Pure Reason Revolution – Eupnea

Pas de commentaires      4 682
Style: Rock ProgressifAnnee de sortie: 2020Label: Inside Out Music

Nous étions quelques-uns à avoir totalement craqué en 2006 sur l’excellent premier album de Pure Reason Revolution, groupe anglais tournant autour du duo Chloë Alper et Jon Courtney. Si vous faites un tour sur la chronique de cet album, gardez en tête que l’album était largement sous-noté à l’époque, et qu’il s’agirait plutôt rétrospectivement d’un bon gros Coup de Cœur, de ces albums cultes et marquants qui reviennent régulièrement sur la platine en produisant toujours le même effet « wouahou ». La recette de PRR à l’époque reposait sur un rock aux atours et développements progressifs, et surtout sur la complémentarité des deux vocalistes, avec au centre de cette complémentarité les harmonies vocales en tandem de Jon et Chloë, d’une beauté simplement confondante.

La nouvelle de leur séparation en 2011 avait donc été un coup dur, même si le duo s’était peu avant un peu perdu en s’orientant vers une musique plus électronique qui lui correspondait moins et ne fonctionnait pas complètement (voir la chronique du dernier album sorti peu avant cette séparation, Hammer and Anvil), orientation par ailleurs complètement assumée par Jon, qui la poursuivra d’ailleurs à nouveau (sous la forme d’un duo homme/femme encore) et l’accentuera même avec son projet Bullet Height (dont l’album No Atonement est d’ailleurs très recommandable pour qui n’était pas allergique aux penchants électroniques et plus directs de Amor Vincit Omnia et Hammer and Anvil).

La surprise a donc été totale à l’annonce du retour du groupe à l’été 2019, tout en suscitant quelque méfiance… Quelle approche allait en effet choisir le duo pour ce retour ? La continuité dans la voie de garage de Hammer and Anvil, ou un retour sur les terres progressives qui avaient réellement fait leur succès ?

Un coup d’œil sur la tracklist constituée de 6 morceaux pour 47 minutes de musique donnait déjà une bonne indication et tendait à nous donner un indice sur la voie empruntée par le groupe pour son retour… Impression qui sera très rapidement confirmée dès le démarrage du disque. Eupnea (l’eupnée en français, qui peut se définir comme cette respiration « normale », naturelle, que tous les êtres vivants utilisent de façon inconsciente pour simplement… respirer tous les jours) qui donne son nom au dernier titre (fleuve) de l’album, porte la thématique de la respiration et se veut une référence à l’expérience vécue par Jon et sa compagne à la naissance de leur fille prématurée, face au constat que le bébé encore fortement immature, n’était pas en mesure de produire justement cette respiration normale, indispensable, sans l’aide de machines. Ce n’est donc pas un hasard si l’album démarre avec ces sons de respirateur, de battement de cœur et de machines que l’on peut entendre au tout démarrage de « New Obsession ». Le morceau encore à peine entamé, arrive le magnifique refrain avec les harmonies vocales de Chloë et Jon, et instantanément la magie « PRR » opère à nouveau, comme à la grande époque. L’alchimie apparaît immédiatement retrouvée. De même que la niaque, les riffs et les guitares qui sont à nouveau les grandes gagnantes sur cet album, beaucoup plus organique que les deux plus récents albums du combo. C’est donc sur des parties de guitare bien riffues que le groupe clôture ce brillant premier morceau et nous amène sur la suite. Une suite qui ne décevra pas, le bonhomme en haut à droite de la chronique vous a déjà révélé le verdict incontestable sur un album qu’aucun amateur de The Dark Third pourrait ne pas apprécier, tant il se révèle en être la suite directe. Les 10 minutes 20 de « Silent Genesis » rappellent en effet dès leur démarrage les grandes heures de 2006. Chloë et Jon se complètent merveilleusement, leur chant tour à tour fragile ou plus enlevé faisant merveille, y compris dans les passages solistes. La dimension progressive que Jon avait indiqué avoir vécu un peu malgré lui sur The Dark Third, semble ici parfaitement assumée, avec une grande place laissée à cette instrumentation riche, avec des passages instrumentaux entre jazz et funk, qui sans jamais en faire trop, s’insèrent parfaitement dans le rock de PRR qui sait aussi se montrer bien burné (le final de « Silent Genesis » saura vous en convaincre). Cette instrumentation riche ne se dément pas sur la suite de l’album (l’astucieux piano sur « Maelstrom » par exemple ou le synthé et les ) qui est une fois de plus un festival de beauté et de magnificience progressive, derrière lequel la guitare rageuse est souvent tapie pour intervenir de plus belle à l’image du titre « Ghosts & Typhoons » qui commence de façon faussement doucereuse avant que les grosses guitares ne viennent changer brusquement l’atmosphère du titre et continuer cet habile et parfaitement jeu de cache-cache.  Après la légère et calme ritournelle « Beyond Our Bodies », le duo nous achève avec les 13 minutes de « Eupnea », qui joue encore admirablement sur les contrastes et se termine par une inspiration/respiration. La boucle est ainsi bouclée!

Franchement pour un retour, c’est un putain de retour… Eupnea est superbe et on est vraiment contents de retrouver PRR en si grande forme… On est même tellement contents qu’on aurait facilement pris 10 minutes de plus sans sourciller. Mais ça ne fait rien, on préfère que le duo en garde sous le pied pour une prochaine sortie sans nous faire mariner trop longtemps cette fois ! Welcome back guys and thank you very much !

A noter que Covid-19 oblige, la sortie physique de l’album a été retardée, mais que l’album devrait finalement être dans les bacs aujourd’hui, sauf nouveau report…

Tracklist :
1 – New Obsession
2 – Silent Genesis
3 – Maelstrom
4 – Ghosts & Typhoons
5 – Beyond our Bodies
6 – Eupnea

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 945 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *