The Libertines – The Libertines

5 Commentaires      1 697
Style: revival rockAnnee de sortie: 2004Label: Rough Trade

Deuxième album des Libertines, et un éponyme pour le coup…Ca veut dire quoi?? Ca veut dire que le groupe va mal et qu’il veut affirmer son identité, qu’il a la volonté d’exister? Bref, je n’ai pas suivi pas toutes les histoires dont ils ont fait l’objet, toutes ces histoires qui remplissent les pages de certaines magazines rock, faisant peut-être des Libertines le groupe le plus people depuis Oasis.

Je n’étais pas un dingue de leur premier album, même si on pouvait souligner sa bonne volonté, sa fraîcheur et le fait qu’il est toujours mieux d’écouter et faire ça que le dernier disque d’Arielle Dombasle. Enfin bon je suis quand même un peu passé à côté de leur « Up the Bracket », il faut bien le dire. J’arrive donc sur ce deuxième album sans préavis, sans attentes quelconques; comme le dirait Madonna, « like a virgin ». =)

L’album fait l’objet de polémiques, comme un peu tout album de groupe en « The » qui se respecte. Jugé pourri et bâclé par certains, ou alors touchant car authentiques par d’autres, ce disque ne laisse pas indifférent. Bon avant cela, il y a deux écoles, ceux qui apprécient ce revival rock et ceux qui l’ignorent voire crachent dessus: personnellement j’apprécie.

Quant est-il de ce « The Libertines »? Et bien cela n’est pas évident du tout. On trouve des petites perles tout au long de l’album (la première moitié du disque est excellente). La production, le chant, divers éléments sont parfois plus qu’hasardeux. Certains passages sont vraiment vraiment cheap…mais je n’arrive pas à ne pas aimer. Ecoutez « Don’t be Shy » et vous comprendrez. Tout respire tellement l’adolescence… et comment ne pas être touché par ce sentiment. L’adolescence et sa rage ne sont-elles pas les éléments fondateurs et quelque part l’essence du rock?? A l’écoute de ce disque on s’imagine à 13-14 ans avec son premier groupe en train de gratter ses premiers accords de guitares un peu énervés, ou ses premières chansons pop un peu simplettes mais tellement fraîches et bonnes malgré tout. Authenticité et Fragilité de l’être, fragilité des mélodies et des chansons… mais qui aspirent à une campagne de haine ( « Campaign of Hate » et sa montée en pétard mouillé).

Malheureusement cela ne suffit pas à faire un bon disque. Quelque chose manque à l’appel. Ce petit je ne sais quoi; mais alors même que je me dis ça, je chante les « La la la la » de « The man who sould be king » ou les « choup choup » de « What Katie Did »…c’est irrésistible. Je ne sais pas quoi penser. Je suis perdu. Je n’arrive pas à dire du mal de ce disque.

Bon, un peu de sang froid! On a là un album inégal, à mon goût. 14 titres c’est peut-être trop. Ils auraient pu arriver avec 10 ou 11 titres, cela aurait suffit. La première moitié du disque est génial et s’écoute sans ennuis. Malheureusement ça retombe dans la seconde moitié, et même le sursaut de « saga » a du mal à nous reprendre. Mais c’est en fait son piano qui nous réanimera…le temps de quelque secondes.

Ce n’est pas l’album de l’année, ce n’est non plus la merde comme on peut l’entendre ici ou là. C’est un album assez moyen, mais vraiment ADORABLE! A écouter pour toutes sortes de raisons, en toutes circonstances, seul ou à plusieurs, que l’on soit avec des rockeurs ou non, des métalleux ou des fans de House. Vous pouvez même l’écouter avec vos parents ou votre petit cousin de 6 ans…mais ça n’est pas pour autant que c’est un album aseptisé et c’est là toute la chose!!

Je dois mettre une note objective à ce disque et j’ai vraiment du mal à le faire…oH!!!! et je m’en fou après tout, mort à la pseudo « objectivité » !!!
[jonben : on est pas à un album surnoté près sur eklektik ;)]

  1. can’t stand me now
  2. last post on the bugle
  3. don’t be shy
  4. the man who would be king
  5. music when the lights go out
  6. narcisst
  7. the ha ha wall
  8. arbeit macht frei
  9. campaign of hate
  10. what did katie
  11. tomblands
  12. the saga
  13. road to ruin
  14. what became of the likely lads
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. dah-neir says:

    Moi a un album assez moyen je lui met pas 16.5 mah bon…

  2. jonben jonben says:

    Bah c’est pas grave, de toutes façons est-ce que tu aimes les groupes estampillés « revival rock »?
    Moi pas trop…

  3. manu says:

    quel provocateur ce jonben ! ;)

  4. fewz says:

    je sais bien que normalement à un album assez moyen on met pas 16.5 Enfin bon, si les choses étaient normales, ça se saurait…

  5. por_nada says:

    Cet album, c’est un chef-d’oeuvre ! Que du bon, plein de clin d’oeil à leurs mentors (the clash, ou alors the beatles comme sur don’t be shy et music when the lights go out) . Non, les Libertines font des clins d’oeils pour mieux s’affranchir, ils ne font rien comme les autres et commencent même par la conclusion sur can’t stand me now. Ils arrivent à trouver leur son, ces deux voix qui s’entrelacent, ces guitares pleines d’énergies et d’imperfections qui font la perfection de leur son… Coup de coeur pour what became of the likely lads, et la ghost track à fleur de peau. Excellent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *