Latest Content

Illuminated Minerva – Enigma Adamentine

Faisant suite à The Immaculate Deception, premier EP de 2014, Enigma Adamentine est le premier LP pour les canadiens d’Illuminated Minerva. Le quartet de Calgary joue un metal progressif original, entre guitares mélodiques comprenant du riff bien heavy, parfois psychédélique, des lignes de basse plutôt groovy et surtout un sens de la narration assez original.

Nwar – EP

Si vous ne suivez pas trop la scène montpelliéraine, il y a des chances pour que le nom de Nwar ne vous parle pas trop. Pourtant, en se penchant sur ses membres, on se rend compte que ce duo n’est né de la dernière pluie: le batteur n’est autre que Nicolas Gromoff (issu de deux des groupes de noise parmi les plus importants du genre: Tantrum et Drive Blind) et Laurent Graziani (Lunatic Age, Franckie IV Fingers) officie à la guitare. Après un premier album autoproduit (déjà sans titre) sorti en 2018, Nwar remet le couvert avec cet EP, [...]

Baume – Un Calme entre les Tempêtes

L’Odeur de la Lumière (2019) s’étant à peine dissipée, voici que Baume nous revient déjà avec un nouvel EP. Un Calme entre les Tempêtes opère de nombreuses modifications dans la façon de faire de Baume: tout d’abord on trouve cette fois Gaétan Juif seul aux commandes (aux instruments comme aux voix en passant par l’enregistrement et même l’artwork), le seul apport extérieur ne sera que le mastering, assuré par le réputé Jack Shirley (Deafheaven, Gouge Away, State Faults). Mais surtout, le principal bouleversement chez Baume est clairement la musique qui s’éloigne bien tout ce qu’on avait entendu chez eux [...]

Fargue – Phosphène

Quand tu vois le pedigree des membres d’un nouveau groupe, tu peux anticiper sur le style auquel tu vas avoir affaire… ou pas. Fargue est un jeune duo composé de têtes déjà aperçues auparavant: Eeli Helin (Fawn Limbs, Mireplaner) et Samuel Vaney (Cortez), une joute entre Finlande et Suisse pour un chaos sonore extrême. Ah bah non ! Tout le contraire, ou presque…

hubris. – Metempsychosis

En ces temps difficiles où l’actualité est source d’inquiétude extrême, la musique sert souvent d’exutoire. Qu’elle soit violente pour extérioriser les tensions ou plus douce pour apaiser, son pouvoir est infini. Bref, vous prendrez ça peut-être pour des banalités mais voilà, cet album d’hubris. fait vraiment partie des albums issus de cette seconde catégorie, invitant au voyage sensoriel pour se déconnecter du monde réel, et cela fait un bien fou !

Ryte – S/T

On peut trouver ça amusant ou désespérant mais j’aime bien décoder le style d’un groupe rien qu’à la vue d’une pochette d’album. S’il existe parfois des groupes qui sortent des sentiers battus en proposant des covers originales, la plupart respecte au détail près des codes graphiques qui font que l’on se trompe rarement quant au contenu dudit album. Et en parlant de trompe, celle du mammouth visible sur la cover du premier album de Ryte n’est pas visible, planquée sous un nuage de fumée (sur lequel pousse des champignons magiques) entourant une pyramide…

Stoned Monkey – S/T

Rien qu’à la gueule du logo rappelant fortement celui d’Electric Wizard, tu peux directement t’attendre à du gras et de la fumée « parfumée » chez Stoned Monkey. En même temps, rien que le nom ne laissait pas vraiment de doute sur le style pratiqué et les thèmes de prédilection de ce trio italien pour son premier album.