Arsis – United in Regret

4 Commentaires      5 593
Style: death mélodique techniqueAnnee de sortie: 2006Label: Willowtip Records

Est ce que l’on peut faire plus encombré que le périphérique un jour de grève ? Regarder le nombre de disques de metalcore et de death mélodique en ce moment et vous verrez que oui. Les groupes vraiment intéressants se comptent sur les doigts et il est plus avisé de parler de « potentiel » car ces groupes sont encore jeunes et pas encore prêts à arriver au niveau de leurs aînés. Arsis par contre, s’en fout, royalement, et joue du death mélodique aux Etats Unis comme si ils étaient suédois. Et le tout, emballé avec une dextérité qui leur vaut de se retrouver sur Willowtip, le label death metal technique par excellence. Peut être que la chronique du premier album l’avait précisé mais en prime ils ne sont que deux.

A quoi doit on s’attendre sur ce deuxième album ? Comment faire mieux que A celebration of guilt qui restera dans les mémoires comme un grand disque de death metal mélodique et technique comme on en voit peu. Et encore, à ma connaissance, je ne vois pas d’équivalent aussi technique et accrocheur dans le registre. United in regret avait donc un maître étalon massif à surpasser. Le choix des musiciens fut donc de forger un nouvel outil de mesure et, sans repartir de zéro, de se plonger dans une dimension plus technique.

Moins orienté suédois qu’auparavant et plus varié tout en étant toujours du death metal, les compositions ont un peu moins de riffs facilement mémorisables mais s’imposent toutes comme des monuments métalliques aux leads mélodiques puissants et fédérateurs comme vers la troisième minute de « I speak through shadows ». Histoire de cibler un peu, regardez du côté du dernier album de Nile ou du dernier Anata pour voir à quel genre de riffs death bien techniques et pourtant bien agréables je fais référence. Arsis possède sa propre identité, pas de doute. Et face à ces deux géants, ils n’ont pas à se faire tout petit et imposent plutôt leur place au même niveau. En fait, le problème de ce disque est que les chansons et la production sont tellement fluides et parfaites qu’il est difficile de préciser une opinion autre que celle d’un fan enjoué devant un album qui ne sait faillir sur aucun tableau. Hormis si vous n’aimez pas le death technique. Parce que bon, j’avoue, si ce n’est pas du tout le cas, vous n’aurez pas grand chose à faire de cet album. Pour le reste, c’est à dire les fans, et bien rien ne peut mieux vous convenir que ces neuf chansons agressives et puissantes. La voix reste dans un même registre aigu mais guttural, la production fait respirer suffisamment chaque instrument en ne poussant rien au maximum et l’on a de quoi faire si l’on aime s’extasier devant des riffs complexes mais jamais exagérés non plus.

Car, autre grand avantage de Arsis, si ils jouent dans le registre technique, il n’empruntent pas non plus une voix trop progressive pour s’exprimer. 5 minutes pour la plus longue des plages et une moyenne générale tournant autour des 3 minutes 30. L’équilibre est respecté pour que chaque morceau ne soit pas trop varié et surtout pas identique au précédent. Parfait je vous dis, parfait. Bon, où sont mes reproches ? Pas assez accrocheur et immédiat que le premier ? Oui, ça pourrait poser problème pour les fans de la première heure. Mais comme je le disais au début de mon plaidoyer en faveur de United in regret, il aurait été un peu dur de faire mieux. En ouvrant leur jeu à des territoires plus vastes sans pour autant se perdre dans des excès qui nuiraient à la consistance du plat de choix qu’est ce second effort, James Malone et Michael Van Dyne produisent encore une fois un album qui devrait rentrer dans les mémoires. Un peu tard pour les tops des rédactions, mais est ce que cela doit empêcher un album d’avoir l’attention qu’il mérite ? Même le livret est particulièrement réussi. Cadavres en décomposition enchevêtrés, on se trouve dans une album de metal extrême, aucun doute à avoir. On pourrait donc voir Arsis comme un groupe de genre. Niché dans le metal extrême et adorateur de tout ce qui y touche, Arsis, n’est toutefois pas un groupe nécrophage et poursuit sa propre route dans le cadre d’un genre qui a encore beaucoup à offrir.

  1. oh, the humanity
  2. ….and the blind one came
  3. united in regret
  4. i speak through shadows
  5. lust before the maggots conquest
  6. the marriage bed
  7. the cold resistance
  8. the things you said
  9. hopeless truth

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. guim says:

    A celebration of guilt était déjà un monument,pas écouté celui là mais les mp3 semblent hyper prometteurs

  2. The Philsopher says:

    Je ne peux qu’abonder dans le sens de la chronique (sauf sur un point sur lequel je reviendrai), cet album est parfait, mais moins immédiat que son prédecesseur. A la première écoute, j’ai trouvé que l’album ne démarrait vraiment qu’à partir du fantastique Lust Before The Maggots, et qu’il était légèrement inférieur à A Celebration Of Guilt, mais il n’en est rien… au bout de quelques écoutes, on se rend compte que United In Regret surpasse largement son prédecesseur, les compos sont toutes égales (c’est aussi peut être là son principal défaut), et les influences sont beaucoup moins présentes que par le passé.
    Ce qui me gêne dans cette chronique c’est que contrairement à la comparaison avec Anata, je ne trouve vraiment pas celle avec Nile judicieuse. En effet, on n’est vraiment pas dans le même registre de death metal, Arsis ne recherche aucunement la rapidité ou la brutalité, et ce sur aucun morceau d’Arsis qu’il m’ait été donné d’entendre (c’est à dire tous), là où Nile file à une vitesse grand V, Arsis ne compose ses morceaux qu’en fonction de la mélodie, et de la mélodie seule. Vouloir comparer Arsis et Nile, ce serait comme vouloir comparer Atheist et Deicide… on devrait se rendre compte qu’il y a un souci.
    A vrai dire, Arsis est beaucoup plus proche d’un auteur de musique classique que d’un Nile, en le sens où on peut aisément remarquer que le duo de guitare possède la même approche que deux parties d’un orchestre se répondant tour à tour, et ne jouant que très rarement la même chose. C’est là d’ailleurs où le style du groupe est aisément reconnaissable, les guitares ne jouent quasiment jamais la même ligne, mais la combinaison des deux fait une mélodie complexe et totalement infaisable à la bouche par exemple.
    Si je devais comparer Arsis à d’autres groupes de death metal, ce serait bien sûr Anata, mais aussi Illogicist ou Martyr sans les voix horripilantes et les breaks metalcoreux…
    Le seul et principal regret (et je suis unis dedans d’ailleurs) que j’ai vis-à-vis de cet album, ce qu’il n’y a aucun morceau de la trempe de A Diamond For Disease et ses 10 minutes 30…
    19,5/20 (le 20 étant réservé à Chuck).

  3. Hororo says:

    Je comprends ce que tu veux dire mais en indiquant Nile comme point de comparaison je tenais surtout a cibler l’orientation de Arsis vers un death metal plus technique. Toutefois, je trouve tout de même que bien que Nile soit effectivement très orienté vers la violence et des riffs carrés, contrairements aux leads complexe de Arsis, on trouve tout de même des solos epoustouflant de complexité. Bien entendu les deux groupes ont une identité bien distincte mais mon but n’était pas de faire une comparaison precise mais de placer ce nouvel album dans une zone facilement identifiable. Arsis possède une personalité et je serais bien mal placé pour replacer point par point leurs influences exacts.

  4. shaq says:

    Merci Eklektik, merci pour cette énorme baffe ! Arsis est un groupe qui me va droit aux tripes, des titres comme « united in regret », « the cold resistance » ou encore « the things you said » mais putain, j’en veux tous les jours !!! du coup, j’ai aussi commandé « A celebration of guilt », qui se dévoile différent mais tout aussi accrocheur, avec juste un petit côté black en plus. « United in regret », THE album de death metal de ce début 2007.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *