Abaddon Incarnate – The Wretched Sermon

Pas de commentaires      108
Style: death/grindAnnee de sortie: 2022Label: Transcending Obscurity Records

Vieux de la vieille en matière de grindcore, Abaddon Incarnate est revenu en force cet été avec un nouvel album, son sixième seulement en près de trente ans d’existence. Né en 1994 du côté de Dublin, le groupe possède aujourd’hui trois quarts de son line-up d’origine, à savoir les deux guitaristes/chanteurs Steve Maher et Bill Whelan ainsi que le batteur Olan Parkinson (de retour après un break de dix-huit ans). Le line-up est complété par une bassiste (Irene Siragusa, italienne basée en Irlande), venue apporter un peu de sang neuf au son de ces vétérans.

Et mine de rien, nos vieux briscards montrent qu’ils en ont encore sous la semelle ! Le death/grind d’Abaddon Incarnate n’invente absolument rien mais se révèle toujours aussi ravageur. A la manière d’un Rotten Sound, les compos de The Wretched Sermon mixent différentes influences sous leur apparente brutalité. Elles apparaissent donc aussi brutales que compactes, le duel vocal infernal et les blasts se partageant le rôle central mais les italo-irlandais montrent qu’ils savent aussi injecter des nuances à leur son. Ainsi, de nombreux moments plus mélodiques vont venir régulièrement apporter une facette carrément épique à la manière de Nasum (l’enchainement fatal « Gateways »/ »Epic Desecration », tous deux ultra accrocheurs).

Calant aussi quelques passages évoquant Entombed (« Rising Of The Lights » au riffing cracra), voire Sepultura période Roots (« Parasite » où l’on trouve un léger aspect tribal à côté de l’ultra violence), la variété affichée par Abaddon Incarnate est surtout caractérisée par l’ambitieux « Isolation and Decay », titre de presque sept minutes où l’on est transporté dans une atmosphère doomesque aux mélodies très prenantes, très loin de leur death/grind typique mais tout aussi excellent.

Bref, un nouvel album aussi brutal que catchy pour du death/grind plus inventif qu’il n’en a l’air. Les vieux pots, la bonne soupe…

  1. Rising Of The Lights
  2. Veritas
  3. Gateways
  4. Epic Desecration
  5. Parasite
  6. Hideous Arise
  7. Killing Spree
  8. Into The Maelstrom
  9. Resurrected From A Mass Grave
  10. Shrine Of Flesh
  11. Hyperchaos
  12. Isolation And Decay
  13. Silent Indifference

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *