et où l’ennuie pointe le bout de son nez. En résulte un troisième album pas totalement dénué d’intérêt mais peinant vraiment à embarquer avec lui quand les nerfs se raréfient, dommage…

  1. Nothing.
  2. Burning Throne
  3. Hold On
  4. The Death Of Me
  5. Visual Hallucinations
  6. My Everything
  7. Feel Anything
  8. Into Flames
  9. When You’re Gone
  10. Lost In Our World
beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *