Scald – Headworm

2 Commentaires      1 155
Style: death/grindAnnee de sortie: 2003Label: Vermitronic Records

Scald est un groupe Irlandais totalement passé inaperçu . Seuls certains forums où le batteur du groupe rôde eûrent la chance de pouvoir découvrir Headworm à sa sortie . Et seuls certains parmi ces mêmes forums achetèrent vraiment l’album (blind-purchase ou rien c’est comme ça que ça se passe).Mais tout le monde aurait dû faire l’effort d’aller à sa rencontre depuis que l’excellent label Code666 a décidé de les signer pour un album Vermiculatus à paraître en septembre 2005.

Pourquoi Scald est-il un groupe incroyable? Parce que Scald est de ces groupes underground qu’il serait bon de promouvoir au vu du caractère étrangement séduisant de leur musique. Death/Grind marqué en haut de la page, mais « Death/Grind n’roll Progressif Balourd potentiellement Cérébral » serait plus qu acceptable . Imaginez un vieux groupe de Death poisseux , visqueux , lent , lourd , balourd (suédois des 90’s en fait) mais plus posé , réfléchi , qui aurait troqué son indéniable efficacité contre une profondeur inédite , ou du moins accrue . Un groupe à fort potentiel capable de sortir un jour quelque chose de la trempe de « The Work Which Transforms God » , j’en suis maintenant convaincu (ah on me fait signe que le prochain album sera composé d’une piste de 40 minutes et qu’il sera entièrement instrumental , bon c’est foutu pour rivaliser avec System of A Down..)

Scald, c’est un trio – Basse/Voix + Guitare + Batterie . Scald , ce sont des vocaux dégueulasses dans tous les sens du terme : horribles donc joussifs mais aussi, et surtout(!), pour la plupart des auditeurs, énervants et totalement insupportables! Un growl Death en retrait, tellement en retrait qu’à la première lecture du premier morceau je ne l’avais pas remarqué. Et une gueulante abominable , hors des tons, peu orthodoxe . Et je ne vous parle pas des cris ‘rythmiques’ du maître (« AAHHHH AHHHHH AHHHHH NAAAAAAH NAAAAAH NAAAAH »), il paraît que certains font partie des lyrics. Le guitariste croyait pouvoir jouer les gros riffs mortels et groovy de ses idoles de toujours en intégrant la formation , manque de pôt le studio a dû tomber en rade en plein milieu de l’enregistrement des grattes tant le son est soit tranchant comme une serpe rouillée soit sourd , limite bourdonna . Avec bonheur la basse a été aussi contaminée , et donne même l’impression de s’accorder en live (à moins que ça ne soit les amplis). Le batteur , lui , a reussi a jouer ses parties mais par dessus cette mixture difficile de juger sa perfomance , et même son apport puisque les compositions ne sont même pas tortueuses/bancales de par leur complexité rythmique , mais juste par nature.

Morceaux de cinq minutes groovy avec changement de rythmes trop basiques pour être complexes mais trop complexes pour se faire traîter de Phill Rudd du Death/Grind . Vous préfèrez les pièces de 14 minutes ? Parties en son clair , riffs Doom clichés mais joussifs , quelques accélérations poussives . Y’a pas à chier c’est étrange . Le guitariste et le bassite s’adonneraient au drone avec plaisir mais leurs potes leur ont offerts de vieux amplis miteux pour un résultat bénéfique (!) un peu « bouillie » : les morceaux y gagnent en profondeur , surtout les plus longs quand le groupe met en place son univers nihiliste et plutôt abstrait (l’artwork du booklet est la meilleure représentation visuelle possible que l’on puisse se façonner , c’est dire !) ; la prod’ artisanale , chaude et synthétique à la fois finit de donner son cachet à l’album.

Entre deux pistes , un interlude ambient suffisament chargé en basses ou en sonorités noisy fait son apparition . Loin d’être les indispensables liens entre les vrais titres ces interludes sont suffisament bien placés pour cimenter l’ensemble et rendre le tout encore plus glauque.

Une initiative à creuser , surtout quand on constate que les morceaux les plus ambitieux , les plus « prometteurs » sont surtout les plus contrastés , quand le groupe met en place son univers malsain et inimittable avec des parties en son clair/acoustiques , qui permettent d’aérer l’espace sonore jusqu’au prochain riff groovy qui verra son effet décuplé. Certaines sequences apparement banales sont si bien trouvées qu’on cherche le secret de l’album . Le « pourquoi » on aime (les ¾ des lecteurs arrêteront ici, l’écoute du mp3 aidant, 64k et en plus un des moins bons titres .. ils ont tout compris chez Scald!).
Comme vous l’aviez sans doute deviné, la joie n’est pas à l’honneur et le tout sonne sombrement monotone et repoussant. Scald n’ont sans doute pas du se préoccuper des réactions tant ce premier effort sonne honnête. Ces trois Irlandais n’ont pas seulement réussis à faire étalage de leurs influences ou de ce à quoi ils voulaient tendre, comme s’il s’agissait d’une première démo, ils prposent déjà un son unique tout en laissant des prises aux auditeurs potentiels. Evidemment certains tics de compositions sont perceptibles, le « patchworking » transparait, et c’est dommage, dans les pièces les plus ambitieuses. Qu’a cela ne tienne Scald, un groupe insignifiant pour 99.999999% (au moins) des « metalleux » prouve d’une que toute formation est digne d’attention qu’elle vende 10 000 ou 30 albums et de deux que tout espoir est permi dans le Metal pourvu que l’on sache transcender ses influences de base pour aboutir a quelque chose de sincère et donc d’unique , forcément . C’est déjà fait pour eux.

A reserver aux curieux , ce disque ne fera pas le bonheur de tous , c’est sûr . Pour ma part j’y reviens périodiquement et avec modération . A chaque fois c’est un plaisir.

A découvrir.

  1. hs01
  2. spindle
  3. hs02
  4. condensation
  5. tap
  6. hs03
  7. spiracle
  8. godworm
  9. vermis
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Ellestin says:

    Oh la belle kro. Tu m’avais pas prévenu petit cahcottier, ca fait trois ans que tu la prépares c’est ca? :o)

    Ca me fait penser que j’ai toujours pas écouté l’album…

  2. Devin says:

    Oubliez la chro (moisie) mais écoutez ce groupe , j’essaierai d’en poster quelques extraits plus tard . Si vous arrivez à le chopper sur le net pourquoi pas..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.