Ninkharsag – The Dread March Of Solemn Gods

Pas de commentaires      112
Style: black metal mélodiqueAnnee de sortie: 2021Label: Vendetta Records

In the Nightside Eclipse d’Emperor, Storm Of The Light’s Bane de Dissection… Comment ne pas penser à ces deux monuments du black metal scandinave des années 90 à la simple vision de la cover de ce nouvel album de Ninkharsag ! Le groupe de Liverpool a en effet ici rendu un hommage plus qu’appuyé à ces classiques en reprenant à sa sauce ce type de visuel très en vogue à une époque (et ici très réussi !), mais aussi leur black metal à tendance mélodico-épique.

Débuté comme un projet solo par le guitariste Paul Armitstead, Ninkharsag est devenu un véritable groupe deux ans plus tard (sous forme de quartet) et a sorti son premier album The Blood Of Celestial Kings en 2015 chez Candlelight Records. Comme l’attestent la jolie cover (dont je vous ai déjà parlé en préambule) et son nom emprunté au sumérien (qui correspond au nom de la déesse de la fertilité des montagnes), le black metal de Ninkharsag est habité d’une mythologie qui lui est propre, quelque part entre fantasy et occulte où règnent entités diaboliques, spectres, loup-garous et autres joyeusetés teintées d’imaginaire et de magie noire.

En résulte sur The Dread March Of Solemn Gods un black metal comme on n’en fait plus, empruntant son optique aussi frontale qu’atmosphérique aux deux inspirations majeures pour sa cover (surtout de Dissection, première époque). Les attaques sont franches et nerveuses avec cette voix arrachée menant les assauts dans ce climat bien froid, mais les riffs mélodiques entrecoupés de nombreux soli qui donnent un peu de relief à des schémas respectant à la lettre la tradition.

Et c’est peut-être là que le bât blesse un peu. A trop vouloir respecter le style et leurs modèles, le groupe britannique installe parfois une certaine monotonie, heureusement brisée grâce à des moments bien épiques (les agréables variations de « Lunar Hex: or The Art Of Mighty Lycanthropy » ou bien la très bonne conclusion « The Lord Of Death And Midnight »). Les compos de ce second album sont certes très solides et baignées d’authenticité made in Sweden mais on aurait bien voulu un petit grain de folie en plus au milieu. Mais rien de rédhibitoire pour autant, les fans de black metal melodico-épique façon Winterfylleth peuvent venir plonger sans crainte dans cette déferlante nostalgique.

  1. Night Wrath
  2. The Dread March Of Solemn Gods
  3. Under The Dead Of Night
  4. Lunar Hex: or The Art Of Mighty Lycanthropy
  5. The Necromanteion
  6. Discipline Through Black Sorcery
  7. The Tower Of Perpetual Twilight
  8. Spectres Of The Ancient World
  9. Strigoi Diabolicum
  10. The Lord Of Death And Midnight

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *